Sunn 5016R : Retour vers le futur !

« McFly, on ressort la Delorean ? OK Doc’, on programme un voyage pour les années 90, mais version 2016. » C’est un peu ce que propose ce Sunn 5016R : un voyage dans le temps à travers les années glorieuses de la marque… les années chromoly !

DR. T. Zaniroli
DR. T. Zaniroli

[Htab][tab title= »PRIX »]1699€[/tab][tab title= »POIDS »]13.40 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 120 mm | Déb. ar. : -[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, plaine.[/tab][/Htab]

« Nom de Zeus ! »

Ils l’ont fait, Marty ! Ceux qui (comme moi !) on découvert le VTT au début des années 90 se souviennent probablement de cette époque où Sunn faisait chavirer les cœurs avec ses cadres en chromoly et trustait les podiums avec le team Chipie. Et vu que Sunn signe son grand retour en 2016, il était judicieux de sortir une machine jouant sur l’émotion et rappelant les heures de gloire de la marque française. Nostalgie, quand tu nous tiens ! Le 5016R est donc un concentré d’histoire de la marque originaire de Saint Gaudens. Derrière son design old school bleu turquoise rappelant la couleur du team Chipie et ses différents logos retraçant l’histoire de la marque se cache un cadre en chromoly 4130, comme à la grande époque ! Pour autant, l’ossature de ce VTT adopte des standards actuels : roues en 27.5 », douille de direction conique, fourche Fox en 120 mm de débattement, géométrie moderne et pattes de dérailleur réglables permettant de modifier la longueur des bases et d’éventuellement opter pour une transmission monovitesse. Dans ce cas, Sunn a même prévu de pouvoir enlever le routing des dérailleurs pour un look plus épuré. Une chose est sûre, le look de ce 5016R se démarque nettement du design orienté performance du reste de la gamme Sunn. Le nom résume à lui seul l’esprit de ce VTT : le deux premiers chiffres en référence au 500R des années 90 et les deux derniers pour le millésime 2016.

« Quitte à voyager dans le temps au guidon d’un VTT, autant en choisir un qui ait de la gueule »

Pour le coup, les designers ne se sont pas trompés. Ce “petit” 5016R, il a une sacrée gueule et on retrouve tout au long de son cadre une multitude de clins d’œil en référence à l’évolution de l’identité graphique de la marque… jusqu’à la très jolie douille de direction conique et ajourée des Sunnille, ces quatre parallélogrammes distinctifs de la marque. Ce 5016R a tout de la série limitée, et cela tombe plutôt bien puisque seulement cent exemplaires seront proposés à la vente.

« Là où on va, on n’a pas besoin…de route »

…ça tombe bien Emmett, on fait du VTT ! Alors, en selle ! Côté géométrie, le 5016R n’a plus grand-chose à voir avec le 5000R, son géniteur des années 90. L’angle de direction est généreusement ouvert (68,5°), la partie avant plutôt longue (tube supérieur de 595 mm en M) et les bases plutôt courtes (425 mm), mais on peut les allonger d’un peu moins de 20 mm grâce aux pattes arrière réglables. Mais ce que le cru 2016 conserve, c’est ce cadre très sloping qui a fait la réputation de la marque au fil des années. Pas de doute, une fois en selle on reste bien sur un Sunn ! Avant de partir pour ma première virée, j’ai d’emblée changé le Hutchinson Python en 2.2 par un pneu avant au profil plus agressif. Autant à l’arrière la monte d’un Python (en 2.1 pour l’occasion) ne pose pas de problème, autant son montage à l’avant sur un VTT rigolo et polyvalent peut potentiellement transformer votre sortie en une magnifique représentation de Holyday on Ice. Carton rouge ! Vous l’avez compris, le choix d’un profil de pneu différencié d’origine (Cougar à l’avant et Python à l’arrière aurait été nettement plus judicieux). Après ce court passage au stand, direction la forêt de Fontainebleau pour voir si ce petit Sunn tient ses promesses. Dès les premiers tours de roue, je retrouve ce que j’affectionne tant sur les cadres en chromoly, à savoir cette faculté à distiller du confort grâce aux facultés d’absorption des vibrations de ce matériau. Une longue sortie au guidon du 5016R peut s’envisager sans qu’elle ne se transforme en séance de torture, grâce à une partie arrière qui sait ménager votre dos, une géométrie plutôt “relax” et une fourche qui filtre particulièrement bien les petits chocs. Reste qu’au bout de seulement dix petites minutes de sortie, me voilà avec la selle “au ras des pâquerettes” à cause de la finition vernie de la tige de selle. C’est très joli, mais ça glisse si on ne serre pas le collier de selle de façon généreuse ! Si le 5016R surprend par son confort, qu’en est-il des performances ?

« Personne me traite de mauviette »

Marty, c’est le moment de voir si le 5016R en a dans le caleçon. Allez, j’attaque la première descente, un petit sentier monotrace rapide qui serpente joyeusement. Je lâche les freins tandis que les premières racines se profilent au loin. Avec ce petit joujou entre les mains, autant vous dire que la moindre aspérité du terrain est une bonne raison de s’envoyer en l’air. Dans le chapitre des VTT joueurs, ce Sunn fait fort. On le place où on veut en courbe, on s’amuse, on décolle, on dérape. Bref, on s’amuse ! Parfois, la dure réalité des choses vient nous rappeler qu’on pilote un semi-rigide (ça tabasse un peu !), mais globalement l’ensemble est relativement tolérant. OK, dans la majorité des cas un tout-suspendu sera plus rapide… mais niveau sensations et plaisir de pilotage, je dois avouer que rouler au guidon du 5016R est plutôt grisant. Même si finalement, j’aurais peut-être préféré un cintre un peu plus large dans certaines circonstances. Avec un peu plus de 13,4 kg sur la balance sans pédales, le 5016R n’est pas à classer dans la catégorie des poids plume. On est loin des cadres hyper légers que Sunn proposait il y a quelques années, mais pour autant ce léger embonpoint ne se fait pas au détriment des qualités dynamiques car le 5016R reste assez vif dans les enchaînements de courbes et plutôt convaincant en montée. Finalement, j’aurais aimé que Sunn pousse le concept du 5016R un peu plus loin. Je l’imaginerais bien en roues de 29 »/27.5+, avec une tige de selle télescopique comme l’Orbea Loki… pas vous ?

Ce qu’il faudrait changer

Pour commencer, troquez le Hutchinson Python en 2.2 à l’avant pour un modèle au profil plus agressif, comme le Cougar. Cela vous fera un pneu en rab’ lorsque l’arrière sera trop usé. L’autre défaut principal concerne l’absence de système de tension du dérailleur arrière, surtout sur un semi-rigide. Aux premiers signes de fatigue, vous pourrez changer le Shimano XT pour un modèle Shadow Plus. Et si vous êtes un pilote généreux, lâchez-vous pour un cintre un peu plus large, en 740 mm par exemple.

Caractéritsiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L – Cadre : cr-mo 4130 – Fourche : Fox 32 Performance – Freins : Shimano M506, av. ø180 mm ; ar. ø160 mm – Dérailleur avant : Shimano Deore – Dérailleur arrière : Shimano Deore XT – Pédalier : Shimano Deore 38/24 – Commandes : Shimano Deore – Cassette : Shimano 11/36 – Moyeux : Sunn – Jantes : Mavic EN421 – Pneus : Hutchinson Python 2, av. 27.5X2.20 ; ar. 27.5X2.10 – Potence : Sunn 65 mm – Cintre : Sunn 720 mm – Tige de selle : Sunn – Selle : Sunn – GEOMETRIE en taille M : Tube supérieur 595 mm – Tube de selle 455 mm – Angle de direction 68,5° – Angle du tube de selle 73,5° – Bases 425mm à 440 mm – Empattement 1 105 mm à 1 120 mm – Hauteur de boitier de pédalier 305 mm – Reach 415 mm – Stack 615 mm.

Distributeur : Sunn, Contact : www.sunn.fr

RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

[quote] On aime : Confort • Plaisir de pilotage • Côté néo-rétro réussi
On regrette : Pas de dérailleur arrière Shadow+ • Pneu avant inadapté • Tige de selle qui glisse.[/quote]