Home Dossiers L’hypnose au secours de la performance

L’hypnose au secours de la performance

Pourquoi Novak Djokovic a t-il cédé une fois encore face à Rafael Nadal en finale du dernier Roland-Garros ? Question de physique ? Rien n’est moins sûr ! Sur le papier, « Djoko » avait l’air plus fort et surtout plus en forme que son adversaire, qui souffrait de problèmes au dos. L’explication du résultat ne se trouve pas dans la technique, les deux joueurs possédant une maîtrise parfaite. Aussi, la raison de cet échec est à chercher du côté du mental ! Dans ce domaine, l’Espagnol était visiblement meilleur. Par sa posture, il a renvoyé à Djokovic l’image d’un sportif qui ne doutait jamais. Mais il suffisait de voir la prudence avec laquelle il s’agenouilla sur la terre battue après la balle de match pour comprendre qu’il était physiquement à bout. Nadal a puisé dans son mental pour tenir le choc. Cela arrive plus souvent qu’on ne le croit aux sportifs de haut niveau mais aussi aux amateurs.

Cette force mentale, tout le monde peut la travailler. Il existe des méthodes pour la renforcer. Parmi celles-ci figure l’hypnose. On l’ignore bien souvent mais le sport de compétition a recours à l’hypnose depuis les années 50. C’est le cas aux Etats-Unis, au Canada ou encore en Russie, où des dizaines d’hypnologues ont intégré les équipes d’entraînement d’athlètes de haut niveau. Il faut dire que la pratique sportive est, en elle-même, particulièrement hypnogène. L’hypnose ne doit pas être perçue comme un état de sommeil, il est ici question d’un état d’hypervigilance dans un domaine précis (en l’occurrence la recherche de la performance), associé à la concentration. On parle d’hypnose active-alerte.L’hypnose peut se définir comme tel : un outil, une méthode de communication et d’exploration de l’inconscient permettant d’agir sur les capacités physiques et mentales au-delà des limites de la conscience. On considère que le mental joue un rôle déterminant face à l’épreuve, l’adversité, la difficulté ou la pression psychologique liées à un événement majeur. La maîtrise technique et un entraînement physique approprié ne suffisent pas nécessairement pour l’emporter.

Les domaines de compétence de l’hypnose sont l’accompagnement du sportif, la périodisation de l’entraînement mental et la gestion des peurs. Dans les moments de doute et de méforme, le sportif peut recourir à des techniques d’autohypnose. Elles lui permettront de retrouver un mental positif en un temps record. Il s’agit d’apprendre à changer d’état émotionnel et à se réorienter de façon optimale vers un objectif donné. Dans un premier temps, de façon plus rapide. Puis de façon presque instantanée. L’hypnose peut aider une personne à surmonter un obstacle temporaire. Elle permet aussi de construire, d’anticiper et de préparer. Le mental est cette force que certains doivent parfois aller chercher pour se dépasser.C’est pour toutes ces raisons que de plus en plus de sportifs ont recours à un coach mental. Un coach mental libère le potentiel et amène le sportif à un niveau supérieur. Pour obtenir des résultats probants, la plupart des coaches recourent à l’hypnose. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle permet d’utiliser toutes les capacités et ressources mentales en accédant à la puissance de l’inconscient. Cela aidera le sportif à gérer l’échec comme le succès mais aussi à supporter la pression, transformer ses craintes en force, trouver des solutions propres pour élever son niveau, atteindre ses objectifs et se dépasser. Il n’est pas dramatique que le mental lâche à certains moments, il faut faire en sorte que ces moments soient courts, maîtrisés et permettent de rebondir. La clé pour atteindre ce résultat consiste à affronter ses émotions.

Notez que la pratique de l’hypnose augmente la sécrétion d’endorphines. Des chercheurs ont montré que les séances d’hypnose pouvaient être programmées pour traiter des douleurs après la compétition. La pratique de l’hypnose améliore également la qualité du sommeil et par conséquence celle de la récupération.