Merida One Twenty 8000 : Passe-partout

DR N. Le Carré

Fer de lance de la gamme trail/all-mountain chez Merida, le One Twenty revient dans une version avec triangle avant carbone pour 2016. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Merida a la bonne idée de désormais proposer le One Twenty avec des roues de 29 pouces. Après le modèle 27.5’’ essayé dans le N°199 de Vélo Tout Terrain, nous ne pouvions pas passer à côté de son homologue à grandes roues.

DR N. Le Carré
DR N. Le Carré

[Htab][tab title= »PRIX »]5699€[/tab][tab title= »POIDS »]12,61 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 130 mm | Déb. ar. : 130 mm[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, montagne, plaine.[/tab][/Htab]

Introduit au printemps de cette année, le One Twenty 2016 se dote d’un tout nouveau triangle avant en carbone. Ce dernier est construit à l’aide de la technologie carbone Nano Matrix qui consiste à utiliser des couches de fibres renforcées. Sur le papier, Merida annonce ainsi un cadre 40% plus solide en cas d’impacts. L’usage du carbone permet également de réduire de près de 400 grammes la masse du vélo. Le triangle avant inaugure également le système Smart Entry pour le passage des câbles et Durit® en interne. Il s’agit d’un insert, équipé d’une petite vis au niveau de la douille de direction, qui permet de verrouiller la câblerie, pour éviter les bruits parasites. Pour faciliter l’installation, le One Twenty dispose d’un accès sous le tube inférieur. Comme la biellette, le triangle arrière reste lui en aluminium. Il est équipé d’un axe traversant 12×142 mm et de pattes de frein au standard Postmount 180. Les 130 mm de débattement arrière de la machine s’articulent toujours autour d’un amortisseur placé en position flottante, c’est-à-dire sans point d’attache sur le triangle avant. Dénommée Float Link, cette solution technique permet de compresser l’amortisseur par les deux extrémités en cas de choc. Sur le terrain c’est l’assurance d’une suspension très sensible sur les petits impacts et l’impression d’avoir plus de débattement qu’il y en a réellement, qui se dégage. Au niveau de la géométrie, en comparaison avec le modèle 27.5’’, ce One Twenty grandes roues propose des bases forcément un peu plus longues (445 mm). Les angles de direction et de tube de selle sont eux aussi revus. Ils se referment respectivement à 69° et 75°. En taille M, l’empattement ne bouge quasiment pas, tout comme la longueur du triangle avant. Compte tenu de son tarif élevé, on aurait aimé en avoir un peu plus de la part de Merida. Le montage du One Twenty 9.8000 reste néanmoins un exemple de cohérence et de bon sens ! On retrouve une tige de selle télescopique au débattement de 100 mm. Elle est parfaitement adaptée au tube de selle de 450 mm de notre vélo en taille M. Dans la même optique de convenir au plus grand nombre de pilotes, la couronne du pédalier Sram X1 est en 28 dents. On retrouve également une paire de roue et des pneus prêts à l’emploi pour un usage Tubeless. Il vous faudra uniquement retirer les chambres à air et installer le liquide préventif. Le poste de pilotage reçoit une potence en 60 mm et surtout un guidon bien large de 760 mm. Pour finir, on peut parfaitement gérer les compressions du duo de suspension RockShox Pike/Monarch.

Sur les sentiers

Premier constat une fois installé sur le One Twenty, tout tombe bien sous les mains. Au roulage le vélo est particulièrement confortable. Ce n’est pas une fusée, comme le Ninety Six de cross-country, pour ce qui est des relances, néanmoins on peut sans problème poser quelques belles accélérations. Son terrain de jeu se situe plus dans les enchaînements de virolons rapides et parsemés d’obstacles. Son empattement et ses grandes roues y font des miracles. On tourne les jambes en permanence et on pourra au besoin utiliser la position intermédiaire de l’amortisseur pour durcir les compressions. On garde ainsi le rythme pour franchir les difficultés techniques sans problème. Il suffit de lancer le vélo sur les pièges et l’arrière suit. Dans le très sinueux, quand la trace se referme, les bases en 445 mm compliquent un peu la tâche. Heureusement, le poste de pilotage court agrémenté de son cintre large, permet de maintenir une bonne maniabilité. Le One Twenty est typiquement le genre de monture que l’on verrait bien avec un triangle arrière au standard Boost en 2017, histoire de pimenter un peu son caractère. Dans les grimpettes, il s’en sort plutôt bien. Il grimpe au train. On n’a pas besoin de forcer le talent en pilotage pour être efficace. La roue avant est bien collée au sol et l’arrière motrice à merveille. La couronne en 28 dents s’avère idéale pour les pilotes peu réguliers à l’entraînement. En descente, grâce à la commande au guidon, on ajuste la position en baissant la tige de selle. On lance le vélo et c’est parti pour une bonne dose de fun. Le grip fourni par la monte pneumatique Schwalbe Hans Dampf/NobbyNic est d’excellente facture sur une large variété de terrains. On met de l’angle dans les courbes sans hésiter. Les grandes roues offrent stabilité et mettent en confiance dans les sections les plus rapides. Dans le technique et la pente, on aurait aimé avoir un degré en moins au niveau de la direction, afin de pouvoir attaquer aussi sereinement que sur les terrains lissés. Quoi qu’il en soit à l’arrière, la suspension du One Twenty offre un excellent fonctionnement. À l’avant, avec la Pike, c’est du pareil au même. Les qualités dynamiques et la facilité d’utilisation de cette fourche n’ont de cesse de nous bluffer. Dans cette version 29 » 8000, le One Twenty possède globalement plus de caractère que son homologue 7000 au montage typé randonnée (VTT N°199). Compte tenu de son prix élevé, on aurait malgré tout aimé avoir un petit peu plus de prestige au niveau des composants.

DR N. Le Carré
DR N. Le Carré

Ce qu’il faudrait changer

La cohérence du montage du One Twenty 9.8000 est telle que l’on voit mal par quel côté attaquer le sujet. Néanmoins la première chose à faire à nos yeux est d’investir dans du liquide préventif et de passer votre Merida en Tubeless. Vous éviterez ainsi les crevaisons par pincements et le produit de prévention vous mettra à l’abri des épines. Avec 430 mm de reach en taille M, si vous êtes un pilote technique, vous pouvez envisager d’opter pour une potence encore plus courte que la 60 mm d’origine. 55/50/45 mm : on vous laisse le choix des armes.

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : M, L et XL – Modèle d’essai : M – Cadre : carbone/aluminium – Amortisseur : RockShox Monarch RT3 Debonair – Fourche : RockShox Pike RC – Freins : Sram Guide R, ø180/180 mm  – Dérailleur arrière : Sram X01 – Pédalier : Sram X1, 28 dts – Commandes : Sram X1 – Cassette : Sram XG-1175, 10-42 v – Roues : DT Swiss M1700 Spline 2 – Pneus : Schwalbe Evo TLE Hans Dampf 29×2.35’’/Nobby Nic 29×2.25’’ – Potence : FSA Afterburner, 60 mm – Cintre : FSA Afterburner, 760 mm – Tige de selle : RockShox Reverb Stealth – Selle : Prologo Nago Evo X15 – GEOMETRIE : Top tube : 595 mm – Tube de selle : 450 mm – Angle de direction : 69° – Angle de tube de selle : 75° – Bases : 445 mm – Empattement total : 1144 mm – Hauteur de boitier : 335 mm – Reach : 431 mm – Stack : 615 mm.

Distributeur : Merida France, Contact : www.merida-bikes.com

RENDEMENT [star rating= »3.5″]
CONFORT [star rating= »4.5″]
MANIABILITE [star rating= »3″]
STABILITE [star rating= »4″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »3″]

[quote] On aime : Montage cohérent et performant • Comportement très sain
On regrette : Pas donné ![/quote]

Previous articleLa force est en vous !
Next articleBalance connectée Polar !
Journaliste & photographe à bikelive.com