Santa Cruz 5010 : évolution logique

Après un peu moins de 3 ans de bons et loyaux services, le Santa Cruz 5010 se refait une jeunesse. Au programme, une toute nouvelle géométrie dans l’air du temps, une suspension arrière VPP revisitée et un débattement augmenté. La formule magique pour un bon all-mountain ? Du fun et du plaisir, le tout saupoudré d’une bonne dose de polyvalence !

DR T. Zaniroli
DR T. Zaniroli

[Htab][tab title= »PRIX »]5399€[/tab][tab title= »POIDS »]12,95 kg sans pédales en taille L[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 130 mm | Déb. ar. : 130 mm[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

J’avais déjà adoré l’ancien 5010, au point de l’avoir adopté durant une bonne partie de l’hiver fin 2013. Alors forcément, lorsque Santa Cruz a annoncé l’arrivée d’une nouvelle version deux ans plus tard, je me suis penché de près sur le sujet. Le 5010 cru 2.0 hérite d’un tout nouveau châssis développé en même temps que son grand frère le Bronson, ce dernier développant 150 mm de débattement arrière. Le premier changement, on le retrouve au niveau de la nouvelle biellette inférieure, qui reprend le système inauguré sur le Nomad. Nettement moins exposée, plus compacte, rigide et plus fiable que la précédente version, elle s’intègre discrètement au-dessus du boîtier de pédalier. Au passage, l’ancrage de la biellette supérieure s’effectue désormais sur le tube supérieur. Ainsi, cette troisième version du VPP (Virtual Point Pivot, le système utilisé par Santa Cruz) promet plus de sensibilité et un meilleur comportement en milieu de course. Ça promet !

Dans l’air du temps

Pour autant, l’évolution du 5010 est loin de se résumer à une nouvelle biellette. En fait, le “petit” all-mountain de la marque californienne a été revu de A à Z… au point de devenir un “grand”. On reprochait souvent aux anciennes générations de Santa Cruz de tailler court. Parce que rien n’est jamais figé, les ingénieurs de la marque ont écouté les remarques et ont su s’adapter à l’air du temps. Du coup, la partie avant (tube supérieur et empattement avant, ou reach) s’allonge de façon significative. A l’arrière, c’est l’inverse puisque les bases perdent près d’un centimètre pour atteindre 426 mm, tout en adoptant le format Boost (12X148 mm) au niveau de l’axe arrière. L’angle de direction s’ouvre à 67°, l’angle du tube de selle se redresse pour atteindre pratiquement 74° et le débattement arrière augmente pour atteindre 130 mm. Vous l’avez compris, le 5010 se veut nettement plus radical, au point de venir jouer sur les plates-bandes de l’ancien Bronson. Du coup, je me pose une question existentielle. Cette nouvelle version a-t-elle perdu la polyvalence que j’avais tellement aimée sur la version originale ?

Le même, en mieux !

DR T. Zaniroli
DR T. Zaniroli

Premier bon point, on n’a désormais plus besoin de choisir une taille au-dessus pour se sentir bien au guidon du 5010. Avec mon mètre 80, mes petites jambes et mon grand buste, je suis loin d’être à l’étroit sur la taille L de mon modèle test. Pour tout vous dire, j’opterai même dès la deuxième sortie pour une potence plus courte que les 75 mm de celle d’origine, histoire de gagner en facilité de pilotage et de compenser la longueur du tube supérieur, qui dépasse tout de même 620 mm. Au chapitre des petits ajustements, je place toutes les entretoises de direction au-dessus de la potence, pour avoir une position plus propice à l’attaque. Le 5010 est proposé en version C ou CC. Dans les deux cas, le cadre est en carbone, mais la version haut de gamme CC est plus légère. Histoire de ne pas trop assassiner le porte-monnaie, je me “contenterais” de la version C en montage S qui s’affiche tout de même à 5 399 €. A ce prix-là, le montage se veut efficace et sans fioritures : fourche RockShox Pike RC, amortisseur Fox Float EVOL, transmission Sram GX en 1X11, freins SLX et périphériques RaceFace. Niveau prise en main, le 5010 n’a rien perdu de sa superbe. Dès les premiers tours de roue, mes craintes concernant la perte de polyvalence de cette nouvelle version disparaissent. Le 5010 pédale toujours aussi bien, même lorsque l’amortisseur est en position ouverte. Certes, le montage de gros pneus Maxxis est assez gourmand en énergie, mais le châssis en lui-même se montre particulièrement performant dès qu’il s’agit de pédaler, que ce soit sur du plat, en montée, assis sur la selle ou en danseuse. Et ce n’est rien en comparaison avec le plaisir de pilotage qu’il distille. Le châssis du 5010 se montre à la fois précis et tolérant, offrant une impressionnante précision en courbe tout en étant suffisamment sage pour vous ménager sur une longue sortie. Et c’est bien ce que l’on demande à ce genre de vélo, offrir le meilleur compromis entre confort, plaisir de pilotage et rendement.

Quand la magie opère…

Ah, je l’attendais cette sortie à Fontainebleau avec le 5010 ! Au programme, un peu moins de 35 bornes de sentiers bien techniques et “casse-pattes”. Moyennant une couronne de 30 dents en lieu et place de la 32 d’origine, le 5010 vous emmènera au sommet des ascensions les plus techniques, grâce à la superbe motricité que sa partie arrière procure. Pour peu que vous soyez un peu technique, ce VTT pourrait bien devenir votre allié dès qu’il s’agira de franchir ce qui pouvait vous sembler jusqu’alors impossible. La cerise sur le gâteau, elle vient ensuite, dès qu’il s’agit de descendre. Cette nouvelle géométrie vous met vraiment en confiance dans la pente. C’est dans ce sens-là que le nouveau 5010 n’a plus grand-chose à voir avec son prédécesseur, dans la mesure où il se rapproche par moment du comportement d’un petit VTT d’enduro. Bien aidé par de bons freins et surtout une excellente monte pneumatique, on se sent presque pousser des ailes, que ce soit dans le rapide ou dans le sinueux, grâce à l’alchimie procurée par un angle de direction généreux, une partie avant longue et des bases ultra-courtes qui permettent de tourner dans un mouchoir de poche. Autant vous dire qu’avant d’atteindre les limites de ce VTT, il va falloir y aller. De mon côté, je n’y suis pas arrivé. Sur les sentiers techniques et trialisants de Fontainebleau, le compromis maniabilité/stabilité est optimal. L’avant s’engage facilement, l’arrière suit sans broncher et passe partout. Dès que le rythme s’accélère, les suspensions se libèrent et l’arrière vous donne cette irrésistible impression de débattement infini, avec un excellent contrôle en milieu de course où la suspension conserve une bonne assiette. Au fond, la seule limite du 5010 dans cette version, c’est probablement son train roulant qui bride les performances d’un châssis qui a su évoluer sans perdre sa polyvalence.

Ce qu’il faudrait changer

Proposé à 5 399 €, le 5010 fait payer la qualité de son châssis à prix fort. A ce tarif, le Santa Cruz peut paraître sous-équipé, mais à l’usage l’ensemble est plutôt cohérent et parfaitement fonctionnel, à l’image de la transmission Sram GX en 1X11 ou encore des freins Shimano SLX. En résumé, vous n’aurez pas de mauvaise surprise à ce niveau-là. En revanche, n’hésitez pas à investir dans une bonne paire de roues en adéquation avec la qualité du cadre. Vous gagnerez en dynamisme et allégerez de façon significative votre machine !

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : carbone C – Fourche : RockShox Pike RC – Amortisseur : Fox Float Performance EVOL – Freins : Shimano SLX ø180 mm – Dérailleur arrière : Sram GX – Pédalier : RaceFaceAeffect SL 32 dents – Commande : Sram GX – Cassette : Sram XG1150 10-42 – Moyeux : Sram MTH 716/746 – Jantes : Easton AR24 – Pneu Av. : Maxxis Minion DHR2 TR 3C 27.5X2.3 – Pneu Ar. : Maxxis Ardent 27.5X2.3 – Potence : RaceFace Turbine – Cintre : RaceFace Ride 760 mm – Tige de selle : RockShox Reverb – Selle : WTB Volt Race – GEOMETRIE Taille L – Tube supérieur : 620 mm – Tube de selle : 460 mm – Angle de direction : 67° – Angle de tube de selle : 74° – Bases : 426 mm – Empattement total : 1 168 mm – Hauteur de boîtier : 333 mm – Reach : 445 mm – Stack : 604 mm.

Distributeur : Race Company, Contact : www.racecompany.fr

RENDEMENT [star rating= »4″]
CONFORT [star rating= »4″]
MANIABILITE [star rating= »4″]
STABILITE [star rating= »4″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »2.5″]

[quote] On aime : Toujours polyvalent • Plus performant en descente • Géométrie
On regrette : Pas donné ! • Roues en retrait.[/quote]