World Bicycle Relief : le vélo humanitaire

L’association World Bicycle Relief a vu le jour en 2005 et s’est fixé comme but de fournir des vélos aux populations d’Afrique qui n’ont aucun moyen de transport, que ce soit pour travailler ou, tout simplement, aller à l’école. Une autre façon de voir le vélo : celle qui sauve des vies.

Sram est à l’initiative du World Bicycle Relief avec pour unique but de fournir des connaissances techniques, une logistique et du matériel aux populations touchées par les catastrophes naturelles ou en état de pauvreté. Par ce biais, le WBR souhaite permettre l’indépendance de ces populations à travers le vélo en leur permettant de se déplacer plus vite et plus loin, pour aller au travail, de rejoindre le dispensaire le plus proche ou plus simplement, aller à l’école pour les enfants. Partant du constat simple que les pays économiquement développés ont accès à toutes ces ressources, il fallait en donner l’accès aux plus pauvres. A titre d’exemple, un vélo permet de transporter 5 fois plus de charge qu’à pied et réduit les distances par 4 au quotidien. Le WBR a mis en place depuis 2009 un programme d’aide à l’éducation, le Bicycle for Educational Empowerment Program (BEEP) qui a permis de fournir plus de 50000 vélos aux enfants de Zambie pour leur permettre d’aller à l’école. Touchés à la fois par la plus grande pauvreté mais également par des maladies comme le Sida, ces enfants n’ont le plus souvent pas accès à l’éducation, faute de moyen de transport pour aller à l’école où il leur faut parfois plus de 3 heures de marche.

World Bicycle Relief Education 1
DR World Bicycle Relief

Ce programme a été étendu au Kenya et au Zimbabwe dont les besoins étaient les mêmes. Mais plutôt que d’importer des vélos, ce qui était le cas au début du projet, le WBR a décidé de développer et d’implanter des sites de fabrication sur place afin de pouvoir à la fois fournir des emplois à la population locale, mais également de faire travailler les fournisseurs tout en étant en mesure de proposer un vélo parfaitement adapté à l’usage rural Africain, le Buffalo: solide, permettant de transporter des charges lourdes (100kg!), assemblé avec des pièces disponibles partout, cadre acier, monovitesse avec freins type Rollercoasters, fiables et endurants et des pneus anti-crevaison. Ces vélos, en accord avec les ministères locaux, sont distribués à 70% aux filles qui doivent, avant d’aller à l’école, se lever à 4heures du matin pour aller chercher de l’eau, nourrir les animaux, et faire la cuisine pour toute la famille. L’éducation des filles sur le continent Africain reste une préoccupation majeure pour le WBR. Ainsi, après la distribution des vélos, le pourcentage d’enfants (garçons et filles) allant à l’école a augmenté de 22% en Zambie, atteignant 89%. Les résultats sont encourageants car les administrations ont constaté une augmentation des résultats scolaires et une baisse des mariages arrangés par la même occasion. En effet, les filles ayant accès à l’éducation et pouvant quitter leurs villages par elles mêmes, ce type de pratique est en perte de vitesse. Mais ce type de programme n’a aucun avenir sans les partenaires du WBR et, pour 2014, ce sont près de 9079 vélos qui sont prévus pour 45 écoles en Zambie ainsi que la formations de 120 techniciens cycles. A titre d’information, 15000$ permettent de fabriquer 100 vélos, soit 150$ (130€) par vélo. Nous sommes bien loin des tarifs que nous connaissons pour nos VTT..

www.worldbicyclerelief.org

World BIcycle Relief Bike Assembly Zambia 1
DR World Bicycle Relief

World Bicycle Relief n’est pas seule

Wheels4Life

www.wheels4life.org

Wheels4Life a été crée par Hans et Carmen Rey ; il s’agit d’une association à but non lucratif qui à pour but de fournir des vélos dans les pays défavorisés à travers le monde. A ce jour, 6236 vélos ont été envoyés dans 20 pays et 28 projets sont actuellement en cours. Tout comme le WBR, le but est de fournir un moyen de transport pour aller à l’école, se soigner ou travailler aux plus démunis qui vivent dans les endroits les plus reculés du monde. La démarche est double : soit les vélos sont achetés sur place, soit ils sont envoyés, selon les dons que reçoit l’association. De la Mongolie au Mexique, en passant par l’Afrique, la Thaïlande ou l’Inde, à l’aide d’organisations locales, Wheels4Life sélectionne les bénéficiaires des vélos envoyés. Un vélo coûte entre 50 et 150$ (30 et 130€) et tout aide est précieuse : lors de la dernière Cape Epic, Christoph Fuchs et Urs Schild (Team Rothorn-Brienz) ont terminé 232e sur 600 teams et ont permis de récolter 18500$ grâce à leurs sponsors et supporters pour Wheels4Life.

Kona Basic Needs

www.konaworld.com/basicneeds

En 2006, Kona a lancé un projet nomme Bike Town Africa avec la création d’un vélo répondant spécifiquement aux besoins des populations d’Afrique. En collaboration avec Bristol-Myers Squibb et le magazine Bicycling, ils ont pour vocation à fournir des vélos aux populations atteintes par le le virus du SIDA ou de permettre les soins à domicile par le biais de ce moyen de transport, essentiellement au Botswana. En 2008, Kona a fourni plus de 1000 vélos Africabikes et continue à développer des projets avec les Organisations Humanitaires pour fournir nourriture, eau ou logements à ceux qui en ont besoin.

Article précédentOrbea Rallon R4 X30 : Tout d’un grand !
Article suivantGare au soleil !
Rédacteur & photographe