Sunn Gordon Finest : Aussi rapide que Flash

DR. N. Le Carré

Le Sunn Gordon reprend l’essence du Kern, à la sauce VTTAE. Des roues de 29 », 130 mm de débattement, et une orientation cross-country, marathon, voilà les éléments clés de ce nouveau modèle.

Prix : 4 999 € | Poids : 21,40 kg en taille M | Déb. av. :130 mm | Déb. ar. : 130 mm

Le Gordon, c’est le Sunn Kern, mais à la sauce à assistance électrique. D’ailleurs il s’inspire fortement de sa cinématique de suspensions adaptée bien sûr au surpoids occasionné par le moteur et la batterie. Grâce au moteur compact, il s’autorise même le droit de répliquer une partie de la géométrie. Léger et compact, il se destine clairement à un usage polyvalent orienté marathon, cross-country. Le choix d’une batterie semie intégrée s’explique par le poids mais pas seulement. Le tube seulement décaissé, permet de ne pas surcharger les autres tubes inutilement, voilà pour le poids. Et surtout, le fait de pouvoir enlever facilement la batterie permet de la recharger en dehors du vélo (idéal pour les personnes qui vivent en appartement, ou pour les têtes en l’air qui prennent le risque de laisser brancher la batterie sur le secteur alors qu’elle n’en a plus besoin – risque de chauffe). Le Gordon dispose de roues en 29 » équipées de pneus en 2.3 », et développe 130 mm de débattement à chaque extrémité. Côté prix, le Gordon S1 (moteur Shimano E7000) est annoncé à 3499 € et le Finest (moteur Shimano E8000 )à 4999 €. C’est justement ce dernier que nous avons pu découvrir sur nos terres durant une bonne centaine de kilomètres.

Le potence mise tout en bas, le guidon quasiment à la hauteur de selle, les premiers tours de roues laissent un premier goût bizarre : le poste de pilotage est haut mais plus encore, l’angle de direction surprend. Il faut dire que depuis quelque temps, ils ont tendance à s’ouvrir, or ici, entre la potence de 75 mm (oui, oui…) et le poste de pilotage haut, on a rapidement l’impression que la roue avant passe sous le guidon. C’est d’autant plus frustrant que Sunn nous annonçait 67° et que l’on est plus près de 68,5°… Peut-être faut-il rappeler l’usage polyvalent donné à ce vélo et accepter cette géométrie qui somme toute fonctionne plutôt bien. Mais quand même, un petit degré en moins sur la direction aurait été bienvenu.

Un vélo facile

En tout cas, le vélo est vif, et même rapide dans les enchaînements de virages. Il se bascule d’un côté à l’autre sans grande débauche d’énergie. C’est d’ailleurs l’un des principaux points positifs de ce vélo : la facilité avec laquelle on le déplace. La répartition des masses semble idéale tant il se pilote comme un vélo classique, laissant même suggérer un poids digne d’une danseuse étoile. Pourtant le bestiau pèse 21,40 kg (ce qui n’est pas lourd à la base), et on se croirait au guidon d’un produit à 15 kg tout au plus. Surprenant ! Tout comme la capacité de la roue arrière à lire le terrain. Petits, moyens ou gros sont littéralement absorbés comme le ferait un papier buvard d’une tache d’encre. C’est d’ailleurs à cause de cette qualité d’amorti arrière que l’on ne peut s’empêcher de pester contre la fourche qui manque de lecture de terrain, en plus de disposer d’un châssis dépassé par les événements dès que l’on hausse le ton, où que l’on doive planter le frein avant. Pour le coup, la roue semble encore plus passer sous le poste de pilotage. Et le problème avec ce Gordon, c’est qu’il va vite, très vite même. L’effet des roues 29 » y est pour beaucoup, et franchement , il faudra garder les yeux bien éveillés en descente, pour ne pas louper son freinage. Le vélo a une capacité à prendre de la vitesse qui impressionne, au point de devoir modifier tous vos points de repères de freinage ou déclenchement d’évitement d’obstacles, sur vos descentes que vous connaissez pourtant par coeur. Pour le coup, les ingénieurs n’ont pas joué avec le feu, et le Gordon se voit doté de gros disques en 200 mm de diamètre associés à des étriers quatre pistons des Sram Guide RE, qui n’ont pas démérité. L’autre point sur lequel le Gordon met tout le monde d’accord, ce sont ses roues. Son train roulant, que ce soient ses pneus WTB Vigilante en 2.3 mais encore plus ses roues, est parfaitement dédié au programme agressif d’un VTTAE. Les cercles Mavic E-XA 30 Elite, spécialement dessinés pour ces vélos, offrent un bon compromis amorti/rigidité latéral et sont capables d’encaisser les chocs en limitant les risques de destruction des pneus grâce à la forme spécifique des crochets. Voilà qui montre que la marque jaune n’est pas encore morte, comme certains tentent de le faire croire.

Si vous cherchez un vélo avec lequel vous voulez jouer ou accumuler les kilomètres sans le payer cher physiquement le soir, le Sunn Gordon est pour vous

Par contre, là où le bas blesse, c’est sur la transmission. Aucun souci du côté des rapports de vitesses, vous pourrez grimper partout (à condition de bien vous mettre sur l’avant de selle, voire même au-delà, et d’abaisser au maximum votre centre de gravité). Non, le problème vient du dérailleur arrière qui nous a fait râler nombre de fois. Pourriture de souplesse des galets de première génération montés sur ce GX, qui plus est sans les lèvres censées éviter l’intrusion de branchette dans la chape ! Bilan : des vitesses qui sautent à cause d’un dérailleur qui n’arrive pas à suivre la ligne de chaîne, qui plus est lorsque la boue s’est invitée sur nos sorties. Heureusement pas de dérailleur plié à la suite de violent blocages/dégringolades de la chaîne sur les pignons en côte, mais on le doit à notre expérience. Pas sûr qu’avec un néophyte au guidon, il en eut été de même…

Revenons à ce Gordon qui brille par sa cosmétique chromée. Si le vélo reste facile à piloter dans les sections rapides, on le doit certainement plus à son empattement et à sa distribution des dimensions entre le triangle avant et arrière qu’à sa hauteur de boîtier. En effet le Sunn reste haut de la boîte, peut-être est-ce un choix pour faire passer partout les manivelles de 175 mm de notre modèle, en tout cas dans les passages techniques lents, c’est réussi. Le vélo est une vraie sauterelle, malgré ses grandes roues, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est bien gratifiant pour l’égo du pilote. Tout comme, la qualité de roulage du vélo au delà du 25 km/h fatidique. L’avantage des grandes manivelles est sans conteste, mais il n’en serait rien si le moteur Shimano n’était pas aussi facile à emmener à vide. Là, il suffit de bien prendre son élan et de profiter de l’inertie des grandes roues pour entretenir la vitesse. On peut ainsi facilement évoluer sur le plat autour de 28 km/h sans débauche d’efforts. De quoi confirmer le caractère polyvalent de ce nouveau venu dans le monde des VTTAE sympas à rouler.

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M , L – Modèle d’essai : M – Cadre : Alu 6069 T6 – Moteur : Shimano E8000 – Batterie : Shimano, 500 Wh – Fourche : RockShox Reba RL – Amortisseur : RockShox Deluxe RL – Freins : Sram Guide RE, ø200/180 mm – Dérailleur arrière : Sram GX – Pédalier : Shimano FC-E8050 , 32 dts – Commande : Sram GX – Cassette : Sram PG-1230, 11-50 dents – Roues : Mavic E-XA30 Elite – Pneus : WTB Vigilante , 29X2.35 – Potence : Sunn, 75 mm – Cintre : Race Face Turbine, 740 mm – Tige de selle : SDG Tellis, 125 mm, ø 30,9 mm – Selle : WTB – GEOMETRIE taille M : Tube supérieur : 600 mm – Tube de selle : 455 mm – Angle de direction : 68,5° – Angle de tube de selle : 75° – Bases : 445 mm – Empattement total : 1 180 mm – Hauteur de boîtier : 350 mm – Reach : 450 mm – Stack : 620 mm.

Distributeur : Sunn, Contact : www.sunn.fr

AUTONOMIE  
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT

On aime : Roule vite • Train roulant • Sensation de légèreté au pilotage :

On regrette : Dérailleur arrière trop fragile • Fourche un peu juste en rigidité • Où est la direction à 67° annoncée ?