Bulls Black Adder : Le confort au service de la performance

Bulls s’est taillé une solide réputation internationale dans le segment du XC marathon. La marque allemande fait évoluer pour 2016 le cadre de son fer de lance en la matière, le Black Adder. Quels sont ses arguments pour convaincre face à des marques plus reconnues en France ? Réponse dans cet essai !

bulls-black-adder-6
DR T. Zaniroli

[Htab][tab title= »PRIX »]3599€[/tab][tab title= »POIDS »]10.05 kg sans pédales en taille L[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 100 mm | Déb. ar. : -[/tab][tab title= »USAGE »]Compétition, rando-sport, vallonné, plaine.[/tab][/Htab]

Les efforts de Thomas Dietsch commencent à porter leurs fruits. La marque distribuée dans le réseau Veloland se fait connaître grâce au travail de communication effectué par l’ancien pilote marathon, désormais ambassadeur de Bulls pour la France. Le XC marathon, c’est justement une des “spécialités” de la marque allemande, qui dispose d’un gros team présent sur les avant-postes des épreuves longues distances. A l’image de Karl Platt, le pilote maison qui a fait évoluer le cadre de ce Black Adder pour 2016, pour le rendre plus au goût des tendances actuelles. Quoi de neuf ? Le châssis conserve bien sûr sa structure en carbone monocoque. Toutefois il reçoit désormais un passage des gaines en interne. Mais les changements les plus flagrants se font au niveau de la géométrie. Le tube supérieur a été allongé et les bases raccourcies. A ce sujet, Bulls est une des rares marques à proposer des bases plus longues sur les grandes tailles, une excellente initiative qui permet de conserver une géométrie cohérente et performante en côte. On passe ainsi de 430 mm en taille S à 435 mm sur les M et L, pour finir à 440 mm sur la taille XL. La hauteur du tube de selle et de la douille de direction conique a été diminuée. A noter que le cadre est désormais prévu pour un passage en interne d’une tige de selle télescopique, preuve que les mentalités changent dans le bon sens ! Pour le reste, le Black Adder conserve un boîtier de pédalier Press Fit et un axe arrière de 12X142 mm. A 950 g le cadre nu, ça commence à causer.

Le juste prix

A l’heure de la guerre entre vépécistes et circuit de vente traditionnel en magasin, Bulls peut se vanter d’être une des rares marques à proposer le beurre… et l’argent du beurre. Entendez par là qu’elle réussit l’exploit de proposer des VTT au rapport qualité/prix/performance capables de rivaliser avec les marques qui vendent en direct, mais avec le service et le conseil d’un revendeur puisque Bulls est distribué via le réseau Veloland. Le Black Adder 29 en est l’exemple concret puisqu’il vous faudra débourser “seulement” 3 599 € pour en faire l’acquisition. A ce prix-là (cela reste une belle somme, nous sommes d’accord), vous disposez d’un châssis développé par la marque allemande (pas un cadre choisi dans un catalogue taïwanais) et surtout un d’un équipement à vous décoller la rétine, à commencer par la proue. Ni plus ni moins que la fourche de tous les superlatifs, j’ai nommé la RockShox RS-1 inversée, qui frise à elle seule les 2 000 € en prix public ! Ajoutez-y un groupe complet Shimano Deore XT (freins et transmission 2X11), des composants bien choisis et vous obtenez une machine qui mérite que l’on s’y attarde… d’autant plus qu’elle a d’ores et déjà fait ses preuves en marathon dans les mains des pilotes du Team Bulls. Pour rappel, Karl Platt et Urs Huber ont remporté la dernière Cape Epic au guidon du Wild Edge, le tout-suspendu marathon de Bulls.

Aux antipodes d’un Exceed

Ah, je me souviens encore de mon rédac’ chef me racontant sa déception concernant le manque de confort du Canyon Exceed testé dans ce numéro… alors qu’il s’attendait à une révélation. Autant être franc, après sa mésaventure j’appréhendais de me retrouver au guidon d’un bout de bois avec ce Black Adder, rares étant les marques réussissant à proposer un cadre à la fois confortable et performant. Bien m’en a pris car finalement, c’est tout l’inverse qui allait se produire. Il faut dire que Bulls s’est fait le spécialiste du marathon. En toute logique son modèle phare se devait d’être confortable avant tout. Croyez-moi, cela faisait longtemps que je n’avais pas roulé un semi-rigide si tolérant ! Au moment du réglage de la bête, je préfère toutefois opter pour une potence en 70 mm, en lieu et place de la 90 mm d’origine. Eh oui, le Black Adder 2016 taille plus long que son prédécesseur et avec 620 mm de tube supérieur en taille L, une petite potence ne lui fait pas de mal pour gagner en maniabilité. Et même si le cintre d’origine en 700 mm me semble un peu étroit pour un 29 », je décide de le conserver pour l’essai. Vous l’avez compris, entre Bulls et les postes de pilotage, c’est un peu « je t’aime, moi non plus ». Il y a deux écoles en matière de cross-country. Les jeunes et fougueux pour qui le confort est secondaire, qui cherchent avant tout à rouler sur une boule de nerfs au détriment de tout confort. Et puis il y a l’école – dont je fais partie ! – de ceux qui pensent à juste titre que la performance rime avec tolérance. Alors oui, peut-être que sur des épreuves courtes (moins de 30 km), le confort peut passer au second plan car on recherche avant tout l’explosivité lorsque l’on a une condition physique au top. Mais franchement, pour la masse des compétiteurs, rechercher le confort et la tolérance pour s’économiser, prendre plus de plaisir et moins venir à la faute en fin de sortie… ça n’a pas de prix !

Marathonien par excellence, le Black Adder vous permet d’enchaîner les kilomètres sans souffrance.

Et c’est justement ce que j’ai ressenti des les premiers kilomètres en selle, sur une longue section plate mais truffée de pavés. La partie arrière du Black Adder me donne cette impression de rouler sur un tapis magique, filtrant royalement les vibrations du sol et les petits impacts. A tel point que j’ai dû m’arrêter pour vérifier si je n’étais pas sous-gonflé. Eh bien non, mais au passage le ballon généreux des pneus Schwalbe Rocket Ron en 2.25 participe aussi au comportement pullman du Black Adder. Le tout est en accord parfait avec l’excellente sensibilité de la fourche RockShox RS-1, merci le système inversé ! Ce qui est très fort, c’est que cette excellente tolérance ne se fait pas au détriment de la précision de pilotage. Le Black Adder s’engage bien en courbe, virevolte dans les enchaînements de virages où l’on profite une fois encore de la motricité que procure cette partie arrière en sortie de courbe. L’excellente rigidité de la partie avant du cadre est ici sublimée par la fourche, qui permet de placer le vélo où l’on veut, pour peu que l’on engage bien avec les épaules. J’enchaîne les kilomètres avec cette sensation enivrante d’avoir des ailes, mais sans me les brûler. Le défaut des pur-sangs de XC, c’est qu’ils distillent tellement de sensations et de nervosité que l’on a tendance à tout donner dès les premiers kilomètres… en subissant le reste de la sortie. Le Bulls joue dans un autre registre. Ce n’est pas forcément celui qui accélère le plus fort (même si à ce niveau-là, son poids plume et son dynamisme lui permettent de s’en tirer très honorablement), mais c’est probablement celui qui vous permettra d’accumuler les kilomètres en restant frais et dispo tout au long de votre sortie, dès qu’il s’agit de remettre un coup de pédale sans en subir les conséquences. L’esprit d’un vrai marathonien en quelque sorte, sur lequel la transmission 2X11 vitesses avec une cassette en 11/40 dents prend tout son sens puisqu’elle permet d’aborder n’importe quelle ascension avec l’esprit serein. Et croyez-moi, après 45 bornes en selle, c’est le genre de détail qui a son importance. Puisqu’on parle de grimpette, j’ai particulièrement apprécié la géométrie du Black Adder en côte. L’équilibre entre la longueur de l’avant et des bases arrière permet de motricer fort sans risque de délester ou de perdre le contrôle. Au final, le Black Adder est une excellente surprise. Une invitation à rouler au guidon duquel on peut envisager de (très) longues sorties sans avoir à passer par la case osthéo !

Ce qu’il faudrait changer

La partie avant du cadre du Black Adder a été allongée en 2016. Du coup, la potence d’origine (90 mm sur en taille L) pourra paraître assez longue pour certains pilotes. N’hésitez pas – comme nous – à opter pour un modèle plus court afin de mieux répartir les appuis et de gagner en maniabilité. Toujours au niveau du poste de pilotage, le cintre d’origine nous a semblé un peu étroit. Privilégiez un modèle de 720 mm au minimum, vous y gagnerez beaucoup !

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Cadre : carbone monocoque – Fourche : RockShox RS1 – Freins : Shimano Deore XT av. ø180 mm ar. Ø160 mm – Dérailleur avant : Shimano Deore XT – Dérailleur arrière : Shimano Deore XT Shadow Plus – Pédalier : Shimano Deore XT 36/26 dents – Commandes : Shimano Deore XT – Cassette : Shimano Deore XT 11/40 dents – Moyeux : Sram X.O – Jantes : Bulls XC-21 – Pneus : Schwalbe Rocket Ron Evolution 29X2.25 – Potence : FSA SL-K, 90 mm – Cintre : FSA SL-K Flat, 710 mm – Tige de selle : FSA SL-K – Selle : Fizik Tundra M7 – GEOMETRIE en taille L : Tube supérieur : 615 mm – Tube de selle : 480 mm – Angle de direction : 70,5° – Angle du tube de selle : 73,5° – Bases : 435 mm – Empattement : 1 115 mm – Hauteur de boîtier de pédalier : 310 mm.

Distributeur : Véloland, Contact : http://int.bulls.de/fr/

RENDEMENT [star rating= »4″]
CONFORT [star rating= »4.5″]
MANIABILITE [star rating= »4″]
STABILITE [star rating= »4″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »4.5″]

[quote] On aime :Confort impressionnant • Rapport qualité/prix/équipement • Fourche !
On regrette : Poste de pilotage décevant • Gaines qui tapent à l’intérieur du cadre.[/quote]