Home ESSAIS Cannondale Rush 4 : Un Rush euphorique !

Cannondale Rush 4 : Un Rush euphorique !

Avec son cadre en carbone allégé, le Rush 4 vient asseoir sa suprématie dans le segment des 110 mm. Arrivé en 2005, ce modèle a su évoluer dans le bon sens pour garder une longueur d’avance sur la concurrence. Joueur et polyvalent, la seule limite que vous lui trouverez sera celle de votre pilotage !

Le pivot du bras oscillant est composé d’un axe de 15 mm et deux roulements, gages de maintenance minimale, à opposer aux multiples pivots. Le bras oscillant en aluminium 6061, bien connu depuis nombreuses années, enregistre cette année l’ajout d’un petit arceau vissé, histoire d’augmenter la rigidité de 8% (on veut bien le croire !). Détail amusant : Cannondale reste fidèle à la tige de selle de diamètre 27,2 mm depuis ses débuts. Sérieux dans leur fabrication, les VTT de la firme de Pennsylvanie le sont aussi au niveau du pilotage. Depuis quelques années, c’est même l’euphorie à leur guidon et le Rush carbone ne déroge pas à la règle.

Avec «seulement» 110 mm de débattement, le Cannondale Rush atteint un équilibre quasi parfait. Seules les capacités du pilote limiteront son terrain de jeu au demeurant très vaste !

Le pilote est bien installé et le guidon (large) donne envie d’aller vite et loin. Les réglages de suspensions, passage obligé, sont archi-simples. Le Rush 4 est équipé d’une fourche Fox 32 RL de 120 mm à la place des classiques Headshok Lefty. Pour compenser la hauteur de fourche, Cannondale a ajouté une cale sous le tube de direction. Cela donne plus d’angle (68,5°) et rend le vélo davantage stable en descente. Pas de temps d’apprentissage malgré un top tube un peu long : le Rush 4 démarre au premier coup de pédale et il est très facile à emmener. Les cuisses les plus musclées noteront quelques mouvements de suspension arrière, sans conséquence toutefois sur le rendement qui est bien là. Les ingénieurs de Cannondale ont compris qu’un vélo de type marathon devait être facile en toutes circonstances et amusant à l’occasion.

Les sentiers monotraces conviennent à merveille au Rush. Plus ça tourne (on est bien aidé par le guidon large), plus on alterne montées et descentes, plus on s’éclate ! La rigidité avant et une certaine souplesse du train arrière inspirent confiance au pilote qui n’hésite à engager dans les virages courts et à déraper sur les grandes courbes. Les montées ne sont pas un calvaire. Le monopivot, associé à l’amortisseur Fox RP2, colle le Cannondale au terrain. Et comme ce Rush est léger, les poursuivants tirent la langue… Avec ces 68,5° d’angle de direction, on peut envoyer les watts. Le VTT est stable, amusant. On se surprend à délirer sur des doubles mais à ce rythme, les freins affichent leurs limites. Dommage car celles du VTT ne sont pas atteintes. Ce Rush 4 est, en fin de compte, un marathonien au grand cœur.