Propain Tyee CF 29 : un enduro pour le fun

Propain est une marque allemande, qui vend ses produits en direct, sans passer par un revendeur, via son site Internet. Une marque certes un peu moins connue que d’autres gros acteurs du marché, mais qui a pourtant son mot à dire, surtout avec ses nouveaux châssis. Nous avons pu prendre en main le vélo enduro de la gamme.

Prix : De 3 249 € à 7 344 € | 14 kg taille L | Déb. av. 170 mm | Déb. ar. 160 mm / Pratique : randonnée-enduro, enduro / Terrain : montagne, vallonné.

Le Tyee, c’est son nom, développe 160 mm de débattement à l’arrière et il est pourvu d’une fourche en 170 mm à l’avant. Nous avons le choix entre des roues 29’’ pour les tailles M/L/XL ou 27.5’’ pour les tailles S/M/L, suivant sa préférence au niveau pilotage. Propain propose aussi le choix entre un cadre en alu ou entièrement en carbone pour la version haut de gamme. Nous sommes partis sur la version carbone dénommée CF avec des roues en 29’’. Le montage de notre modèle était un peu spécial car prêté par Formula (suspensions et freins) mais il faut savoir que sur le site de la marque vous pouvez configurer votre vélo avec différents packs de composants. Les prix sont étonnamment agressifs et vous pouvez rouler la version avec le kit le plus basique pour un peu moins de 3 500 € dans cette version châssis en carbone. Pour la version la plus haut de gamme qui se rapproche de notre montage, il faut débourser plus de 7 000 €. Au niveau technique, notre cadre CF est entièrement en carbone avec seulement les deux biellettes en aluminium forgé. Le châssis est annoncé à seulement 2,7 kg sur la balance, ce qui place le Tyee dans les modèles les plus légers du segment. Comme sur beaucoup de machines de ce type, les passages de gaines sont en interne et nous retrouvons des protections efficaces sur les parties exposées comme la base côté chaîne ou le tube inférieur. Au niveau de la cinématique, nous retrouvons le fameux agencement développé Robert Krauss, il y a déjà 12 ans. Nous sommes sur un système de type point de pivot virtuel avec une biellette qui tourne dans le sens horaire et l’autre à l’opposé, comme sur un Santa Cruz avec son système VPP, sauf qu’ici l’amortisseur est placé directement entre les deux biellettes (flottant). Nous avons un vélo avec un look unique où la suspension arrière est ultra compacte. Au niveau de la géométrie, nous voilà avec un cadre agressif mais sans être trop long ou trop ouvert comme c’est la grande mode. L’angle de direction est à 64,5° et nous avons un reach de 470 mm sur notre taille L. Par contre le tube de selle est droit (77°) avec peu de déport par rapport au boîter de pédalier. Nous avons ainsi l’assurance d’avoir une position assez homogène quelle que soit la hauteur de selle.

Le Tyee est sur le papier un vélo d’enduro, mais c’est en fait une machine taillée pour le fun et les parcours ludiques sans chercher le chrono

Un vélo d’enduro atypique Sur le terrain, nous avons suivi les ajustements proposés par Formula avec une course morte assez faible sur l’arrière avec seulement 24% pour commencer (amortisseur Coil) et un tout petit peu plus sur l’avant (27%). Le premier constat qui saute aux yeux, ce vélo est compact pour une taille L. Nous avons une assise ultra redressée qui nous porte vers l’avant. Il ne faut pas avoir peur d’avoir un guidon assez relevé pour retrouver un bon équilibre. Nous avons une position pour grimper qui est confortable, surtout pour s’attaquer à de longues ascensions calmement. L’autre très bonne surprise vient du dynamisme de l’ensemble. En statique le vélo paraît très confortable de l’arrière surtout si nous nous amusons à sauter sur le parking. Mais une fois que nous appliquons une force sur la chaîne, le vélo devient beaucoup plus dynamique. Nous avons un effet de chaîne important qui permet d’avoir une suspension presque figée sans même bloquer l’amortisseur. Nous sommes assez surpris des performances en montée, surtout quand nous avons un pédalage assez rond qui permet d’appliquer une force relativement constante sur la chaîne. Lorsque nous appliquons une tension (watt) plus importante, le vélo nous projette sur l’avant. Une fois le concept assimilé, il suffit de jouer avec cette tension de chaîne pour passer presque partout. Nous avons noté qu’il ne faut pas avoir peur d’être toujours sur l’avant pour avoir les meilleures performances et nous comprenons maintenant mieux la position du tube de selle associé à ce reach pas super long. Ce n’est pas le vélo le plus naturel à prendre en main, mais il reste ultra efficace surtout dans les montées raides. Nous sommes clairement sur un usage enduro où la montée est un prétexte obligatoire pour aller ensuite s’amuser en descente. Une fois que nous attaquons la pente dans le bon sens, le Tyee est joueur malgré sa longueur de bases. Nous sommes en fait bien positionnés entre les roues pour pouvoir jouer et virer comme bon nous semble, même à faible vitesse. Dans les parties techniques, le Tyee est à son avantage et nous pouvons prendre du plaisir à piloter en tournant le guidon à l’ancienne. Quand la vitesse commence à se faire plus présente, le Tyee reste confortable et sécurisant. Nous avons un effet de frein arrière assez marqué qui vient assoir la suspension arrière plus nous freinons fort. Un effet agréable pour se mettre sur l’arrière dans la pente. Le Tyee encaisse sans broncher, mais attention, il faut avoir un coup de guidon affûté quand la vitesse devient vraiment importante. Nous avons vu des vélos d’enduro bien plus stables que celui-ci. Sur les pistes aménagées, le Tyee est super facile, notamment sur les parties ariennes où il répond du tac au tac sur chaque impulsion. En revanche, cette machine est un peu moins performante dans la conservation de vitesse et le Tyee a tendance à plonger sur l’arrière sur les mouvements de corps importants. Nous pouvons atténuer cet effet en ajoutant de la compression mais nous perdons en confort. Au final, le Tyee est un vélo d’enduro atypique. Il est tolérant du fait de sa suspension et de la souplesse de son triangle arrière. Cette machine adore les sentiers techniques avec de la pente et un peu de flow. Les pilotes les plus pointus qui sont souvent sur l’avant pourront exploiter à fond ce châssis, par contre les novices apprécieront son confort et sa tolérance. Il reste que ce vélo est fun pour une machine d’enduro : Propain a fait le choix du fun face à l’efficacité. Un vélo qui ravira donc les vététistes avec un budget serré qui recherchent une belle machine qui se pilote…

Caractéristiques

Géométrie : Taille : L Tube supérieur : 618 mm Tube de selle : 460 mm Angle de direction : 64,5° Angle de tube de selle (effective) : 77,1°
Hauteur de douille : 115 mm Bases : 445 mm Empattement total : 1 253 mm
Reach : 471 mm
Stack : 639 mm

————————————————————————————————————————————–

Notes

Rendement 4
Confort 4
Maniabilité 4
Stabilité 3
Prix/équipement 5

Total : 16/20

————————————————————————————————————————————–

On aime : Look • Prix • Géométrie

On regrette : Demande un pilotage agressif • Les effets de chaîne, de bras et de freins sont très marqués

Previous articleTranceX Advanced E+: le premier VTT-AE en Advanced Composite de Giant
Next articleLe groupe Rossignol recentre ses activités vélo sur la marque Rossignol