Comment entretenir son casque

Avec l’été et ses chaleurs, notre corps transpire plus qu’à l’accoutumée ; nos vêtements laissent passer la transpiration
et vont directement en machine sitôt rentrés. Mais qu’en est-il du casque ? Comment en prendre soin ? Comment le laver sans le détériorer ? Que ne faut-il surtout pas faire pour qu’il conserve ses qualités ? On vous dit tout !

Texte : C. Vérité – Photos : D.R.

crédit Uvex

L’odeur de putois qui sort de votre casque n’est plus supportable ? Il est temps de le laver ! Mais attention, si vos vêtements peuvent aller en machine à 30°, il n’en est pas question pour le casque. Cela peut vous sembler évident, mais on trouve de tout sur Internet. Soyons clairs : un casque est composé principalement d’une coque en EPS (polystyrène) recouverte d’une coque extérieure. Pour que vous vous rendiez compte de l’importance de la coque EPS, voici comment elle est réalisée : des perles de polystyrène sont amalgamées entre elles grâce à un expanseur qui augmente leur volume. Elles sont ensuite mélangées à de la vapeur pour être placées dans un agitateur qui leur donne leur forme définitive au bout d’environ 5 minutes dans une presse sous vapeur. Si vous placez votre casque dans une machine à laver ou un lave-vaisselle, la chaleur de l’eau et la vapeur vont dégrader le polystyrène, voire décoller la coque extérieure. Et même si rien n’est visible, le fait d’avoir chauffé le casque a endommagé la structure du polystyrène qui ne sera plus en mesure d’absorber les chocs.

Comment faire ?
Prendre soin de son casque, c’est aussi prendre soin de sa tête et de son cuir chevelu. Les mousses, aussi
anti-bactériennes soient-elles, ont des limites, et au bout de quelques sorties, elles seront plus semblables à des élevages de bactéries qu’autre chose. Démangeaisons, irritations, rougeurs peuvent apparaître si vous ne faites rien.
Sans (re)parler de l’odeur de fennec…

Crédit Uvex

Les mousses 
Vous allez procéder en deux temps pour laver votre casque : en premier lieu, dé-scratchez les mousses de l’intérieur du casque ; la plupart des modèles permettent de les retirer par ce biais. Si ce n’est pas le cas, il va falloir les imbiber une par une avec une solution d’eau et de savon doux ou hypo-allergénique et ensuite les rincer de la même façon. Si vous pouvez les retirer, c’est plus simple car vous pouvez les passer en machine à 30°C maximum et en les plaçant dans un filet pour les protéger, en évitant cependant le sèche-linge : laissez-les sécher librement. Pour les plus pointilleux, il existe des sprays pour laver les casques, comme pour les modèles de moto qui permettent de donner un coup de frais à vos modèles sans les démonter entièrement.

L’extérieur 
Vient ensuite l’extérieur. Sur ce point, il s’agit plus d’esthétique que d’hygiène, mais avec la poussière ou la boue, il est judicieux d’y penser. Ce sera valable surtout au niveau des sangles et de la mentonnière qui ne peuvent être démontées mais qui absorbent énormément la transpiration. Comme pour les mousses, nettoyez-les avec une solution à base de savon doux. Cela éliminera aussi les traces blanches (le sel de votre sueur en l’occurrence). En ce qui concerne la coque externe, une lingette micro-fibre, un chiffon doux feront amplement l’affaire avec de l’eau ; une petite brosse éventuellement pour déloger les saletés dans les aérations peut être utile. Rincez-le à l’eau claire et laissez-le sécher à l’air libre sans l’exposer au soleil.


Les 5 choses à ne pas faire pour garder son casque en bon état

  1. Laisser le casque en plein soleil pour le sécher ou dans une voiture exposée à la chaleur : cela accélère le vieillissement de la coque en EPS qui perdra toute sa capacité à absorber les chocs.
  2. Mettre le casque à la machine à laver ou au lave-vaisselle : cela va détériorer le casque, et décoller certains éléments à cause de la chaleur de l’eau et la vapeur.
  3. Utiliser des solvants ou des produits de nettoyage : de l’eau avec du savon naturel suffisent largement.
  4. Laisser tomber le casque : mouvement d’humeur, maladresse ou chute,
    un casque qui est tombé est potentiellement bon à jeter car cela a fragilisé
    la coque EPS interne. Vérifiez s’il n’y a pas de fissures visibles et auquel cas : direction la poubelle !
  5. Garder son casque plus de 5 ans : même s’il n’est jamais tombé, même s’il est encore aussi beau qu’au premier jour, un casque a une durée de vie comprise entre 3 et 5 ans maximum. Au-delà, sa capacité à absorber les chocs n’est plus
    à même de protéger votre tête.

Astuce
Vaporisez vos mousses avec une solution de tea tree. Il s’agit d’une huile essentielle totalement naturelle qui possède des propriétés antivirales, mais surtout antibactériennes et antifongiques (contre les champignons). Quelques gouttes suffisent à prévenir odeurs et proliférations suite à une sudation répétée.

Previous articleMegavalanche de la Réunion : un beau plateau !
Next articleComment choisir ses pneus de VTT ?
Bikelive - L'actu 100% VTT