Mégavalanche de la réunion le 2 et 3 Décembre

La 23ème édition 2017 de la Mégavalanche de la Réunion à Saint-Paul s’annonce comme un grand cru pour cette classique qui a lieu à chaque fin de saison depuis 1995.

400 pilotes attendus sur l’île Intense début décembre
La formule Descente Marathon dont les départs en ligne particulièrement spectaculaires caractérisent la Mégavalanche s’est enrichie depuis quelques années d’une journée de qualifications basée sur une épreuve d’Enduro offrant aux 400 participants attendus le plaisir de sillonner une sélection des meilleurs spots VTT de la commune de Saint-Paul.

De nombreuses têtes de série ont répondu à l’invitation des organisateurs qui travaillent de concert avec les services techniques de la commune, et sous l’égide de la Fédération Française de Cyclisme représentée par le Comité de la Réunion. Le ton de cette 23ème édition sera résolument porté sur la performance de la spécialité Descente avec la présence d’un des pilotes français les plus cotés sur le circuit mondial, Loris Vergier (Santa Cruz Syndicate, 5ème de la Coupe du Monde DH 2017).
Pour autant, la Mégavalanche demeure une épreuve où la polyvalence prime pour la conquête des performances, ainsi Loris aura fort à faire pour contrer la fougue de la crème de l’Enduro, avec Thomas Lapeyrie (5ème à la Méga de l’Alpe 2017) et Kilian Bron (Sunn), Cédric Gracia (Santa Cruz) ou encore François Bailly-Maître (Ibis) 2ème à l’Alpe d’Huez cette année, 3 fois vainqueur de la Transvésubienne et vainqueur de la Mégavalanche de la Réunion en 2013.
Tous ces favoris pour les marches du podium pourraient être inquiétés par un nouveau venu sur ce format d’épreuve, en l’occurrence Jordan Sarrou (BH), qui après avoir remporté le Roc d’Azur en 2016, s’est octroyé une 5ème place en Coupe du Monde de Cross-Country cette année.

Les VAE ne sont pas oubliés

Au vu de la progression à deux chiffres que connaît cette nouvelle famille de cycles, l’épreuve E-Bike Serie by Loisibike fera l’objet d’un tout nouveau concept, sur un parcours de qualifications spécialement dédié aux VTT à assistance électrique. En effet, le parcours qui servira de base pour établir le positionnement et le classement de la Méga du dimanche intégrera toutes les situations mettant en exergue les nouvelles capacités spécifiques qu’offre cette catégorie de cycles.

Infos : www.megavalanche.com

Previous articleMaxiavalanche MTB DH Marathon cup : les dates 2018
Next articleVTT n°225, il est là !
Rédacteur & photographe