Orbea Loki 29 H10 : Le métamorphe

Avec le Loki, les Basques d’Orbea dotent leur gamme d’un semi-rigide avant tout pensé pour s’amuser dans les sentiers. Géométrie agressive, tige de selle réglable sur deux positions, gros pneus, le Loki a tout pour séduire. Vous privilégiez l’aspect ludique pendant vos sorties, vous êtes débutants ou vous cherchez une deuxième monture moins formelle ? Alors cet Orbea est peut-être pour vous ! Nous en tout cas, on s’est amusés comme des fous derrière son guidon.

DR N. Le Carré
DR N. Le Carré

[Htab][tab title= »PRIX »]1799€[/tab][tab title= »POIDS »]12,81 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 120 mm | Déb. ar. : -[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, montagne, plaine.[/tab][/Htab]

L’Orbea Loki est conçu comme une machine 100% plaisir. Néanmoins son châssis en aluminium triple épaisseur hydroformé permet de maintenir une masse relativement faible pour une machine de ce niveau de gamme. Les tubes sont travaillés pour optimiser la diffusion des contraintes, tout en offrant ce qu’il faut de rigidité. On flashe également sur le tube supérieur. Particulièrement slopping, il permet de faciliter les mouvements une fois sur la bête. Le Loki ne fait pas dans les solutions techniques compliquées : ici la simplicité prime. On retrouve une douille de direction conique (SHIS ZS34/28,6 – IS38/40) et une boîte de pédalier au standard BSA. Seuls les passages de gaines semi-intégrés et l’axe arrière au format Boost 148 viennent nous rappeler qu’on est face à un vélo bien de son temps. Pour appuyer ce dernier point, les Espagnols ont pondu une géométrie particulièrement bien foutue. Le triangle avant est calé pour être ni trop long, ni trop court (Reach 410 mm en M) ; tandis que l’arrivée du Boost permet de réduire la longueur des bases de manière conséquente, tout en gardant un dérailleur avant. Toujours sur la partie arrière, il y a suffisamment de dégagement au niveau du pneu pour les conditions hivernales ou installer une paire de roue 27,5 chaussée de pneus Plus. En effet, le Loki est compatible avec le dernier format de pneu en date. Orbea vend même certaines versions déjà équipées de boudins XXL. L’angle de direction s’accorde une pause à 67° et celui du tube de selle se cale à 73°. Autrement dit, à l’avant la roue est calée pour voir venir les obstacles et vous rassurer quand il y a de la pente et que ça secoue, tandis que derrière vous profiterez d’une position de pédalage particulièrement confortable. L’empattement du vélo est tout à fait raisonnable et devrait faire du Loki un petit cabri. On finira cette partie statique par un petit mot sur l’équipement. On retrouve la dernière Fox 32 Float Boost 110 en finition Performance à la proue du Loki. À l’exception de la potence Race Face, c’est Orbea qui s’occupe de pas mal de composants. Le cintre, les roues et la tige de selle Orbit sont propres à la marque espagnole. Cette dernière, grâce à un ingénieux système de butées que l’on ajuste au préalable, dispose d’une position haute et d’une position basse. Une tige de selle à débattement variable à moindre coût ! La transmission est confiée à Shimano avec un panachage SLX Side Swing, Deore XT Shadow Plus Direct Mount. Enfin Maxxis s’occupe de chausser le Loki avec des gommes Ardent en carcasse renforcée EXO. Ainsi équipé et monté en Tubeless, le Loki affiche 12,8 kg en taille M et s’échange dans cette version contre 1 799 €.

Direction les trails

À peine la bête réceptionnée au bureau, nous nous sommes empressés de passer la monte pneumatique en Tubeless. Les jantes sont compatibles, on installe une paire de valve, un peu de liquide préventif et c’est parti. Officiellement les pneus ne sont pas Tubeless Ready, mais entre nous, ça tient très bien et ce même après plusieurs sorties. On règle la butée haute de la tige de selle pour les phases de pédalage et la butée basse pour les portions descendantes. Parfait. En selle, la position de pédalage est franchement bonne. Les jambes tournent avec aisance, même si les talons ont tendance à venir frotter sur les haubans. On peut néanmoins aligner les kilomètres sans problème, à condition d’être en accord avec la selle offerte par Orbea. De notre côté ce ne fut pas le cas : le rembourrage trop mou et le dessin plat ne nous ont pas fait de cadeau en matière de confort. Un point à revoir si vous êtes sensibles au niveau de l’entrejambe. Orbea propose bien la dernière Fizik Gobi en option, mais son profil la réserve aux bassins étroits. Pour rester sur les points d’appuis, les grips non Lock-On sont une aberration sur un vélo de ce tarif. Le genre d’économie de bout de chandelle dont on se passerait bien en tant que pratiquant. Ils ont eu de cesse de tourner et de se décaler lors de nos sorties. Passés ces petits désagréments, le Loki offre un excellent comportement sur une très large variété de terrains.

Une fois lancé, le rendement est bon et la machine se laisse faire dans les petits enchaînements sinueux. On anticipe les compressions et les changements de direction, et c’est avec aisance que l’on se meut sur le Loki. Les bases courtes offrent du dynamisme en courbe et permettent de s’éjecter d’une mauvaise passe ou d’accélérer en sortie de virage. En suivant les précontraintes recommandées par Fox (De 18 à 24 mm d’enfoncement à l’arrêt), la fourche offre un fonctionnement plutôt ferme. Sensible au déclenchement, elle offre ensuite une courbe très progressive. L’apport de rigidité de l’axe en 110 mm d’entraxe est surprenant et permet de gagner en précision dans les phases d’attaque. Sur le Loki, la 32 Float bénéficie de presque 4 cales d’ajustement du volume d’air (une extra large blanche de 22cc et une bleue de 8cc), soit le maximum. Vous pourrez au besoin supprimer la cale bleu pour gagner en linéarité, ou enlever quelques Psi pour gagner en sensibilité. On joue du mode de compression intermédiaire dans les grimpettes pour se hisser au sommet sans encombre. La roue avant reste collée au sol et on profite de l’excellente motricité offerte par les roues en 29. Les gommes Maxxis Ardent sont passe-partout et s’en sortent vraiment bien sur terrains secs à mixtes. On évitera les sorties boueuses, notamment en monte avant, où cela devient rock’n roll dans les trajectoires. Qu’à cela ne tienne, les Maxxis permettent de mettre de l’angle et associés à la bonne stabilité de la machine, on se fait plaisir en descente. Les lâcheurs de freins seront ravis de pouvoir prendre de la vitesse et sortir la grosse attaque derrière le large guidon de l’Orbea. On aura évidemment pris soin, au préalable, de déverrouiller la tige de selle, pour que celle-ci aille se caler sur sa butée basse et facilite la manœuvre dans la pente. Il n’y a vraiment que dans les portions cassantes où l’aspect semi-rigide du Loki nous a rappelé à l’ordre, avec une légère tendance à secouer son pilote. On se dit d’ailleurs que c’est le genre de situation où la version Plus doit faire des merveilles. De notre humble avis, c’est l’option la plus intéressante pour les pilotes habitant des terrains secs la majorité de l’année où la rocaille est reine. Pour les autres, ce modèle 29 est une petite bombe. Les deux versions reprennent la même ADN et on se demande d’ailleurs pourquoi il n’y a pas encore d’offre commerciale où la seconde paire de roue (29 ou 27.5+) est proposée en même temps que l’achat du vélo. Parfait pour bosser la technique et véritable accélérateur de sensations, c’est un grand Oui de notre part pour le Loki !

Ce qu’il faudrait changer

Pour gagner en confort et donc en efficacité, nous vous conseillons de changer les points d’appuis du Loki. Selle et grips ne sont pas au niveau pour une pratique régulière et agressive du cross-country. Optez pour une assise avec moins de rembourrage et qui correspond à votre écartement ischiatique. Pour une vingtaine d’euros, installez des grips verrouillables par système Lock-on. C’est l’assurance d’avoir des poignées qui ne bougent pas en permanence. Un pneu avant plus cramponné peut également être un bon choix pour les conditions hivernales.

Caractéristiques 

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : aluminium hydroformé triple épaisseur -Fourche : Fox 32 Float Fit4 3-Position Performance – Freins : Shimano M506, ø180/160 mm – Dérailleur arrière : Shimano Deore XT Shadow+ – Pédalier : Shimano M627, 36/22 dents – Dérailleur avant : Shimano SLX – Commandes : Shimano SLX – Cassette : Shimano HG50, 11-36 v. – Roues : Mach 1 Klixx Tubeless Ready – Pneus : Maxxis Ardent EXO, 29’’x2,40’’ – Potence : Race Face Ride, 70 mm – Cintre : Orbea OC-II Flat, 740 mm – Tige de selle : Orbea Digit, ø31,6 mm – Selle : Selle Royal J-2062 – GEOMETRIE taille M : Tube supérieur : 599 mm – Tube de selle : 432 mm – Angle de direction : 67° – Angle de tube de selle : 73° – Bases : 430 mm – Empattement total : 1131 mm – Hauteur de boitier : 318 mm – Reach : 410 mm – Stack : 625 mm.

Distributeur : Orbea, Contact : www.orbea.com

RENDEMENT [star rating= »3.5″]
CONFORT [star rating= »3.5″]
MANIABILITE [star rating= »4″]
STABILITE [star rating= »4″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »4″]

[quote] On aime : Dispo en trois couleurs • Super joueur • Compatible 29 et 27.5+
On regrette : Grips non lock-on • Selle peu confortable.[/quote]

Previous articleNouveau Trek Carbon Stache 2017
Next articleRocky Mountain Pipeline 750 MSL : Nouveaux horizons
Journaliste & photographe à bikelive.com