Specialized Stumpjumper FSR Carbon Comp : Machine à rouler !

DR T. Zaniroli

Le Specialized Stumpjumper FSR est de retour et c’est une bonne nouvelle. Maître étalon durant de nombreuses années des pilotes aimant rouler partout, tout le temps, il s’est imposé à nous dans cette version Comp Carbon 29. C’est sur les plus beaux sentiers de Savoie que nous avons mis cette nouvelle bombe made in Specialized à l’épreuve.

DR T. Zaniroli
DR T. Zaniroli

[Htab][tab title= »PRIX »]3999€[/tab][tab title= »POIDS »]12,90 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 140 mm | Déb. ar. : 135 mm[/tab][tab title= »USAGE »] rando-sport, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

Le Specialized Stumpjumper FSR Comp Carbon est le modèle premier prix avec triangle avant carbone. Il est disponible aussi bien en roues de 27.5 » (débattement de 150 mm) que 29 pouces. C’est vers cette dernière version que nous nous sommes dirigés. C’est à nos yeux avec des grandes roues que le Stumpy est le plus intéressant et prend réellement un sens. Nous sommes donc en face d’un cadre complètement nouveau. Que ce soit au niveau des solutions techniques, de sa géométrie ou de ses paramètres de suspensions, le Stumpjumper 2016 est en phase avec son temps. Le triangle avant est construit en fibres de carbone Fact 9m. Ces dernières permettent d’offrir un châssis à la fois léger et rigide. La grosse nouveauté, c’est l’arrivée d’un compartiment étanche dans le tube inférieur, pour ranger quelques bricoles. Dénommé Swat Door, ce dernier pousse le concept d’intégration à son maximum. À l’arrière, Specialized fait confiance à son alliage maison : l’aluminium M5. En 29 pouces, le Stumpjumper développe 135 mm de débattement autour de la cinématique FSR. Cette dernière dispose d’un positionnement des points de pivots légèrement revu et d’un amortisseur spécifique développé en partenariat avec Fox. Il dispose d’une chambre d’air spécifique et d’une clapetterie revue au niveau de la compression. Dénommé RX Tune, ce paramétrage de la suspension arrière permet d’obtenir une courbe très sensible sur le début de course, puis très progressive pour favoriser le pédalage et ne pas s’affaisser face aux chocs importants. La géométrie n’est pas en reste. On retrouve dans les grandes lignes les mêmes cotes que sur l’ancienne génération en version Evo, à quelques détails près. Les bases sont raccourcies de presque deux centimètres, un monde sur un VTT 29 pouces. Le débattement en baisse par rapport au Stumpy Evo 2013 permet de réduire l’empattement, tout en redressant l’angle du tube selle et en ouvrant celui de la direction de 0,5°. L’équipement n’est pas oublié avec une RockShox Revelation pour assurer le travail à l’avant. On retrouve également une transmission double, grâce au Taco Blade spécifique. Pour finir, le vélo dispose de la nouvelle tige de selle télescopique maison, la Command Post IRcc et de roues, elles aussi maison, Roval à la largeur interne de 29 mm pour maximiser le volume d’air du pneu.

Le mythe à portée de portefeuille !

À bord du Stumpy 2016, on est immédiatement à l’aise. La position de pilotage est bonne. Tout tombe bien sous les mains, le poste de pilotage n’est pas encombré, parfait pour démarrer et faire tourner les jambes pour une première ascension. La suspension reste sensible sur les petits chocs mais verrouille bien quand on transmet la puissance aux manivelles. Le vélo ne s’affaisse pas et on grimpe avec aisance. Dans la même optique, le vélo garde du grip à la roue arrière et on peut charger l’avant pour affronter un raidard, sans rencontrer de problème. L’empattement réduit permet de se faufiler d’une difficulté à une autre et les bases courtes dynamisent l’ensemble. Si besoin, on peut jouer avec les dix positions intermédiaires de la tige de selle pour affronter les difficultés techniques en montée ou les portions trialisantes. Le Stumpy est particulièrement à l’aise sur ce dernier type de terrain. Il surfe littéralement au-dessus des obstacles. Les grandes roues ne vont pas taper au fond des compressions et limitent en ce sens la fatigue du pilote derrière le guidon. Dans le sinueux, c’est là encore un pur plaisir que d’être aux commandes. Le vélo est vif et se laisse emmener avec aisance. Son poids contenu et son comportement équilibré permettent de rouler totalement libéré. On prend confiance, et on va chercher l’attaque pour toujours plus de sensations. C’est en descente que l’on réalise au mieux tout le travail réalisé par les ingénieurs Specialized sur la suspension arrière. Le Stumpjumper lit le terrain comme jamais, tout en offrant une belle progressivité quand ça tabasse.

DR T. Zaniroli
DR T. Zaniroli

On a l’impression d’avoir plus de débattement que prévu ! Les longs bouts droits et driblés sont une partie de plaisir. Le vélo est sécurisant et garde le cap tout en filtrant un maximum le terrain. La suspension FSR est à son summum. En courbe, le grip sur l’angle est excellent. Nous avons rarement fait décrocher la monte pneumatique. Le Stumpy est une arme en descente, on enchaîne les runs et on en fait ce que l’on veut. Jumps, nose turns, passages à bloc… Il encaisse les pires traitements. Un autre de ses points forts c’est de pardonner les erreurs. Un vrai plus lors des descentes qui n’en finissent plus où la fatigue et l’acide lactique se font sentir. Le genre de constat qui nous fait dire que le Stumpjumper FSR 2016 a des gènes d’enduriste en plus d’être un très bon VTT passe-partout. C’est aussi sur ce genre de terrain que l’on aperçoit les limites de l’équipement. La fourche RockShox Revelation ne fait pas le poids face à une Pike ou aux nouvelles Fox 34. Loin d’être inroulable, au contraire, elle a néanmoins une forte tendance à chauffer lors des longs runs et se durcit par la même occasion. Quant au disque arrière en 160 mm, c’est une bride à l’attaque qui n’a pas sa place sur genre de VTT. Ce sont les deux seuls points sur lesquels il y a à redire, pour le reste Specialized frappe, encore une fois, un grand coup. Le Stumpjumper fait une nouvelle fois office de maître étalon. On terminera par un mot sur la Swat Door. Elle a pu en faire rire certains, là où d’autres ont compris la génialissime simplicité de la chose : se faire porter ses affaires par le vélo pour rouler allégé et libéré est un plaisir dont il est difficile de revenir… Il suffisait d’y penser !

Ce qu’il faudrait changer

Pour une trentaine d’euros, optez pour un disque en 180 mm et un rehausseur Postmount 160 vers 180 mm. C’est l’assurance de garder un freinage consistant quelle que soit la situation. Pour un budget plus conséquent, mais avec une optique de baisser la masse du vélo, vous pouvez également opter pour une transmission mono-plateau type Sram GX ou Shimano Deore XT.

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L et XL – Modèle d’essai : M – Amortisseur : Fox Float Evolution CTD AutoSAG RX Tune – Fourche : RockShox Revelation RC3 – Freins : Shimano Deore M615, ø180/160 mm – Dérailleur avant : Sram X7 Mid DM – Dérailleur arrière : Shimano Deore XT – Pédalier : Sram S1250, 34/22 Dts -Commandes : Shimano SLX – Cassette : Sram PG-1030, 11-36v – Roues : Roval 29 / Specialized Hi Lo – Pneus : Specialized Butcher & Purgatory Control, 29×2.3 – Potence : Specialized XC, 60 mm – Cintre : Specialized Mini Rise, 750 mm – Tige de selle : Specialized Command Post IRcc, ø30,9 mm – Selle : Body Geometry Henge Comp 143 – GEOMETRIE (M) : Top tube : 594 mm – Tube de selle : 430 mm – Angle de direction : 67,5° – Angle de tube de selle : 74° – Bases : 437 mm – Empattement total : 1143 mm – Hauteur de boîtier : 336 mm – Reach : 417 mm – Stack : 617 mm.

Distributeur : Specialized France, Contact : www.specialized.com

RENDEMENT [star rating= »3.5″]
CONFORT [star rating= »4″]
MANIABILITE [star rating= »4.5″]
STABILITE [star rating= »5″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »3″]

[quote] On aime : Châssis et suspensions exceptionnels • Géométrie moderne • Tolérance
On regrette : Disque arrière en 160 mm (taille S et M) • Fourche en retrait face aux capacités du vélo [/quote]

Previous articleAurélien Fontenoy, la vidéo Ed & Aurel
Next article5ème Rando VTT de Noël avec l’ACME
Journaliste & photographe à bikelive.com