Felt Decree FRD : Orfèvrerie

Felt n’est pas un nouveau-né dans le VTT puisque le premier VTT produit date de 1989. 25 ans plus tard, la marque américaine est toujours en haut de la hiérarchie des vélos haut de gamme, et le nouveau Decree ne déroge pas à la règle.

DR Ronny Kiaulehn
DR Ronny Kiaulehn

[Htab][tab title= »PRIX »]9999€[/tab][tab title= »POIDS »]17,70 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 140 mm[/tab][tab title= »USAGE »]Compétition, rando-sport, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

Dans la gamme Felt tout-suspendus, il y a l’Eddict, le crosseur pur et dur en 29 », le Virtue, le Trail en 29 » en 130 mm de débattement et le Compulsion, l’enduro en 29 » avec ses 160 mm de débattement. Le Decree vient donc combler le trou laissé entre ces deux derniers en proposant une plateforme en 140 mm de débattement et roues de 27.5 », promise à un bel avenir tant il semble que ce marché soit en ce moment porteur.

Aussi surprenant que cela paraisse, Felt ne s’est pas jeté à corps perdu avec le Decree dans les nouveaux formats, qu’il s’agisse du Boost dont les ingénieurs maison estiment qu’il n’aurait pas son utilité sur ce vélo, ni de boîtier de pédalier aux standards excentriques. On reste sur de la valeur sûre avec un bon vieux BSA 73 mm. On en trouve partout, c’est finalement moins compliqué qu’un BB30 et autres consorts, et enfin, cela permet de laisser de la place pour positionner le pivot principal. Il en va de même pour le jeu de direction qui conserve une cuvette extérieure. Simplicité. Par contre, les ingénieurs n’ont pas fait l’impasse sur les passages en interne des gaines (compatible Shimano Di2), la tige de selle à débattement variable intégrée, ou encore sur la nouvelle fixation du dérailleur avant (quand il y en a un) en montage direct.

Le cadre comme de l’orfèvrerie

La valeur ajoutée du Decree est à mettre sur le compte du cadre qui utilise différents niveaux de qualité de fibres de carbone en fonction du niveau de gamme. Le cadre est ainsi décliné en trois versions différentes : la plus haut de gamme en carbone UHC Ultimate TeXtreme (Decree FRD – 9 990 €, et 2 999 € le cadre nu) permet d’afficher une masse de seulement 2 100 g avec l’amortisseur. Le niveau intermédiaire, UHC Advanced TeXtreme (Decree 1- 5 499 € et Decree 2 – 4 500 €, et 2 450 € le cadre nu) est lui juste 100 g plus lourd. La troisième déclinaison adopte une construction à partir de fibres unidirectionnelles (UHC Performance) tout aussi rigides, mais un peu plus lourdes (Decree 3 – 3 750 € – 12,66 kg le vélo complet).

Pour sa suspension, Felt a décidé de faire l’impasse sur l’EquiLink au profit de la FAST Suspension déjà rodée sur l’Eddict. Concrètement, les haubans sont précontraints sur l’équivalent en 30% de la course de l’amortisseur. Une fois l’amortisseur en place et préchargé en air avec 30% d’enfoncement lorsque le pilote est en selle, on obtient une suspension qui crée virtuellement plus de ressort négatif. Bilan : la roue arrière est collée au sol. Par contre, pour compenser cette “double suspension”, il a fallu choisir un amortisseur aux réglages de détente pouvant être très lents. Pour la fin de course, la flexion du carbone joue aussi un rôle prépondérant, puisqu’il va opposer une force de sorte qu’il rentre en résistance en bout de débattement. Au final, le Felt Decree développe 140 mm à l’arrière pour 150 mm devant.

Comme beaucoup de marques, Felt a modifié sa vision de la géométrie pour coller à la tendance : long, avec de l’angle devant et bas de boîtier. Ici tout est relatif puisque la taille S de notre test ne fait que 565 mm de tube supérieur pour un reach de 391 mm. Du coup, il nous a fallu passer d’une potence de 50 mm à 70 mm pour être parfaitement posé. Finalement une taille M aurait certainement été mieux pour un pilote d’1,70 m (mais avec une potence de 50 mm cette fois). Par contre, les 67,5° d’angle de direction en disent long sur les ambitions de ce vélo.

Vive la pente

DR R. Kiaulehn
DR R. Kiaulehn

Nous avons eu la chance de prendre en main le Decree FRD sur une courte boucle parcourue plusieurs fois, qui révélait toutes les situations que l’on peut rencontrer en VTT. Cela commence par une longue ascension qui met en avant la motricité de la suspension arrière, sans aucune oscillation. Juste bluffant, d’autant qu’il est inutile de jouer sur la compression basse vitesse de l’amorto (qui n’a d’ailleurs aucun effet) ! Et les racines qui parsèment la grimpette n’y feront rien. Ça passe tout le temps et avec un amorti royal. Enfin presque, car avec 150 mm et 67° à l’avant, on aurait aimé un tube de selle encore plus redressé pour éviter de glisser sur l’arrière. Seule solution, profiter du dual position de la fourche pour abaisser l’avant. Dans ces conditions, l’assiette est stabilisée et l’on peut profiter de la montée l’esprit tranquille. Attention toutefois à la ligne de chaîne avec le Race Face qui n’est pas au top lors du croisement. Enfin le Decree mériterait une denture un peu plus petite pour mieux monter à la montagne. La première descente met en évidence la rigidité et la précision du cadre. L’avant est peut-être un peu trop rigide même (entre les roues Enve et le triangle avant…). Heureusement le triangle arrière n’est pas un bout de bois et cette souplesse toute relative permet au pilote de ne pas taper dedans tout le temps pour bénéficier de bonnes accélérations sans dépenser trop d’effort. Avec 67° en action, l’avant est un peu fainéant lorsqu’il s agit de tourner. Il faut alors amplifier l’ordre de prendre la corde si on veut l’inscrire dans le virage et ne pas aller tout droit. En associant le mouvement d’épaules au pousser sur les pédales, le voilà qu’il se plaque contre le sol dans la courbe tel un guépard prêt à bondir. Car la sortie est pour le moins dynamique. Profitant de la suspension arrière qui offre cet effet incomparable de vouloir plaquer la roue au sol, le coup de pédale sec facilite l’extraction, et il suffit de lever la roue directrice pour l’inscrire dans le virage suivant. Les grosses marches de pierres rincées et défoncées par les pluies de ces derniers jours, mettent en évidence la nécessité de complètement changer sa manière de régler les suspensions avec le FAST. D’abord, la détente à l’arrière doit être au minimum si l’on ne veut pas se faire désarçonner (limite on aurait aimé encore plus lent). Ensuite, il est surprenant de voir comment le bras arrière offre une résistance à l’enfoncement de la suspension sur les gros impacts. Bizarrement, on arrive difficilement à prendre les 140 mm annoncés, mais sans que cela ne se fasse violemment. Du coup, le vélo reste toujours très haut de l’arrière. A la première descente, les 150 mm de la fourche ont été utilisés, quand l’arrière ne dépassait guère les 50% (pourtant avec 30% de précontrainte – 170 psi pour pilote de 75 kg). En conséquence, il a fallu impérativement ré-accorder l’avant à l’arrière, en chargeant un peu plus en hydraulique la Pike. L’effet induit sur la fourche qui la faisait plonger a alors disparu et le vélo a retrouvé un équilibre dans la pente, où il excelle aussi bien qu’en montée. Quelle polyvalence ! n

Ce qu’il faudrait changer

Difficile de trouver quoi changer sur cette version super haut de gamme. Vu les capacités agressives du VTT dans la pente, peut-être qu’un cintre plus large pourrait trouver place pour mieux guider le train avant qui peine à tourner en douceur. Mais c’est vraiment pour trouver quelque chose à redire sur l’équipement…

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE :Tailles : S, M, L, XL- Modèle d’essai : S – Cadre : Carbone UHC Ultimate TeXtreme – Fourche : RockShox Pike RCT3 Dual Position – Amortisseur : RockShox Monarch Plus RC3DebonAir – Freins : Sram Guide Ultimate ø180/160 mm – Dérailleur avant : – Dérailleur arrière : Sram XX1 – Pédalier : RaceFace Next SL, 32 Dts – Commandes : Sram XX1 – Cassette : Sram XG-1199, 10-42 – Roues : Chris King Iso/Enve 60 Forty Carbon – Pneus : Schwalbe NobbyNic Snakeskin TL, 27.5×2.25 – Potence : Easton Haeven , 55 mm (70 pour le test) – Cintre : Easton Heaven Carbon, 720 mm – Tige de selle : RockShox Reverb Stealth, ø30.9 mm – Selle : WTN SL8 Carbon – GEOMETRIE taille S – Top tube : 565 mm – Tube de selle : 395 mm – Angle de direction : 67,5° – Angle de tube de selle : 73,8° – Bases : 430 mm – Empattement total : 1107 mm – Hauteur de boîtier : 345 mm – Reach : 391 mm – Stack : 567 mm.

Distributeur : Felt France, Contact : Omnium Bike, info@omniumbike.fr

RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

[quote] On aime : Finition diabolique • Anti-pompage vraiment effectif • Suspension arrière !
On regrette : Taille S impose un porte-bidon latéral • Demande un peu de subtilité de réglage des suspensions • Prix dans cette version haut de gamme.[/quote]