Accueil ESSAIS Haibike Greed HardNine 8.0 : Ça vibre, ça tape, mais qu’est-ce que...

Haibike Greed HardNine 8.0 : Ça vibre, ça tape, mais qu’est-ce que ça pousse !

Ok, son physique peut paraître disgracieux pour beaucoup, mais derrière cette physionomie qui porte à discussion se cache une arme de guerre, un boulet de canon toujours prêt à exploser à la moindre sollicitation. Attention, avec ce Greed HardNine 8.0, Haibike annonce la couleur, ça va dépoter !

DR. T. Zaniroli

[Htab][tab title= »PRIX »]5699€[/tab][tab title= »POIDS »]9.10 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 100 mm | Déb. ar. : 140 mm[/tab][tab title= »USAGE »]Compétition,vallonné, plaine.[/tab][/Htab]

Vous en connaissez beaucoup, vous, des vélos qui vous donnent l’impression d’être sur un simple faux plat alors que vous êtes dans une pure côte à vous en faire péter le cardio ? Eh bien le Haibike Greed HardNine 8.0 est de cette veine. J’en entends au fond de la classe qui rigolent ? Sérieusement, cette machine est une pure folie. Déjà par son look. Plus ambiance course dans les coloris, difficile de faire mieux. Et regardez cet équipement. Rien que la transmission en douze vitesses Sram Eagle avec sa cassette en livrée or fait tourner toutes les têtes. Et que dire de cette fourche RS1 de RockShox qui fait toujours autant son effet, que ce soit dans les paddocks que sur les terrains les plus défoncés. D’accord, c’est toujours un moment de solitude lorsqu’il s’agit de remettre sa roue avant alors que l’on a passé de longues minutes à réparer son pneu crevé ou que l’on sort son vélo de la voiture… Mais quand même, quelle gueule ! Je vous ai parlé des roues ? Plus artisanales, impossible. Nous sommes sur une base que les amoureux de produits légers apprécieront, avec un montage à partir de cerceaux Stan’s NoTubes Crest associés à des moyeux Tune King à l’avant et Kong pour l’arrière, le tout amoureusement marié avec des rayons Sapim D-light. Pour vous donner une idée, le train roulant complet représente à lui seul seulement 2,50 kg (roues + pneus + disques + cassette – 1,55 kg l’avant et 1,95 kg l’arrière) sur les 9,10 kg qu’affiche la bête sur notre balance (sans pédales). Et pour rappel, la RockShox RS1 est lourde… De quoi grappiller encore quelques grammes facilement. Mais admettez qu’il en jette ! Et vous avez vu les freins Magura MT8, certainement les plus légers dans cette catégorie, et qui ne font pas semblant côté freinage ? Tout ça pour dire, que pour 5 699 €, l’Allemand n’a pas fait dans la demi-mesure, au point de se demander ce qu’il faudrait jeter.

Une gamme remaniée

Dans l’emballement, on en aurait presque oublié de vous présenter la gamme 2017. Globalement il faut retenir que Haibike a décidé de simplifier son offre. Les Sleek (tout-suspendus cross-country marathon au cadre carbone) et Heet (les enduros au cadre carbone) disparaissent du catalogue. Les semis rigides carbone de cross-country, les Greed, ont donc la lourde tâche de représenter le segment du cross-country. Ils seront épaulés par l’arrivée d’une gamme Seet (remplaçant des Big Curve notamment) disposant d’un cadre aluminium et reprenant la même identité visuelle, celle des vélos électriques, gros vecteur de vente chez l’Allemand. Nous voilà donc avec le cadre du Greed affublé de lignes pas forcément harmonieuses, pas très latines, pas très sexy en somme. Néanmoins techniquement, le cadre impose. Déjà par sa douille de direction, maousse, qui verrouille la direction. Notez les passages des gaines intégrés qui permettent d’alléger la ligne. Bonne note, elles ne brinqueballent pas dans le cadre. Par contre, il faudra prêter attention à ce que les manettes ne viennent pas au contact du tube horizontal, ce serait dommage de briser ce cadre réalisé intégralement en carbone avec des fibres unidirectionnelles haut module. Contrairement au précédent Greed, les haubans ont perdu de leur finesse, vous savez les Super Slim Seat Stays – 4S, ultra-aplaties pour obtenir un ratio optimal entre poids et rigidité, tout en vous faisant miroiter une déformation verticale synonyme de confort et grip. Désormais, on est sur du carré et de bon diamètre, tout un programme annoncé. C’est du rigide. Heureusement, les haubans passent autour du tube de selle comme pour vous dire que les vibrations ne passeront pas par lui…

Ce cadre est décliné en deux versions : les HardNine en 29 pouces, et les HardSeven en roues de 27.5 ». Comprenez qu’en matière de cross-country, nous nous concentrons sur les 29 ». Trois modèles sont au catalogue avec un prix de départ à 2 999 €, notre version de test chapeautant la gamme.

Question confort, le Haibike ne préserve aucune forme de civisme. Ici c’est la course, Monsieur !

Grisant, impressionnant, terrifiant

Casqué, ganté, on n’a qu’une seule envie : gaz ! Pas le temps de se mettre bien dans ses meubles, le cadre carbone répond déjà à la première sollicitation. Entre le châssis qui ne se déforme pas d’un iota et les roues ultra-dynamiques, on se retrouve propulsé en avant avec une aisance indescriptible. C’est bien simple, ça pousse tout le temps. Et si l’on avait été un peu effrayé au départ avec le 36 dents qui trône sur le pédalier, on comprend mieux pourquoi maintenant il est là. A son guidon, les hautes vitesses sont une sorte de normalité. Tout est prétexte à accélérer, à aller toujours plus vite, c’est tellement simple, il suffit de tourner les jambes. Mais le pire, c’est qu’à un moment, l’ensemble paraît survoler le terrain, au point où l’inertie des roues semble les faire tourner toutes seules sans le moindre effort. Pour vous dire, il est tellement réactif qu’il en devient difficile de doser l’appui sur la pédale pour rester en peloton et ne pas faire mine d’une échappée. « Oups les gars, je vous promets, je ne l’ai pas fait exprès ! » A l’abord des premiers virages, on découvre un autre visage du Greed : sa vivacité. On change de cap en un éclair grâce à ses bases raccourcies (435 mm pour un 29 » ! Pour vous donner un idée c’est le standard en roues de 27.5 » normalement) et à sa direction vive. On avait perdu l’habitude d’avoir un angle aussi fermé. Elle réclame cependant un peu d’attention, car on a vite fait à basse vitesse de se laisser emporter à l’intérieur du virage. Néanmoins le fait d’avoir un boîtier rabaissé (300 mm) permet de gagner un contrôle de toute la partie arrière, surtout lorsque l’on bascule ses fesses vers la roue motrice. Ça devient alors un jeu d’enfant de le faire tourner.

En descente, on profite de la fourche RockShox RS-1 qui lit parfaitement le terrain, pour se concentrer sur les trajectoires. Avec un avant allongé et un boîtier bas, le vélo est relativement stable. Il ne reste qu’à contrôler l’arrière avec ses fesses et à absorber au maximum les coups de butoir. Autant le dire tout de suite, le train arrière vous décrit le terrain en braille ! Il demandera un peu de doigté pour rester en tête de la course. Heureusement viennent les côtes où il excelle par son faible poids et sa nervosité. C’est littéralement une fusée à condition que le terrain ne soit pas parsemé d’obstacles. On se surprend à tout passer en danseuse, peut-être pour trouver un maximum de grip, car autrement, ça ripe partout. Même en jouant sur la pression du pneu arrière… Et assis ? Dans ce cas, c’est la roue avant qui a tendance à décrocher.

Il faut l’avouer, ce vélo est beaucoup trop rigide, du coup il manque de motricité partout, tout le temps. Pour vous donner une idée, dans une descente sur une ancienne voie romaine, on est obligé d’arrêter de pédaler de peur de voir passer la roue arrière devant. Elle chahute de gauche à droite à chaque coup de pédale. Alors on coupe, on se met debout sur les pédales, en attendant que ça se passe, mais là ce sont les chevilles qui prennent les coups. Véridique. Par ailleurs, Haibike a jugé bon de monter sa fameuse tige de selle TheSeatpost +++ Carbon censée se déformer sous le poids du pilote et apporter ainsi une once de confort. Alors premièrement, elle n’apporte rien de plus qu’une autre tige de selle de ce diamètre, c’est-à-dire pas grand-chose, mais surtout, elle dispose de fait d’un recul trop important qui impose d’avancer beaucoup la selle pour retrouver une position digne de cheval de feu.

Dynamique, agile, réactif, mais usant

DR. T. Zaniroli

Nous avions testé la version précédente du Greed, et déjà nous nous plaignions du manque de confort de l’engin : « A son guidon, vous pourrez être au top, comme dans le pire en fonction du terrain. Sur un circuit cassant, préférez déclarer forfait, ou alors prévoyez une bonne séance de massage ou d’osthéo après. » Avec ce nouvel opus, rien sur ce point n’a changé puisque l’on pourrait écrire exactement la même chose à son sujet. Donc pas de différences ? Heureusement que oui. D’abord la géométrie a évolué dans le bon sens avec des bases plus courtes et un avant plus long, sans compter une boîte de pédalier vraiment plus basse. Le vélo gagne en vivacité tout en augmentant sa stabilité dans la pente et le rapide. Et c’est là la nouveauté : enfin un Haibike qui a su évoluer dans le bon sens au niveau de sa géométrie. L’autre point concerne la mise en vitesse qui paraît beaucoup plus explosive avec ce nouvel opus. L’effet des roues ? Non, le montage était similaire sur le précédent. Du cadre à la boîte et à la direction verrouillée ? Surement, mon Capitaine !

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : carbone – Fourche : RockShox RS1 – Freins : Magura MT8, ø180 mm – Dérailleur arrière : Sram Eagle XX1, 12 vit. – Pédalier : Sram XX1 Egale, 36 dts – Dérailleur Avant : – Commandes : Sram XX1 Eagle – Cassette : Sram Eagle XX1, 10/50 – Jantes : Stan’s NoTubes Crest – Moyeux : Tune King/Tune Kong – Pneus : Schwalbe RocketRon Evo, 29×2.25 – Potence : Haibike Components The Stem +++ , 75 mm – Cintre : Haibike Components The bar Carbon , 740 mm – Tige de selle : Haibike Components TheSeatpost +++ Carbon, ø27,2 mm – Selle : Selle Italia Flite Titan – GEOMETRIE : Taille M – Top tube : 600 mm – Tube de selle : 455 mm – Angle de direction : 70° – Angle de tube de selle : 73° – Bases : 435 mm – Empattement total : 1 105 mm – Hauteur de boîtier : 300 mm – Reach : 420 mm – Stack : 620 mm.

Distributeur : Winora France, Contact : www.haibike.com

RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

[quote] On aime : Une bombe prête à exploser tout le temps • Joueur dans le sinueux • Roues dynamiques • Transmission exceptionnelle
On regrette : Confort inexistant • Poignées très fines.[/quote]

Publicité