Home ESSAIS Intense Tracer T275 Expert : une autre définition du Tracer

Intense Tracer T275 Expert : une autre définition du Tracer

50
0

Voici donc le cinquième opus de l’ère carbone du spécialiste américain de l’alu… Intense. C’est au tour du Tracer de profiter de son passage aux roues de 27.5 » pour arborer une robe conçue aux USA et en Allemagne (Seed Engineering), mais fabriquée en Asie. Rencontre avec une nouvelle génération d’Intense.

DR Nicolas Le Carré
DR Nicolas Le Carré

[Htab][tab title= »PRIX »]3568€[/tab][tab title= »POIDS »]13 kg[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 145-160 mm[/tab][tab title= »USAGE »]montagne.[/tab][/Htab]

Le voici donc, ce Tracer T275. En soi, ce n’est pas vraiment une surprise puisqu’il ne manquait plus que lui dans la gamme pour faire une offre complète sur le segment des cadres carbone chez Intense. Mais force est de constater que l’arrivée d’un nouveau modèle chez la marque reste toujours un événement auprès des aficionados. Ces derniers ne seront d’ailleurs pas déçus puisque Jeff Steber, le gourou de la marque, a repris le design déjà éprouvé sur les modèles alu, ainsi que la cinématique de suspension arrière VPP. Par contre, les grands pilotes seront ravis d’apprendre qu’une taille XL fait ici son apparition. Au menu donc, un triangle avant réalisé en monocoque carbone version tubes méga-énormes utilisant des fibres essentiellement unidirectionnelles, de quoi lui conférer un maximum de rigidité (peut-être trop d’ailleurs…). Pour obtenir une ligne très pure, les passages de gaines peuvent désormais se faire intégralement en interne, exception faite de la gaine de la tige de selle à débattement variable qui passe sur le tube diagonal avant de disparaître dans le tube de selle. Le cadre est doté de plots ISCG 05 pour ceux qui le monteront avec un anti-déraillement. Pour gérer la transmission avant, le Tracer T275 propose un montage au standard Direct Mount de Shimano. Enfin, la boîte de pédalier adopte le Press-Fit 92 pour maximiser les appuis avec le tube de selle. Pour contenir les impacts, sous le tube diagonal, on trouve un renfort qui sera bienvenu. A l’arrière, ce nouvel opus perd les pattes arrière G1 présentent sur la version alu et qui permettaient la monte de roue arrière soit en 142 mm soit en 135 mm, pour un standard unique 12×142 mm. Désormais, il faudra un outil pour retirer la roue car Intense n’a pas fait le choix d’utiliser le Maxle de RockShox. L’espace pour faire passer le pneu n’est pas en reste puisque la monte d’origine en 2.3 laisse encore pas mal d’espace pour viser encore plus gros, ou tout simplement faciliter le débourrage. Contrairement à Santa Cruz qui utilise une suspension similaire, Intense continue de proposer deux réglages de débattement en fonction de la position de l’amortisseur sur la biellette. Le Tracer T275 peut donc offrir soit 145 mm (position basse) soit 160 mm de débattement (position haute), sans qu’il n’y ait trop d’incidences sur la géométrie. Le seul impact sera sur la pression dans l’amortisseur qu’il faudra adapter pour être en correspondance avec le nouveau ratio de compression. Au niveau de la géométrie à proprement parler, le Tracer T275 évolue par rapport à la version alu. On notera surtout un tube de selle qui se raidit afin de mieux poser le pilote en montée, tandis que l’avant s’ouvre un peu et que la boîte de pédalier l’élève de quelques 5 mm… Autant dire rien. Pas de changements côté longueur de bases qui affichent un très convainquant 432 mm.

Enfin, le poids du cadre est de 2,5 kg avec l’amortisseur Fox CTD et en taille M. Voilà de quoi envisager de beaux montages light à partir du cadre nu (3 199 €). Notez que l’importateur français propose également trois kit de montages à partir de 3 568 € (notre modèle d’essai). Le Pro (Transmission Sram X01 / fourche RockShox Pike / roues Stan’s) affiche 4 099 € quand le Factory (Transmission Sram XX1 / fourche RockShox Pike / amortisseur CaneCreek / roues ENVE) culmine à 7 199 €.

Les réglages

Contrairement à la version livrée dans la finition Pro, nous ne disposions pas du poste de pilotage maison d’Intense, puisque sur notre modèle d’essai trônait l’ensemble potence/cintre Renthal Fat Bar Lite, respectivement en 50 mm de longueur et 750 pour le cintre. Autant dire que dans ces conditions, difficile de faire la fine mouche avec une telle qualité à l’avant. Côté coupe, le tube supérieur en taille M correspond à un vrai 585 mm de tube supérieur. Autant dire que les pilotes d’1,70 m trouveront parfaitement leur place dessus ! Au niveau de la suspension arrière, nous avons roulé les deux options de débattement, 145 et 160 mm, et surprise, finalement nous sommes restés sur le plus petit. Pourquoi  ? Contrairement à la cinématique des Santa Cruz qui est basée sur le même brevet, Intense continue de rester sur une courbe très linéaire de l’enfoncement de l’amortisseur. Ce qui signifie qu’avec les 30% de précontrainte demandés, on arrive assez vite en fin de débattement car l’amortisseur Fox n’est pas choisi assez progressif en compression de son ressort air. En 160 mm, le phénomène s’accentue encore. Sans compter qu’il faut noter que ce VPP a tendance à bien descendre la boîte de pédalier au fur et à mesure que le débattement augmente. Les pédales ont alors tendance à vouloir aller au contact avec les racines en 145, alors imaginez en 160 mm… Avec l’amortisseur CaneCreek, ce sera une toute autre histoire, puisque l’amplitude de réglages proposés notamment en matière de compression rapide permettra de compenser cet état de fait. En tout cas, avec le Fox CTD, l’amortisseur fixé sur le trou du bas sera la meilleure option. Dans le cas de notre pilote, 75 kg, il nous aura fallu mettre plus de 170 psi pour obtenir la bonne précontrainte. A l’avant, la Fox est fidèle à elle-même, donc ne nous y attarderons pas.

Ça roule  !

Dans notre configuration, c’est-à-dire avec le gros Maxxis High Roller II en 2.3 à l’arrière, on ne peut pas dire que le vélo privilégie le roulage. Surtout que les roues No Tubes ZTR Flow Ex ne sont pas des foudres de guerre. Ce choix place plus le vélo dans une utilisation montagne, façon mini-enduro. Pour bien appréhender la suspension du Tracer T275, le Maxxis sera troqué pour un Michelin plus fin, et plus roulant. Ainsi chaussé, le T2275 se dévoile être un bon rouleur, profitant de son bon équilibre avant/arrière pour distiller un très bon confort. La position de pédalage est assez fonctionnelle même si on sent bien que la géométrie du vélo est plus optimisée pour bien positionner sur l’avant le pilote en montée, tout en offrant un bon dégagement pour la descente. La rigidité de l’ensemble du cadre demande cependant un peu d’énergie pour le mettre en mouvement, car il ne faudra pas compter sur une quelconque déformation pour vous aider à relancer. Tout se fera avec vos jambes. Comme souvent avec le VPP d’Intense, l’arrière pompe dès que l’on se met en descente, ce qui pénalise les relances. Il faut alors mettre plus de charge hydraulique sur l’amorto pour calmer l’oscillation. Donc, dès qu’il faut relancer ou monter, il faut basculer la molette du CTD sur Trail pour espérer limiter le mouvement. Assis en selle, le pompage est plus contrôlé, ce qui fait qu’en montée au train, on est beaucoup moins pénalisé. Mieux, l’arrière grippe tellement qu’il est difficile de conserver l’avant au sol. Est-ce les roues de 27.5 » qui lui confèrent ce surcroît de grip ? Peut-être… En tout cas, si l’on ne s’avance pas sur le bec de selle, et malgré l’angle de 74,5° du tube de selle propice à cette situation, ça décroche un peu en montée de l’avant. Il faut dire aussi qu’avec un poste de pilotage aussi court, l’appui est vraiment derrière l’axe de la roue avant, ce qui ne facilite pas le contact au sol. Une 70 mm sera plus utile dans le cas d’un usage polyvalent du Tracer T275.

En descente, le Tracer T275 est jouissif tant il est sur un rail et que la suspension arrière absorbe tout sur son passage. D’ailleurs, l’onctuosité de la suspension arrière surprend d’autant plus que l’arrivée en fin de débattement ne se caractérise pas par un violent coup de raquette, même sur les réceptions de saut approximatives. L’association avec les roues de 27.5 » et cette nouvelle géométrie donne un côté «  rien ne peut m’arriver  » à son guidon. Debout, bien à plat sur les pédales, le tracer T275 défit le terrain. Du coup, on se plairait à avoir un poil plus d’angle à l’avant pour avoir encore plus de stabilité dans la direction. On roule vite, très vite à son guidon tant que ce ne sont pas des passages techniques lents. Car pour le commun des pilotes, le Tracer T275 ne s’avère pas très joueur. En cause, son extrême rigidité latérale que ce soit du triangle avant comme dans la jonction avant arrière. Il faut vraiment le cravacher pour le faire bouger, ne serait-ce que pour lever la roue avant, histoire de «“bunny uper” pour changer de trajectoire. Pourtant on ne peut pas dire que ces bases soient longues, surtout quand la plupart des VTT de ce calibre de roues et avec ce programme, adoptent plus de 344 mm de bases. Il faut alors vraiment forcer le trait en se basculant complètement vers l’arrière et en tirant le cintre plus que de raison pour obtenir raison à guidon. Dans les singles, il faut en permanence le relancer à grands coups de reins pour le jeter dans le virage suivant. C’est un peu fatigant à la longue, mais c’est aussi gratifiant pour le pilotage. Surtout que dans les virages, le grip apporté par les roues est bien supérieur que les 26 pouces. On peut alors plus prendre de l’angle et ressortir plus rapidement.

Ce nouveau Tracer T275 se présente donc plus comme un petit enduro qu’un véritable VTT polyvalent. Plus à l’aise dans la pente et dans les montées prises au train, il n’est pas un VTT à aimer les plaines. Sûr, facile dans le rapide, il faudra le chahuter pour en tirer la quintessence dès que les chemins se rétrécissent, mais c’est ça aussi prendre du plaisir sur un VTT d’exception.

Caractéristiques :

FICHE TECHNIQUE :  Cadre : Mountain carbon – Fourche : Fox Float 34 Factory CTD – Amortisseur : Fox Float Evo CTD – Freins : Shimano XT, ø180 mm – Pédalier : Shimano XT, 38/26 dents – Dérailleur : Shimano XT Shadow+ – Pignons : Shimano HG81, 11/36 – Roues : No Tubes ZTR Flow Ex team/No Tubes 3.30 – Pneus : Maxxis High Roller II 3C Exo, 27.5×2.3 – Cintre : Intense 2014, 740 mm – Potence : Intense 2014, 70 mm – Tige de selle : RockShox Reverb, ø 31,6 mm – Selle : Intense Sacred Heart – Tailles disponibles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – GEOMETRIE : Tube supérieur : 585 mm – Tube de selle : 455 mm – Bases : 432 mm – Empattement : 1 150 mm – Angle de direction : 67,5° – Angle de selle : 74,5° – Hauteur du boîtier de pédalier : 342 mm.
Distributeur : VTOPO ; www.intense-cycles.fr

 
[quote]On aime :Précis, pour pilote agressif, sécurisant dans le rapide
On regrette :finition, biellette inférieure ramasse boue, axe arrière qui nécessite un outil pour retirer la roue, un peu trop rigide.[/quote]