Go Sport Scrapper XC1 : priorité à  la rando sport

Il faut bien se plier à la dictature du marché. C’est peut-être un plus pour la concurrence et finalement pour notre porte-feuille. Ainsi, les grandes surfaces de sport s’investissent avec beaucoup de sérieux dans le vélo de montagne. Parfois, cela donne lieu à de bonnes surprises, comme ce Srapper XC1 proposé à «seulement» 749 €

Avec 12,7 kg, nous sommes dans un bon créneau poids/prix. Le démarrage demande peu d’efforts. Le pilote est aidé, il est vrai, par un train roulant qui ne pompe pas d’énergie. Merci les éternels Python qui offrent toujours, malgré les années, un excellent compromis confort/rendement/poids. Le Scrapper est vendu avec des pédales automatiques Shimano 520, ce qui ne laisse pas planer de doute quant à son programme : place à la rando sportive. Voire quelques compétitions locales.

us à l’aise en rando que sur un parcours sportif, le Scrapper XC1 se révèle un bon compagnon de voyage.

La position ne torture pas les lombaires. L’appui sur le guidon semi-relevé est idéal, on contrôle bien les trajectoires. Il faut jouer de ce guidon pour le faire tourner. Malgré des bases coupées court (422 mm pour un crosseur) et un empattement de 1 075 mm, la maniabilité n’est pas instinctive. Dès que l’on roule vite sur les monotraces, il faut faire avec des trajectoires qui s’élargissent. Les kilomètres défilent à bonne allure mais révèlent le manque de confort du cadre, trop rigide. Cela vient gâcher la vision du paysage qui passe en mode crypté avec les secousses. « Rigide » ne veut pas dire automatiquement « rendement » : si on part bien au premier coup de pédale, on sent bien qu’une partie de l’énergie est dissipée…

Et qu’il n’est pas utile de bloquer la Rock Shox : celle-ci travaille très bien sans blocage, tant en compression (bien contrôlée) qu’en détente. On apprécie la motricité et le punch du Go Sport en côte, même si cela ne fera pas de vous le Julien Absalon des forêts… Il suffit d’un peu de technique pour passer les gros dénivelés. En descente, ne vous prenez pas pour Fabien Barel. Même si le boîtier de pédalier est bas et l’angle de fourche généreux, il faut garder à l’esprit que nous sommes en présence d’un crosseur-randonneur. Gardez votre calme, donc. C’est d’autant plus vrai que si vous dépassez les 85 kg, il faudra jeter l’ancre pour aider les Avid Juicy 3 à stopper la bête… Finalement, ce Scrapper est un VTT attachant pour un usage rando rapide qui n’excèdera pas les 30 km/h.

Previous articleMBK M 400 : il fait les 400 coups
Next articleIbis Mojo SL : complètement Ibis
Bikelive - L'actu 100% VTT