Home Santé Combattre le mauvais cholestérol

Combattre le mauvais cholestérol

A partir de 25 ans, chaque individu devrait faire mesurer régulièrement son taux de cholestérol. Nos explications.

Le cholestérol est une graisse naturelle de la famille des Stérols, qui joue un rôle important dans de nombreux processus biochimiques. Il est fabriqué en grande partie par le foie mais aussi, pour un tiers, par l’alimentation. Lorsque les taux sont normaux, le cholestérol apporte force et souplesse à nos artères. Malheureusement, en trop grande quantité dans l’organisme, le cholestérol risque de s’accumuler sous forme de plaque au niveau des artères, qui se bouchent progressivement. Cette accumulation est à l’origine de maladies cardiovasculaires telles que l’infarctus du myocarde, l’angine de poitrine ou encore l’accident vasculaire cérébrale (AVC). Un véritable danger lorsqu’on sait que les maladies cardiovasculaires comptent parmi les plus meurtrières dans les pays occidentaux. L’équilibre consiste donc à avoir beaucoup de bon cholestérol (HDL) et le moins possible de mauvais cholestérol (LDL). Sous ces sigles barbares se cachent deux systèmes de transport du cholestérol dans le sang. Les HDL (High Density Lipoproteins), dits « bon cholestérol », récupèrent les graisses en excès dans l’organisme et les ramènent au foie, où elles sont transformées avant d’être éliminées. Mais quand, par le biais de l’alimentation ou de la sédentarité, les graisses s’accumulent en quantité trop importante, le système se dérègle et les LDL (ou « mauvais cholestérol ») s’accumulent, entraînant la formation de plaques au niveau des artères et les obstruant peu à peu. Cela provoque ce qu’on appelle une arthérosclérose. Pour l’éviter, il convient d’adopter une meilleure alimentation et de se mettre sérieusement au sport. Cela permet d’augmenter son bon cholestérol et de faire descendre le mauvais.

En ce qui concerne l’alimentation, il est recommandé de privilégier les aliments riches en acides gras insaturés tels que les graisses végétales poly-insaturées que l’on trouve dans le tournesol, le soja, le colza ou l’huile de pépins de raisin mais aussi dans les fruits secs, les poissons gras des mers froides… Pour la cuisson des aliments, on privilégiera l’huile d’olive ou de germe de blé. L’huile de pépins de raisin est idéale pour les assaisonnements. Dans le même temps, il est recommandé d’éviter les graisses d’origine animale et les graisses saturées présentes principalement dans le lait, les viandes grasses, la charcuterie, le beurre (pour les plus évidentes) mais aussi les plats cuisinés. Mettez-vous au fourneau et cuisinez-vous de bons petits plats à bases de légumes ! Prenez un fruit pour le dessert. Légumes et fruits ne contiennent pas de cholestérol. Par ailleurs, ils sont riches en antioxydants qui protègent les artères. Notez que certains aliments tels que le jaune d’œuf, les abats ou la crème fraîche sont riches naturellement en cholestérol. Il convient donc de limiter leur consommation. Le contrôle de votre alimentation ne suffit pas. Il faut l’associer à une pratique sportive régulière. Le rôle fondamental de l’activité physique dans la diminution des risques liés à un excès de cholestérol a été démontré par de nombreuses études. L’étude Carlson, en décembre 1999, a permis de montrer que la pratique du sport augmentait le bon cholestérol et diminuait les triglycérides. Celle menée par l’équipe médicale du Dr Findlay, à Glasgow, a montré qu’un entraînement intense de 30 semaines suivi par des personnes sédentaires âgées de 35 à 50 ans avait fait chuter la cholestérolémie de 12% et les triglycérides de 22%. Mais l’effet n’est que transitoire et disparaît dès que l’on arrête son activité physique…

Que les moins sportifs se rassurent, il ne s’agit pas de courir un marathon tous les week-ends ! Le simple fait de marcher 30 minutes par jour suffit à contrôler son taux de cholestérol. Encore faut-il que cette marche soit exécutée sans interruption, avec un léger essouflement durant 15 minutes. Autant dire que le lèche-vitrine ne compte pas ! Outre la marche, d’autres sports sont particulièrement recommandés pour lutter contre l’accumulation de graisse au niveau des artères et la surcharge pondérale, qui constitue un facteur à risque cardiovasculaire : la natation, le vélo et la course à pied. Pour faire simple, on peut dire que tous les sports d’endurance qui augmentent la résistance cardiaque sont à privilégier. Attention : il n’est pas question, pour celles et ceux qui n’ont pas eu d’activité physique régulière au cours des deux dernières années, de repartir bille en tête dans l’ascension du mont Ventoux ! Il convient d’être prudent, de recommencer par de petits efforts et d’augmenter progressivement la durée et l’intensité de l’exercice. Par ailleurs, avant toute reprise d’activité physique, il est important de demander conseil à son médecin.

Exercice sous contrôle

Reprendre l’exercice, c’est bien mais pas dans n’importe quelle condition. Les capteurs Go Gear de la gamme Armor Lux sont là pour vous aider à gérer et à contrôler l’intensité de votre exercice. Une fois que vous aurez repris goût à l’effort, ils vous permettront d’analyser vos performances. La gamme Go Gear se compose de deux produits : GO-HRM et GO-SNC. Grâce à sa ceinture, le premier mesure la fréquence cardiaque afin de gérer au mieux l’intensité et la qualité de l’effort. Les données sont ensuite transmises via le Bluetooth 4.0 au matériel Apple doté des applications fitness disponibles sur l’App Store. Le second est un capteur de cadence particulièrement apprécié des cyclistes et vététistes. Le capteur se fixe sur le cadre, près de la roue arrière. Il est raccordé à l’équipement Apple en Bluetooth. Internet : www.armorx-europe.com

Mangez des pommes !

Les pommes sont désignées par de nombreux nutritionnistes et médecins comme l’aliment santé par excellence. Peu caloriques (40 à 50 Kcal/100 g), elles ont un effet bénéfique contre les maladies cardiovasculaires. De plus, elles diminuent l’absorption de cholestérol et de lipides dans les intestins. Riches en fibres, elles facilitent également le transit intestinal. Elles contiennent par ailleurs de nombreuses vitamines, sont riches en antioxydants et joueraient un rôle dans la prévention du cancer du colon. Leur pouvoir désaltérant (85% d’eau) et leur forte teneur en fructose et glucide en font un aliment très apprécié des sportifs.