Cannondale Trigger 29 Carbon 1 : le meilleur du 29 !

Après la version alu du Cannondale Trigger 29, voici que les Américains le déclinent dans une version cadre carbone. Le prix explose, les sensations aussi !

Cannondale Trigger 29 Carbon 1
© Manu Molle & Cyril Charpin

[Htab]
[tab title= »PRIX »]6 499 €[/tab]
[tab title= »POIDS »]11,82 kg[/tab]
[tab title= »DÉBATTEMENT »]Déb. av. : 130 mm | Déb. ar. : 80/130 mm[/tab]
[tab title= »USAGE »]Compétition, rando-sport, vallonné, montagne, plaine.[/tab]
[/Htab]

Le Trigger 29 représente la réponse sur le terrain de la vision du vélo all-mountain/enduro chez Cannondale. 130 mm de débattement à l’avant comme à l’arrière, une suspension arrière au débattement et au fonctionnement modulables selon le terrain rencontré, le tout à la sauce carbone.

A l’avant, il est doté de la fameuse Lefty Supermax Carbone dans sa version PBR (push bouton plateform/Rebound). Elle reçoit quelques belles évolutions sur la cartouche hydraulique, les roulements et les joints pour cette version 2014. A l’arrière, le Trigger carbone copie sa version alu. Il est donc pourvu de l’ amortisseur “tiré” Dyad RT2 développé avec Fox qui offre deux débattements (130 mm en position Flow et 80 mm en mode Elevate) avec une incidence notable sur la géométrie et l’assiette du vélo. On retrouve évidemment un boîtier de pédalier au standard BB30 cher à la marque tout comme le System Integration repris au niveau du pédalier avec l’ensemble Hollowgram SI SL2. On aurait également dû retrouver le concept S.I. au niveau de la potence/pivot de fourche (la potence et le pivot de fourche ne faisant qu’un), mais les chefs produits ont eu la bonne idée de laisser un standard plus “traditionnel” permettant de monter une potence jusqu’à 50 mm de longueur sur un pivot standard en 1.5. On note la possibilité d’intégrer les gaines dans le tube diagonal, mais la grosse nouveauté, vous l’aurez deviné pour ce Trigger 29, c’est qu’il est en carbone. Un carbone Ballistec propre à Cannondale pour le triangle avant et le bras arrière. Notez que le bras est équipé d’un axe de roue Syntace en 142×12 mm. Autre spécificité de Cannondale, les étriers de freins sont montés sur des adaptateurs spécifiques… Quand on vous dit que Cannondale ce n’est pas que des cadres ! Ce que l’Américain ne fait toujours pas en revanche c’est des transmissions, des tiges de selle télescopiques, des roues et des pneus. On a donc droit à des produits à la hauteur du prix du bestiau : Sram XX1/XO1, Mavic Crossmax ST Lefty, Schwalbe Hans Dampf et RockShox Reverb viennent parfaire un équipement qui a pour principale orientation de satisfaire à la polyvalence que le programme overmountain a pour but d’atteindre.

Confort et motricité à un niveau rarement atteint

Monter sur un vélo, quel qu’il soit, pour donner un avis global et détaillé n’est jamais anodin. En tout cas ça ne doit pas l’être. Lorsque ce vélo est affiché à 6 500 €, ça doit l’être encore moins. Comme toujours l’attente est légitimement importante puisque proportionnelle à l’investissement. Afin de mettre le vélo dans les conditions optimales, il faut déjà prendre le temps de le comprendre en l’étudiant, de l’observer pour ne pas risquer de passer à côté de l’essentiel, de l’évidence. Dans le cas du Trigger, les suspensions, et l’amortisseur Dyad RT2 en particulier, cristallisent une grande partie de cette attention. L’amortisseur est bien connu, mais comme toujours, le risque, c’est de croire qu’on sait. Alors on commence par réaliser les pressions méthodiquement, comme l’explique d’ailleurs très bien et très simplement l’autocollant apposé sur l’arrière du tube de selle. Ce respect de la procédure est d’autant plus important que les pressions manipulées sont très élevées, bien supérieures à tout ce qui existe ailleurs. Pas qu’elles représentent un danger pour le pilote, non, bien sûr, juste un risque éventuel d’altération du système interne comme un joint, etc… Idem pour la Lefty. Plus simple, on note que cette manipulation sur l’extrémité inférieure “côté” disque n’entraîne absolument aucune perte d’huile, ni de projection qui pourrait venir altérer le freinage. 80 psi pour 80 kg, difficile de faire plus simple. L’ajustement de la hauteur du cintre se fait aussi simplement puisque le Trigger 29 utilise une potence traditionnelle en 1.5 avec des bagues qu’il suffit de passer dessus ou dessous.

Cannondale trigger 29 Carbon 1 action 2
© Manu Molle & Cyril Charpin

Gaz !

Le vélo montre vite de belles qualités dans la manière dont il positionne son pilote. Le centre de gravité avancé et la bonne longueur du tube supérieur promettent de belles aptitudes au pédalage avec une préférence pour les sections raides. On va vite constater que dans ce domaine précis, c’est vraiment une machine exceptionnelle, mais d’une manière générale, pédaler assis ou debout, est un vrai plaisir. Sur un vélo, quel qu’il soit, l’effort, voire la souffrance sont toujours là, c’est une évidence, mais quitte à produire cet effort, autant le faire dans les meilleurs conditions. Et pour ça le Trigger 29 allie confort et motricité à un niveau rarement atteint. Le mode Elevate est idéal pour la plupart des situations où la notion de rendement intervient. Il est également indéniable que l’assiette est plus propice pour gravir des passages raides. Pour les sections les plus techniques, les plus défoncées, le meilleur résultat en franchissement a toujours été obtenu avec le mode Flow. Ajoutez à cela une absence totale de kick-back dans la chaîne, et vous obtenez ce qu’il se fait de mieux en la matière. Quand on dit que la géométrie est idéale dans l’exercice d’une montée impossible, ça ne comprend pas seulement la notion d’assiette du vélo ou la position du pilote. Elle l’est aussi grâce au déport de 60 mm de la roue avant qui donne un résultat sans compromis sur la grande stabilité du vélo à basse vitesse avec un gain de précision et une maniabilité évidente qui en découle. Une fois, deux fois, dix fois, ce double lacet serré en côte passé avec plus ou moins de succès avec la totalité des vélos testés aura été franchi systématiquement, mieux, avec facilité. Manque de maniabilité les 29” ? Essayer ce Cannondale reste la meilleure manière de tordre le cou à cette stupide idée reçue. Un vélo, quel que soit le diamètre de ses roues, peut être parfaitement équilibré et répondre idéalement en toutes situations, ce vélo en est la preuve incontestable. Le bouton qui fige la Lefty afin d’endiguer les oscillations en relance est très accessible, mais finalement, en VTT, on aura surtout joué sur les deux modes arrière. Cette Lefty Max, quel développement étonnant ! On ne se lasse pas de cette prouesse technique qui a vu le jour il y a presque dix ans déjà et qui a connu tant d’évolutions pour donner ce résultat. Sur le terrain, son comportement est totalement neutre avec un pilotage sain, précis et donc efficace. La compression hydraulique ainsi que les légères frictions constatées sur la fourche neuve donnent au début une certaine fermeté qui se dissipe au fur et à mesure que le vélo roule et que le système se rode. Sa progressivité très bien ajustée, et en parfaite adéquation avec le fonctionnement du Dyad RT2 en mode Flow, donne au vélo une réactivité et un comportement très amusant, où la notion de pilotage demeure essentielle mais avec une large place au jeu. Les appuis, les appels naturels et autres situations techniques peuvent être utilisés, abordés de manière ludique.

Ludique et abordable

On fait alors naturellement le lien avec la manière dont Jérôme Clementz, pilote maison, utilise le terrain pour prendre ou garder la vitesse, ce qu’il aime dans un vélo et le travail de développement qu’il a réalisé sur ce modèle avec son coéquipier Ben Cruz. Dommage que notre Lefty ne développe que 120 mm effectifs. 10 mm de plus auraient certainement participé à encore plus de plaisir en descente. Les grandes courbes ou celles plus serrées mettent vraiment en avant qu’on peut “charger” le vélo, accentuer la pression sur les pédales et le cintre, l’adhérence n’en sera que plus forte. Quel appui transmis au sol ! Dans ce comportement, la surface au sol des pneus maximisée en 29 est un avantage indiscutable également. Avec l’euphorie qui nous emmène plus près des limites, on constate que les excellents pneus Schwalbe HansDampf ne décrochent jamais brutalement. La glisse est amorcée et la rupture totale n’arrive qu’après. On a le temps de corriger. Seul élément qui nous aura laissé sur notre faim, le freinage des Magura qui, dans ce contexte, auraient pu offrir plus de puissance, en tout cas pour ce qui est du frein avant. Le toucher et le dosage ne sont pas incriminés. Seule la puissance brute dans les freinages les plus appuyés reste perfectible. Reste la possibilité de passer sur un disque en 200 mm (et ajouter 60 g pour freiner plus fort), mais sur un vélo affiché à 6 500 €, est-ce à vous de le faire ? A 2 000 € de moins, ce point aurait probablement bénéficié de plus d’indulgence, là c’est d’autant plus regrettable que c’est finalement la seule petite carence effective relevée sur ce vélo. Le Trigger 29 Carbone ne méritant pas de finir sur un point perfectible plus que vraiment négatif, on préfère vous laisser en rappelant cette phrase qui a accompagnée toutes les sorties à son guidon : « ça ne va jamais passer là ? Essaye quand même, avec ce vélo, tout est possible. »

 

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Fourche : Lefty SuperMax Carbon PRB – Amortisseur : Fox Dyad RT2 – Freins : Magura MT6 av. Ø 180 mm, ar. Ø 180 mm – Dérailleur arrière : Sram XX1 – Pédalier : Sram XX1, 30 dents – Commandes : Sram XO1 – Cassette : Sram XO1, 10-42, 11 v. – Roues : Mavic Crossmax ST 29 – Pneus : Schwalbe HansDampf SnakeSkin TrailStar, 29×2.35 – Potence : Cannondale C1 1.5 – Cintre : Cannondale C1 Carbon 740 mm – Tige de selle : RockShox Reverb, Ø 3,6 mm – Selle : WTB Volt SL GÉOMÉTRIE : Top tube : 634 mm – Tube de selle : 485 mm – Angle de direction : 69°/70° – Angle de tube de selle : 73°/74° – Bases : 448 mm – Empattement total : 1 176 mm – Hauteur boîtier : 34 8mm

 Distributeur : Cycling Sport Group. www.cannondale.com/fra

RENDEMENT [star rating= »4.5″]
CONFORT [star rating= »4.5″]
MANIABILITÉ [star rating= »5″]
STABILITÉ [star rating= »5″]
PRIX/ÉQUIPEMENT [star rating= »4″]

 [quote] On aime : Faculté à grimper sur des terrains très accidentés • Stabilité à basse vitesse et maniabilité • Suspensions • Géométrie
On regrette : Réglage précis de l’amortisseur arrière capital • Fourche qui plafonne à 120 mm de débattement • Disque avant en ø 180 mm[/quote]

Previous articlePolygon Cozmic RX 3.0 : Pass VIP pour le succès
Next articleKTM Area Comp : sacrée surprise !
Journaliste & photographe