Scott Ransom 910 : L’enduro accessible

Le Ransom est le gros vélo d’enduro de la gamme Scott. Un gros débattement qui paraît sur le papier taillé élitiste et pour l’engagement. Pourtant, notre test terrain a livré un tout autre verdict…

DR. J. André

Prix : 5699 € | Poids : 14,7 kg taille M ; roues 5,190 kg | Déb. av : 170 mm  | Déb. ar : 170 mm / Pratique : vallonné, montagne, enduro-trail

Nous n’avions pas encore pu tester sur une longue période la dernière version du Ransom. Scott nous a fait l’honneur de nous mettre à disposition le tout nouveau cru 2021. Le Ransom 910 est ainsi paré d’une magnifique robe verte qui n’est pas sans rappeler pour les fans de voiture le fameux 4X4 Land Rover. Le cadre est strictement identique à la version 2020 avec un triangle avant en carbone et un arrière en alu sur cette version. Nous retrouvons sur le niveau de gamme 900 un châssis entièrement en carbone et sur les deux versions (920/930) moins onéreuses un cadre totalement en alu. La suspension arrière est développée autour d’une architecture de type Horst Link avec un amortisseur Trunnion placé verticalement devant le tube de selle comme c’est la grande tendance actuellement. Ce type d’architecture permet de réaliser des cadres relativement légers avec un dégagement important au niveau du triangle avant pour y placer un porte-bidon au minium… La recherche du poids le plus contenu est un des fers de lance de la marque Scott qui est devenue un spécialiste dans ce domaine et notre machine en est un bon exemple pour un tel débattement. Nous sommes par contre un peu déçus niveau accessoirisation dans le triangle avant car rien de plus qu’un simple porte-bidon. Nous aurions vu d’un bon œil le fameux kit Syncros avec porte-bidon, multi-outils, pompe intégrée et pourquoi pas la petite sacoche pour y glisser une chambre à air ou un kit de mèches. Nous espérons que pour le futur ce type de solution sera retenu car Syncros offre une très bonne alternative sur le marché. Le choix des composants est assez surprenant avec un panachage de plusieurs grandes marques d’accessoires associé à des produits maison. Le résultat est assez flatteur avec un bon rapport qualité-prix sur ce segment. Mais nous avions hâte de voir ce que pouvait donner le combo de suspensions avec l’imposante Fox 38 avec un simple amortisseur DPX… Sur le papier, c’est un gouffre énorme, mais Scott a l’art de développer en collaboration avec ses fournisseurs des produits atypiques. La partie hydraulique des suspensions est unique pour cette machine avec une manette au niveau du guidon qui contrôle simultanément les deux suspensions. Nous avons 170 mm de débattement en position ouverte sur l’arrière puis une position Traction réduisant le débattement à 120 mm et ensuite un blocage complet.

L’autre interrogation qui nous turlupine sur le papier est la géométrie de ce Ransom. Malgré un débattement monstrueux, la géométrie nous paraît bien sage. Le premier regard sur la machine ne trompe pas, le Ransom 910 n’est pas « super » long, ni « super » ouvert ou ni « super » bas comme c’est le tendance sur les machines dédiées à l’enduro. Le vélo nous paraît compact et assez haut. Les chiffres de charte de géométrie vont dans ce sens avec une longueur totale assez contenue et des angles plus que raisonnables. Mais vu le nombre d’ajustements possibles entre les suspensions et la géométrie, nous pouvons imaginer que le test terrain va nous livrer bien de surprises.

Ses aptitudes de franchiseur assez exceptionnelles

Nous commençons notre test avec la position la plus haute qui permet aussi de rouler en 27+. Au niveau des réglages des suspensions, nous nous plaçons au milieu des plages recommandées par Scott grâce à son astucieux système (voir détail). Nous sommes à 28% de la course arrière et 27% de la course avant. Niveau compressions, nous commençons le test tout ouvert et la détente en milieu de plage. Nous positionnons le levier d’ajustement de la progressivité sur le mode le plus linéaire. Les premières sensations sont d’ailleurs directement liées à la suspension avec un confort impressionnant. La 38 dans cette version Performance Elite nous a surpris du fait de sa sensibilité tout comme l’amortisseur arrière en position linéaire. Les pneus en 2.6 à l’avant comme à l’arrière ne sont pas étrangers à cette sensation de confort. La position de pédalage est assez compacte et relevée. Nous nous sentons presque à l’étroit dans cette position haute sur notre taille M avec la potence de 40 mm. Le vélo est relativement haut de l’arrière et nous adoptons une position assez relevée au niveau du buste. Le Ransom 910 ne fait pas dans l’élitiste et propose une position à l’image de ses suspensions, c’est-à-dire confortable. Une homogénéité qui n’est pas pour nous déplaire. La seule mauvaise surprise vient de la selle qui nous surprend par son manque cruel d’assise et nous n’arrivons absolument pas à trouver notre place malgré plusieurs ajustements. Nous décidons de la remplacer par un autre produit de la gamme Syncros que nous adorons depuis le test des selles que nous avons réalisé.

Au niveau du pédalage c’est surprenant mais c’est assez fluide, surtout sur les sections plates. Nous avons même un peu de mal à sentir que nous sommes sur une aussi grosse machine. Quand il faut commencer à grimper nous sentons enfin que nous sommes sur un vélo de 170 mm de débattement. Nous passons rapidement en mode Traction. Cette option est même obligatoire sur les montées raides car le tube de selle assez coudé et l’architecture de suspensions nous plongent rapidement sur l’arrière. Le fait de réduire la course à 120 mm remonte surtout le train arrière, et permet de retrouver les sensations d’un vélo de Trail. Mais qui dit petit vélo dit forcément moins de grip et de traction sur des montées vraiment techniques. Dans ce type de situation, nous avons trouvé notre bonheur avec la position plus progressive du ressort pneumatique de l’amortisseur arrière. Le vélo offre un meilleur maintien après la zone de précontrainte et couplé avec le boîtier de pédalier assez haut nous découvrons des aptitudes de franchiseur assez exceptionnelles à cette machine. Au niveau conservation de vitesse cette position plus progressive est aussi une aide précieuse car elle permet de moins consommer de débattement et nous pouvons ainsi aisément jouer avec la machine malgré les 170 mm de débattement.

En descente, les pilotes avec un coup de guidon averti se régaleront

En descente, nous nous rendons rapidement compte que cette configuration n’est pas idéale dans la forte pente car nous nous sentons trop haut de l’arrière. Il faut impérativement ajouter de la compression basse vitesse sur la fourche pour retrouver une assiette correcte mais nous perdons en confort. La meilleure option reste de repasser en position plus linéaire pour assoir le vélo. Nous nous sentons finalement surtout à l’aise dans les sentiers techniques, lents et cassants.

Il est temps de passer en positon basse, elle est étudiée spécialement pour l’enduro en 29”. Dans cette configuration, le vélo bascule un peu plus sur l’arrière. Le confort est encore plus présent avec un début de course plus souple. Nous sommes passés de 28% à 30% de course morte (précontrainte) en changeant de position. Nous utilisons rapidement la position progressive sur l’amortisseur pour nous repositionner un peu plus au centre du vélo pour les parties de pédalage car avec 30% de précontrainte nous avons tendance à toucher rapidement les obstacles. Nous trouvons cependant le vélo plus équilibré et facile dans les sentiers ludiques. Nous nous régalons à enchaîner les passages techniques. La fourche nous impressionne toujours autant et nous pouvons encore gagner un peu en confort du fait de la position moins sur l’avant en rouvrant la compression basse vitesse. Attention, il faut garder en tête qu’il y a un équilibre à trouver entre les suspensions. La fourche peut rapidement devenir trop souple ou trop linéaire au vu de la suspension arrière. Nous avons remarqué que nous n’arrivions jamais à utiliser les 170 mm de course sur l’avant alors que nous avons parfois la sensation de plonger fortement. Nous avons ainsi rajouté de la pression pour avoir plus de maintien en milieu de débattement mais nous avons retiré les deux anti-volumes présents de série pour avoir une fin de course plus linéaire. Dans cette configuration, nous avons un vélo avec le gabarit d’un gros vélo de trail mais le confort d’un vrai enduro. Nous pouvons dévaler les pierriers en toute sécurité. Plus nous nous mettons sur l’arrière et plus le vélo s’affaisse rapidement. Si nous couplons ça avec l’effet de frein arrière qui a aussi tendance à faire plonger la suspension, nous voilà avec une machine très sécurisante dans la pente. Il faudra faire attention toutefois à réussir à garder le contact avec la roue avant. Heureusement le vélo n’est vraiment pas long et un simple geste des épaules permet de se repositionner correctement. Une fois encore nous sentons le vélo à l’aise dans les sentiers techniques et sinueux. Quand la vitesse commence à s’élever et que les pistes deviennent plus larges, il faut se concentrer et ne pas relâcher l’attention. Les pilotes avec un coup de guidon averti se régaleront, ayant l’impression de rouler avec un vélo super maniable. Nous aurions aimé certainement un peu plus de sérénité au niveau stabilité dans les secteurs rapides.

DR. J.André

Un vélo plaisir

Le Ransom 910 est un vélo avec certes du débattement, mais il reste facile à prendre en mains. Un vélo qui nous fait penser à un vélo plaisir plus qu’à un vélo chrono. Nous avons quand même pu nous faire de belles parties de manivelles avec cette machine sur des spéciales d’enduro. Mais nous nous sentons plus à notre aise au guidon du Ransom 910 sur de longues journées de ride que sur des terrains naturels. Nous avons la conviction que c’est l’âme de cette machine. D’ailleurs, beaucoup de paramètres vont dans ce sens avec une suspension onctueuse avec un effet de bras important qui permet d’assoir facilement le vélo quand nous découvrons de nouvelles traces. L’effet de frein assoit fortement le vélo, nous pouvons freiner tout en douceur ou nous amuser à faire de gros dérapages facilement comme les pros. Au pédalage, l’effet de chaîne important sur le début de la course de l’amortisseur permet d’avoir un vélo dynamique malgré le débattement. Nous aurions simplement aimé avoir un tube de selle plus redressé, comme c’est la tendance, pour avoir moins la sensation de partir sur l’arrière quand la pente se fait plus raide. Le Ransom 910 est certes dans la catégorie des vélos d’enduro, mais nous le rangerions volontiers dans la catégorie Renduro. Il ne faut pas voir dans ce terme quelque chose de péjoratif, bien au contraire, car nous avons rarement eu un vélo avec autant de débattement aussi abordable à utiliser.

Caractéristiques

GEOMETRIE Taille : M – Tube supérieur : 603-604 mm – Tube de selle : 440 mm – Angle de direction : 65-64,5° – Angle de tube de selle (effectif) : 75,5-75° – Bases : 436-438 mm – Empattement total : 1215-1216 mm – Hauteur de boîtier : 354-347 mm – Reach : 440-445 mm – Stack : 610-614 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : carbone et alu – Fourche : Fox 38 Float Performance Elite Fit 4, déport 44 mm – Amortisseur : Fox Nude Tr Evol DPS Trunnion – Freins : Shimano XT M8121 4 pistons, disques SM-RT76 ø203/180 mm – Dérailleur arrière : Sram Eagle GX – Pédalier : Sram GX Eagle, 32 dents – Commande : Sram Eagle GX – Cassette : Sram Eagle XG 1275, 10-52 – Roues : Syncros Revelstoke 2.0 30 mm – Pneus : av. Maxxis Assegai Exo+, 3C Maxx Terra 29 x 2.60 » ; ar. Maxxis Dissector Exo+ 3C Maxx Terra, 29 x 2.60 ». – Potence : Syncros XM1.5, 40 mm – Cintre : Syncros Hixon 1.5, 800 mm – Tige de selle : Fox Transfert Performance Elite, 150 mm, ø 31,6 mm – Selle : Syncros Kaslo 1.5 .

Distributeur : Scott, Contact : www.scott-sports.com

Notes

Rendement : 4

Confort : 4

Maniabilité : 4,5

Stabilité : 3

Prix/Equipement : 4,5

TOTAL: 16/20

On aime : le look de cette version 910 • Rapport qualité/prix • Accessibilité • Polyvalence

On regrette : Le grand nombre de gaines du fait de toutes les manettes de contrôle • Amortisseur arrière sans bonbonne • Peinture fragile sur la partie arrière

Previous article3 nouvelles destinations dans le réseau Espaces R-Bikes cette année
Next articleRockShox Domain : peau neuve !