Accueil ESSAIS Cannondale Trigger 3 : Ne vous fiez pas aux apparences

Cannondale Trigger 3 : Ne vous fiez pas aux apparences

Avec le Trigger, Cannondale avait déjà placé la barre haut. La mouture 2018 change à 100%, tout en conservant son caractère très joueur habilement placé entre le all mountain et l’enduro. Plus simple aussi, le Trigger 2018 arbore un astucieux amortisseur à débattement variable pour coller à tous les types de terrains et tous les profils. Rencontre.

DR. Christophe Vérité

[Htab][tab title= »PRIX »]3999€[/tab][tab title= »POIDS »]14,30 kg sans pédales en taille L[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 115-145 mm[/tab][tab title= »USAGE »]rando-sport, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

Avec pourtant le même patronyme, le nouvel all mountain Cannondale est bel et bien 100% revu. Une mise à jour poussée par la volonté de proposer une machine à la pointe et passe-partout. Il a été développé sur la base d’un châssis en fibres de carbone BallisTec et ici sur le Trigger 3, un bras arrière en aluminium. Le Trigger développe 145 mm de débattement à la roue arrière et Cannondale a opté pour un amortisseur Fox Float X Evol DPS. Par une manipulation de son volume d’air (une valve supplémentaire vient verrouiller une partie de la chambre à air du ressort pneumatique), on peut au besoin passer le débattement arrière à 115 mm via la commande au guidon. Ce concept baptisé Gemini est une version simplifiée du précédent système Dyad et offre donc deux positions : Flow en 145 mm et Hustle en 115 mm. L’ensemble s’articule via une nouvelle biellette carbone placée sur des axes traversants surdimensionnés. C’est light et rigide ! Le design du cadre en lui-même est dicté par la volonté de pouvoir installer un porte-bidon sur le tube de selle (bidon de 700 ml max). Tous les passages de gaines et Durit® se font en interne et sont verrouillés au niveau de leurs insertions, pour éviter les bruits parasites à l’intérieur du cadre. Le triangle avant reçoit en plus une protection en carbone amovible et remplaçable sous le tube diagonal, et le cadre est Di2 Ready, comprenez que vous pouvez utiliser les groupes Shimano électriques sans que les fils ne passent à l’extérieur des tubes.

Au niveau de la géométrie, Cannondale a rallongé l’avant du vélo (Reach de 461 mm en L) pour mettre une potence ultra-courte (45 mm) au Trigger et un angle de direction prononcé (66°) qui vient compléter la fourche de 150 mm. A noter la taille des bases de 420 mm, ultra-courtes pour dynamiser l’arrière du vélo.

Du côté de la transmission, c’est Shimano qui s’y colle avec l’excellent groupe SLX en 11 vitesses, couplé à un double plateau. C’est d’ailleurs le seul modèle de Trigger a en être équipé, les autres faisant le choix du 1x 12 Eagle. Idem pour les freins, les SLX sont ici montés avec des disques de 180 mm. Un choix très discutable (voir l’encadré ce qu’il faudrait changer) vu la faible endurance de ces modèles. Le train roulant est confié à une paire de jantes WTB montées avec moyeux Formula et rayons DT Swiss Champion, le tout chaussé de pneus Maxxis Minion DHF /R en 2.3. On termine ce tour du propriétaire avec la tige de selle TransX de 120 mm de course et l’excellente selle Fabric Radius Scoop dont le confort nous a surpris. Le reste de composants est signé Cannondale.

Comme à la maison

DR. C. Vérité

Le Trigger en taille L loge mon 1,83 m sans souci grâce au tube supérieur rallongé. La potence en 45 mm s’accorde parfaitement a cette nouvelle géométrie et les mains se posent très naturellement sur le cintre de 780 mm. Idem pour la selle Fabric : un pur bonheur au niveau fessier, je vous assure ! Les premiers tours de pédales permettent d’affiner la hauteur de selle avec la tige de 120 mm télescopique qui n’a eu aucun désagrément de fonctionnement. Premier contact aussi avec la commande Gemini côté droit du cintre : nous l’avons trouvée assez peu ergonomique et gênante avec la manette de changement de vitesse logé au même endroit. Après quelques réglages, on peut trouver une place pour chacune, mais sans que cela soit optimal. Cela dit, le fonctionnement du Gemini rempli son rôle : dès la première montée, on enclenche le mode Hustle en 115 mm et, sans toucher à la molette CTD sur l’amortisseur et ses trois modes (open, trail, close), on sent de suite que l’arrière s’affaisse moins tout en restant collé au sol. Avec ses bases courtes en 420 mm, le triangle arrière fait des merveilles à chaque coup de pédale. Première descente, assez roulante, avec le même mode : idem, ça colle au parquet. Avec une précontrainte à 25%, presque pas besoin de jouer avec la commande CTD. Par contre, dès que ça devient plus technique et accidenté, là, il faut lâcher le guidon et enclencher le mode trail. Ou alors, ouvrir le Gemini et passer en mode Flow avec ses 145 mm, au choix. A l’avant, la Fox 34 et ses 150 mm avale sans broncher le terrain. A part une ou deux réceptions plutôt lourdes (mon gabarit de fillette de 89 kg n’aide pas) où elle s’est un peu affaissée, rien à redire sur son fonctionnement et sa progressivité. Cela dit, on n’est pas sur un enduro non plus, il ne faut pas l’oublier.

Essayé sur les pentes savoyardes et alpines, le Trigger 3 à révélé son (très) fort potentiel joueur : on comprend alors tout l’intérêt d’avoir des bases courtes. Pour être honnête, je n’ai pas un niveau de champion du monde, mais au guidon du Cannondale, je me suis senti pousser des ailes. Si, si. Même mes collègues n’en sont pas revenus, c’est dire ! A chaque virage, on se surprend à jeter l’arrière du vélo comme un dingue, légèrement penché en avant pour délester et appuyer en même temps sur la fourche pour relancer. Un régal. Cela aurait pu être un bonheur sans tache si les freins SLX n’avaient pas bridé mes élans. Autant la transmission s’est montrée brillante, même en double plateau avec un seul saut de chaîne, autant les freins se sont montrés dépassés. Soyons clairs : sur un tel vélo, ils n’ont rien à y faire. Surchauffe, passage à vide, pompage pour récupérer de la pression : cela aura été une lutte quasi quotidienne pendant nos essais. Dommage. Surtout que le train roulant, en toute humilité, a offert de son côté, une prestation très honnête, surtout avec les pneus Maxxis Minion DHF/ R, véritables laboureurs de terrain.

Le Trigger 3 est à mi-chemin entre un gros all mountain et un petit enduro, il faudra ne pas l’oublier tant il est généreux et fort en caractère. Cette version 3, la plus basique, n’est pas  »full » carbone, mais son triangle arrière en aluminium n’a pas à pâlir de ses prestations. Ses bases ultra-courtes et son reach rallongé donnent des ailes au pilote qui s’amusera en descente bien sûr, mais aussi en montée avec le système Gemini et son débattement variable. Polyvalent ? Le mot convient plus que jamais à un VTT avec le Trigger 3.

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : Carbon Ballistec, triangle arrière aluminium C1 – Fourche : Fox Float 34 Performance 27.5 – Freins : Shimano SLX, ø180 mm – Dérailleur avant : Shimano SLX – Dérailleur arrière : Shimano XT – Pédalier : Cannondale Si BB30, 26×36 – Commandes : Shimano SLX, 11 vit. – Cassette : Shimano SLX 11×42 – Roues : WTB Frequency Race i29 Tubeless Ready 27.5 – Pneus : Av. : Maxxis Minion DHF 27.5×2.3 » av. ; Ar. : Maxxis Minion DHR II ar. 27.5×2.3 » – Potence : Cannondale C3, 45 mm – Cintre : Cannondale C3 riser, 780 mm – Tige de selle : TransX 120 mm, ø31,6 mm – Selle : Fabric Radius Scoop –  GEOMETRIE taille  L : Top tube : 627 mm – Tube de selle : 460 mm – Angle de direction : 66° – Angle de tube de selle : 74,5° – Bases : 420 mm – Empattement total : 1190 mm – Hauteur de boîtier : 345 mm – Reach : 461 mm – Stack : 599 mm.

Distributeur : Cycling Sport Group, Contact : www.cannondale.com

RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

[quote] On aime : Le caractère très joueur du vélo • Les relances vives • Polyvalent
On regrette : Les freins trop justes.[/quote]

Publicité