Accueil ESSAIS Lapierre Overvolt AM 800 Carbon : La réponse

Lapierre Overvolt AM 800 Carbon : La réponse

DR. Damian Mac Arthur

Equilibre, précision, vivacité, voilà trois mots qui ne sont pas forcément en adéquation avec le VTT à assistance électrique. Enfin, jusqu’à ce que Lapierre releve le défi imposé par le surpoids du moteur et surtout de sa batterie en créant l’Overvolt AM Carbon.

DR. B. Lacoste
DR. B. Lacoste

[Htab][tab title= »PRIX »]env. 6000€[/tab][tab title= »POIDS »]nc.[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 140 mm[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

Si l’on part de l’idée qu’une batterie sur un VTTAE représente environ 15% de sa masse globale, et qu’elle est logée la plupart du temps sur le tube diagonal, on se dit qu’il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un vélo de ce type soit pour le moins pataud à déplacer, et qu’il vous épuise les trapèzes et le bras après une journée d’utilisation à la montagne. La notion de recentrage des masse, et abaisser le centre de gravité, devient alors un enjeu capital pour tirer la quintessence de cette nouvelle génération de vélos. Nicolas Vouilloz, pilote de la maison dijonnaise, dont le palmarès en descente, mais aussi en rallye automobile, en ferait rougir plus d’un, s’est donc penché sur cette histoire, bien accompagné par les ingénieurs de chez Lapierre. En course automobile, les constructeurs travaillent beaucoup sur le positionnement du moteur au niveau du châssis, et je ne vous parle pas d’astuce de lests placés ici ou là pour agir sur le comportement de l’auto. Un peu comme avec les voitures des circuits Scalextric, ou même en voiture RC. Vouiloz est donc très sensible à ces problèmes. La question finale est donc : comment avoir le même feeling de pilotage que sur un VTT normal ? En déplaçant la masse inerte de la batterie de 70mm vers l’arrière, et de 70mm vers le bas. Dans cette position, presque à l’horizontal, les valeurs de tangage et de roulis seront réduites, et l’on pourra obtenir un comportement plus dynamique du vélo. Reste qu’il faut passer de la théorie à la pratique et là les choses se corsent. Impossible de produire un cadre en alu car cela demanderait des solutions techniques très chères, et pas forcément communes dans le vélo notamment pour la mise en forme, et pour obtenir un cadre pas trop lourd. Ce sera donc le carbone qui autorise des formes complexes, et qui de gagner près de 15 à 25 % de masses sur certaines formes de pièces. Le résultat ? Un cadre de 3,4 kg qui adopte un tube diagonal périmétrique pour venir épouser la largeur de la batterie mais sans trop de surcharge de matière comme l’aurait imposé un tube classique.Et surtout il y a ce tube de selle à l’image du Specialized Demo 8, qui s’efface sur le côté pour dégager de la place pour pouvoir insérer la batterie. Avec cette batterie logée au plus proche du centre de gravité du vélo, c’est-à-dire au plus proche du moteur Bosch Performance CX, le nouveau Overvolt AM Carbon est de loin la plus belle réussite technique. D’autant que pour parachever le travail il a fallu concevoir de nouveaux carters pour le moteur, qui intègrent mieux le refroidissement et la protection de ce dernier. Sans parler du petit garde-boue arrière qui protège l’ensemble des projections. Voilà donc pour la partie motrice mais les ingénieurs ne se sont pas arrêtés là dans la conception de cette nouvelle machine. Le cadre a été dessiné pour des roues des 27.5 » et 27,5 »+ (pas 29 »…). L’astuce de ce double usage passe par des pattes arrière qu’il suffit de retourner pour reculer la roue d’un centimètre, de quoi passer la plus grande roue sans modification réellement de la géométrie (prise en compte de l’affaissement du pneu). Evidemment, l’Overvolt est au format Boost148 pour le moyeu arrière (et 110 mm pour l’avant). Outre la dualité d’usage de formats de roues, cela permet aussi à l’ensemble de gagner en rigidité au niveau des trains roulants. Et comme on n’est jamais mis servis que par soit même les ingénieurs ont développé leur propre paire de roues dédiées au VTTAE. En l’occurrence elles s’appuient sur une jante avant en 30 mm (précision, grip) et une arrière en 25 mm (meilleure tenue au grip et moins de pincement d’après les études terrains de Nicolas Vouilloz). Elles sont associées à un rayonnage spécifique, notamment à l’arrière, pour encaisser le couple moteur (rayon coudé et pas droit par exemple pour qu’il ne tourne pas), et toujours à l’arrière, associées à un moyeu de descente réduit à 148 mm de large, mais qui conserve sa large nappe et ses gros roulements. L’ensemble roulants est annoncé à 1,8 kg, pas mal pour encaisser la surcharge pondéral d’un VTTAE et le couple de 60 Nm qui arrive d’un coup du Bosch.

Une nouvelle définition du VTTAE

La première prise en main procure un phénomène bizarre, que l’on peut aisément mettre en relation avec le poids juste localisé entre vos jambes. Une accélération en danseuse et la violence qui est nécessaire généralement pour mettre en mouvement un VTTAE se transforme ici par un basculement excessif de gauche à droite. Oubliez tous vos réflexes de pilotage de VTTAE, ici on doit repartir de zéro. La direction est légère (bien aidé par l’offset de 51 mm de la fourche, et par un poste de pilotage volontairement haut), et l’on doit plus se concentrer sur ces gestes. Le départ de la boucle bourguignonne que nous a concocté notre guide du jour alias Nicolas Vouilloz himself, est une simple mise en train. De la montée, sur du chemin large qui passe à travers les vignes, du sentier roulant, rien de bien exaltant mais qui met tout de même en avant le fait que le vélo ne paraît pas freiné une fois que vous avez passé la bride de l’assistance électrique. Certes le vélo reste lourd, et le moteur Bosch remplit de frottements, mais l’équilibre des masses permet de pédaler sans avoir la sensation de lutter contre les éléments. L’autre point de surprise est à mettre au compte de la direction dans les raidards qui a tendance à s’alléger, comme sur un vélo classique, là où généralement, sur un VTTAE, le vélo reste plaqué au sol subissant le poids de la batterie positionnées sur le tube diagonal.

DR D. Mc Arthur
DR D. Mc Arthur

Et puis vient ce moment ou Nicolas Vouilloz vous jette ce petit regard d’un petit gamin devant sa sucette, un regard pétillant qui vous laisse entendre : « les gars, c’est maintenant que l’on s’amuse ! ».

Je balance le vélo dans les virages comme si de rien n’était. Certes l’embonpoint est là mais l’équilibre général du vélo est épatant. Pas de sous-virage de l’avant (élargissement des trajectoires), pas de lutte pour conserver l’avant sur la trajectoire et empêcher le vélo de glisser, non rien de tout cela, mais plus encore, c’est quand arrive le tour de l’arrière de tourner que l’on prend conscience du travail accompli. Oui, les petits enchainements de virages au guidon du nouveau Overvolt AM Carbon sont de la délectation, oui le vélo se manipule avec quasiment autant d’aisance qu’un vélo normal, oui la grosse inertie propre au VTTAE est ici contrôlée avec brio, et oui je suis tombé sous le charme de ce châssis. Contrairement au l’Overvolt XC120 que nous avons pu rouler également, qui semble se désunir sur les appuis (alors que son cadre est annoncé 25% plus rigide), ici le AM Carbon parait plus rigide en sensations, et donc plus précis au pilotage. Mais j’ai envie de dire, aussi plus exigent en matière de qualité de pilotage, comme sur un VTT classique en somme, et pas comme sur un char d’assaut assisté où il suffit d’aller tout droit dans la pente et de laisser gérer les suspensions. Ici le pilotage reprend ses lettres de noblesse. Mieux, on ré apprend à conduire un VTTAE comme un vélo. Certes, l Overvolt AM Carbon fait son poids, et il suffit de voir comment fument les plaquettes au bout de chaque descente, mais à chaque saut, le vélo ne vous embarque pas de l’avant, même si vous êtes fatigués, et les contraintes sur les suspat’s paraissent mieux équilibrés. Un coup de génie !

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L – Moteur : Bosch CX Performance – 60Nm – Batterie : Bosch Powerpack 500 Wh – Amortisseur : RockShox Deluxe RT – Fourche : RockShox Pike RC – Freins : Sram Guide RS, ø200/180 mm – Dérailleur arrière : Shimano XT – Pédalier : FSA CK745, 14 dts – Commandes : Shimano XT – Cassette : Shimano XT, 11/42 – Roues : Lapierre Overvolt 25/30mm – Pneus : Michelin Wild Grip’R, 27.5×2.35 – Potence : nc – Cintre : nc – Tige de selle : Lapierre Dropper 125 – Selle : Lapierre Overvolt – GEOMETRIE taille M – Top tube : 600 mm – Tube de selle : 440 mm – Angle de direction : 66° – Angle de tube de selle : 73 ° – Bases : 475/485 mm – Empattement total : – Hauteur de boitier : – (-5 mm) – Reach : 415 mm – Stack : 606 mm.

Distributeur : Cycles Lapierre, Contact : www.cycles-lapierre.fr

AUTONOMIE/RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

[quote] On aime :Une nouvelle ère du VTTAE, Dynamisme incroyable, Une sacrée gueule
On regrette : Accumulation de la boue au niveau de la batterie à surveiller, Demande un peu de réglages de suspensions pour être parfait (notamment la détente, et cale dans la fourche).[/quote]

 

Publicité