Rockrider XC 500 S : tout en confort

Le RockRider XC 500 S est une belle proposition dans la gamme du fabricant français pour 2021. Il reprend le cadre du XC 900 S avec un équipement moins affriolant pour être proposé à un prix canon : 1 799 €. De quoi en faire le tout-suspendu le plus désirable du marché à moins de 2 000 €.

DR. Swann L. Lefèvre

Le RockRider XC 900 S a été un véritable carton commercial l’année dernière au point d’avoir été très souvent en rupture de stock. Pour 2021, la marque risque bien de renouveler l’expérience avec cette déclinaison 500 S, encore plus accessible en prix. D’autant que l’on retrouve le même châssis que sur le 900 S avec un triangle avant en carbone et un triangle arrière en alu. On ne sera donc pas étonné non plus de retrouver la suspension arrière monopivot de type parallélogramme déformable (avec biellette – les haubans – et basculeur en carbone s’il vous plaît), dont l’axe principal est placé juste au niveau de la ligne de chaîne du plateau de 34 dents et quasiment au-dessus de l’axe du pédalier. Un choix qui donne tout de suite l’orientation de pédaleur de ce vélo. C’est donc au niveau des composants que ce 500 S permet d’offrir un prix compétitif, au point d’en faire le tout-suspendu carbone le moins cher du marché (on parle de vrai tout-suspendu, pas de truc venu de Chine fabriqué dans le fond d’un garage à partir de moules déclaissés, repris ici ou là). On trouve ainsi une fourche Manitou Machete en 120 mm de débattement. Une fourche air/huile donc, avec la cartouche TPC/Kwik Toggle. A l’arrière on retrouve toujours l’amortisseur Manitou Radium qui est sur ce cadre depuis maintenant deux ans. C’est un produit qui a été développé conjointement avec Manitou et les ingénieurs de RockRider pour qu’il corresponde le mieux possible aux comportements attendus pour le 500 S. Sans surprise également, le Combo Lock fait aussi partie du paquetage. Il dispose de trois positions : ouvert, plus dur et fermé. Il fonctionne toujours sur le principe d’une manette tournante, qui agit simultanément sur la fourche et l’amortisseur. On vous l’a déjà dit, mais nous ne sommes pas fans de ce système qui prend beaucoup trop de place sur la poignée, et qui, au final, ne sert pas beaucoup. On aurait juste préféré un système de durcissement de la fourche manuel, plus qu’à l’arrière qui n’en a pas besoin tant il est bien calibré.

Pour l’équipement, le XC 500 S fait la part belle au groupe Sram. Par rapport au XC 900S de l’année dernière, le disque avant passe enfin à 180 mm de diamètre pour mieux répondre aux sollicitations d’un tel vélo. Nous sommes ici sur un ensemble Sram Level T qui nous laisse toujours autant sur notre faim. Ça ralentit plus que cela ne freine, mais c’est fiable. C’est déjà une bonne chose. Côté transmission, dérailleur et commande en Sram GX associés à une cassette Sram NX en 11/50. Pourquoi du NX ici ? Si le vélo avait été monté en cassette GX, donc 10/52, il aurait fallu passer sur un corps de roue libre Sram XD, plus cher, tout comme la cassette, et le prix du vélo aurait alors fait un bond vers le haut. Alors on se contentera du NX, qui offre une très belle plage de dentures et qui sera facile à trouver en magasin, idem pour le corps de roue libre qui est du coup, complètement standard.

On le voit, le XC500S mise sur la fiabilité, la facilité et le faible coût de l’entretien. D’ailleurs à ce titre si la gaine de dérailleur arrière passe en interne, celle de Durit© de frein arrière passe en extérieur. Au moins, pas de prise de tête. RockRider précise tout de même qu’ils ont prévu un cheminement interne pour une potentielle tige de selle télescopique. Ça tombe bien, c’est justement ce qui lui manque le plus, une tige de selle télescopique. Mais avant, en selle !

Du confort pour rester en selle longtemps

Il y a deux ans nous vous alertions sur le taillant du XC 900 S, le cadre du 500S étant le même, la remarque est toujours valable. Surtout ne tenez pas compte des préconisations de la marque, non une personne de 1,65 m ne pourra pas trouver place sur ce vélo ! Je fais 1,71 m, et même si RockRider a enfin mis une tige de selle droite, pour être parfaitement à ma position, je dois avancer la très confortable selle et remplacer la potence de 70 mm pour une de 50 mm. Autant dire qu’en dessous d’1,70 m, c’est taille S impérativement. Voilà qui est dit. Côté ajustements de suspension, là encore, on ne change pas une équipe qui gagne. L’amortisseur Manitou demande très peu de pression pour obtenir les 25% de précontrainte. Pour un pilote de 75 kg, comptez entre 80 et 85 psi, ce qui est très faible par rapport aux concurrents. L’avantage c’est qu’au moins les joints d’étanchéité de l’amortisseur ne sont pas prêts d’être usés. La fiabilité passe aussi par ce genre de détail. A l’avant, c’est facile, même pression que dans l’amorto !

Désormais fiable, le XC 500 S s’envisage sans souci pour faire des raids ou des courses longues distances

Alors qu’avec son équipement revu à la baisse, ce XC 500 S aurait pu faire naître une certaine frustration en soulignant un éventuel manque de dynamisme, les premiers tours de roues montrent qu’il n’en est rien. Certes, il ne faudra pas attendre des miracles avec ce train roulant, mais les qualités intrinsèques du cadre restent inchangées. Le train arrière reste réactif, même s’il reste un peu trop sage au goût de certains. Pour moi, il reste un bon compromis entre agilité dans le sinueux, stabilité lorsqu’il s’agit de grimper (et pour grimper, il sait faire même s’il faut parfois un peu de poigne pour limiter la levée de roue avant), et autorise de franches rigolades lorsque l’on pousse le curseur un peu loin. Le triangle avant met à profit sa bonne rigidité pour bien restituer la puissance de pédalage. En revanche, si la colonne de direction est tout aussi précise, il n’en va pas de même de la fourche qui semble se plier au moindre appui dans les virages. De quoi obliger de piloter sur l’arrière du vélo, et d’enrouler plus que piloter sur l’avant. C’est dommage car la Machete dispose de bonnes qualités en matière d’amorti. Confortable, elle sait également ne pas rentrer dans tout son débattement à la moindre rencontre de racine, ou s’enfoncer au moindre freinage appuyé. Ce qui est plutôt sécurisant. Le vélo ne plonge pas de l’avant dans la pente, ce qui est un atout pour la tranquillité d’esprit de son pilote qui peut alors plus se battre pour conserver la bonne trajectoire. On aurait peut-être aimé qu’elle pompe moins dans les relances debout, d’autant qu’à ce petit jeu, la suspension arrière est elle bien mieux calibrée pour limiter ces oscillations.

DR Swann L.L.

Même dépourvu de performances tonitruantes, le XC 500S reste un vélo attachant. Oui, la fourche manque de rigidité, oui les poignées sont désagréables à souhait, oui les roues manquent de dynamise, mais vous ne nous enlèverez pas de l’esprit que l’on prend du plaisir à son guidon à accumuler les dénivelés. Désormais fiable (plus de vis de suspension qui se desserrent), il s’envisage sans souci pour faire des raids ou des courses longues distances, ou sur tout autre circuit pour des pilotes qui ne veulent pas être ennuyés par des soucis mécaniques. Pas cher à l’entretien, pas cher à l’achat, il ne lui manque qu’une tige de selle télescopique montée d’origine pour être le vrai outil pour bien débuter sur un tout-suspendu de qualité.

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille : M
Tube supérieur : 595 mm
Tube de selle : 425 mm
Angle de direction : 68°
Angle de tube de selle : 74,3°
Hauteur de douille : 105 mm
Bases : 445 mm
Empattement total : 1140 mm
Hauteur de boîtier : 338 mm
Reach : 415 mm
Stack : 605 mm

FICHE TECHNIQUE :
Tailles disponibles: S, M, L, XL
Cadre : carbone / alu 6061-6013
Fourche : Manitou Machete COMP, déport de 44 mm
Amortisseur : Manitou Radium Expert
Freins : Sram Level T, ø180/160 mm
Dérailleur arrière : Sram Eagle GX
Pédalier : Truvativ Stylo, 170 mm, 34 dents
Commande : Sram Eagle GX
Cassette : Sram PG1230, 11-50
Roues : Sun Ringle Duroc 30
Pneus : Hutchinson Kraken, 29 x 2.3”
Potence : RockRider alu, 70 mm
Cintre : RockRider alu, 720 mm
Tige de selle : RockRider alu, ø 31,6 mm
Selle : Rockrider XC Ergofit.

Distributeur : Decathlon, Contact : www.decathlon.fr

NoteRendement : 3,5/5
Confort : 4,5/5
Maniabilité : 3,5/5
Stabilité : 4/5
Prix/Equipement : 3,5/5

TOTAL : 15,2/20

On aime : Le prix • Le confort de roulage • La fiabilité de l’ensemble • Le cadre très bien protégé des agressions extérieures

On regrette : Poignées inconfortables • Manque de rigidité de la Manitou Machete • Attention à choisir la bonne taille de cadre

Previous articleNouvelle recrue chez KMC Orbea
Next articleNouvelle plateforme Powerplay chez Rocky Mountain pour les Altitude et Instinct
Journaliste & photographe