Home ESSAIS Specialized Epic Expert Evo : Nouveau style

Specialized Epic Expert Evo : Nouveau style

Vous trouvez que votre Specialized Epic est un peu fade, manque un peu de saveur, mais vous adorez la manière dont il pédale, la vitesse avec laquelle il vous propulse en avant ? Alors l’Epic Expert Evo est fait pour vous ! La différence ? 120 mm de débattement à l’avant et ça change tout !

DR. B.L

Prix : 5 399 € | Poids : 11,8 kg en taille Medium sans pédales | Débattement av. : 120 mm | Débattement ar. : 100 mm / Pratique : compétition, vallonné

L’année dernière, Specialized a complètement revu son modèle phare dédié au cross-country de compétition, l’Epic. Pour cela, il lui a impulsé une nouvelle identité grâce à une géométrie plus agressive, en adéquation avec le circuit international de XC de plus en plus technique. Plus d’angle à l’avant, on passait alors de 71 à 69,5°, mais avec un offset de fourche plus court pour conserver de la maniabilité, une première sur ce segment de marché. Au passage, la suspension arrière avait été complètement revue, pire c’est le premier tout-suspendu de la marque à abandonner la fameuse suspension FSR. Exit le point de pivot arrière, merci le gain de poids, mais aussi bonjour au nouvel amortisseur doté du MiniBrain. Pour rappel, l’idée est d’avoir un petit réservoir équipé d’un capteur mécanique de choc, au plus proche de l’axe du moyeu arrière, en, l’occurrence maintenant juste derrière l’axe, qui va ouvrir le système hydraulique de l’amortisseur pour libérer la suspension. Sans réponse venue du sol, l’amortisseur est bloqué. Exit le pompage ! Evidemment, le système propose un réglage du seuil de déclenchement de l’amortisseur vous vous permettre de choisir sur quel volume de choc la suspension va se libérer, et donc vous distiller du confort, mais aussi de la motricité.

Alors qu’est-ce que propose de nouveau cet Epic Evo ? Sincèrement, rien. Enfin si, il adopte une fourche de 120 mm à l’avant, ce qui entraîne une légère modification de la géométrie. Avec la Fox SC34, l’angle avant gagne un petit degré en passant à 68,5°, et 74° de tube de selle. Le boîtier de pédalier remonte un peu, mais rien de grave quand on sait que les Specialized ont généralement des boîtiers assez bas. Evidemment la rehausse de l’avant raccourci légèrement le reach (420 mm) mais pour le reste de la géo, rien ne change. Avec le label EVO, Specialized est coutumier du fait puisque la plupart de ses modèles reçoivent dans la gamme un modèle avec cette fameuse appellation. D’ailleurs, la marque américaine n’est pas la seule à proposer ces séries exclusives, montées plus “hardcore”. Chez Rocky Mountain, ce sont les BC Edition, chez Focus les… Evo, etc… Par contre, avoir un Epic Evo est une première en France, puisque contrairement aux années précédentes, la division française a décidé de le mettre au catalogue hexagonal, et c’est tant mieux. Avec ce modèle, Specialized va pouvoir rivaliser avec un marché déjà bien encombré : Scott Spark 120, Focus 01E, Superior XF ou encore le nouveau Orbea Oiz TR, se taillent la part du lion. En tout cas, une chose est certaine, l’appellation Evo fait référence à un modèle équipé pour naviguer confortablement sur des circuits techniques et de longs parcours. Aussi adopte-t-il quelques aménagement d’équipements.

Le Epic Expert Evo fait la part belle à des produits plus costauds. C’est donc le cas de la fourche qui a judicieusement été prise chez Fox avec la 34 SC (Step Cast) dont nous avons pu déjà tester la qualité de fonctionnement à plusieurs reprises (VTT234 : Fox SC34 Factory / VTT 235 : Orbea Oiz TR). Pour rappel, avec à peine 700 g de plus qu’une Fox SC32, ce modèle apporte une précision de pilotage sans équivalent au regard de sa petite sœur qui gâche souvent le tableau avec une souplesse latérale très discutable. Sur cet Epic Expert Evo, il s’agit de la version performance, donc équipée de la cartouche hydraulique Grip. Bienvenue aussi le cintre large en 750 mm associé à une potence de 70 mm, au disque de 180 mm de diamètre à l’avant qui donne un peu plus de mordant au Level TL, mais aussi une tige de selle télescopique, en l’occurrence une X-Fusion en 125 mm de course qui ne souffre d’aucune critique, et enfin une vraie paire de pneumatiques, des Ground Control et Fast Trak en gomme Gripton, et de 2.3 de large. Reste les roues. On est ici sur un modèle spécifique qui reprend la forme des jantes de Control SL, avec un profil assez haut, et en 25 mm interne, mais avec un carbone moins haut de gamme. Bilan, le gain de ces roues est plus à mettre au crédit de la rigidité et de la solidité, plus que de la légèreté. Pour preuve, on est ici sur une paire qui flirte avec les 2 kg. Assurément le point faible de cet Epic Evo car sur le terrain, la réponse à la pédale est moins percutante, de fait. D’autant que nous avons pesé notre modèle en taille M à 11,8 kg, ce qui n’est pas très “cross-country spirit”. Maintenant est-ce qu’un Evo a cette philosophie ?

Plus vite, plus vite !

DR. C.L

Au guidon d’un Specialized Epic Evo, pas question de se contenter de notre circuit de cross-country pour en évaluer le potentiel. Il faut passer au niveau supérieur. Bienvenue aux terrains exigeants, techniques et parfois violents pour les machines que nous utilisons pour les modèles en 130 mm et roues de 29 ». Car oui, malgré les petits 100 mm de l’arrière, la géométrie associée à la Fox SC34 en 120 mm permet pas mal d’écarts. On se souvient comment l’Epic était un sacré grimpeur, alors forcément avec un avant un peu plus haut, il nous tardait de savoir si ce trait de caractère était toujours inscrit dans ses gênes. Pour le coup, nous avons passé pas mal de temps dans les grimpettes (si on veut profiter des descentes à son guidon, il faut monter), et globalement on retrouve les gênes de sa version XC. Ce que nous avions trouvé comme avantage sur le nouveau MiniBrain, se reproduit ici. On sent encore le clic de déclenchement marqué de la suspension qui se libère lorsqu’elle rencontre une racine, ou sur un terrain accidenté, même si depuis l’ancienne génération, les progrès pour en réduire la vibration sont flagrants. Par contre, comme lors de notre test de l’Epic l’année dernière (VTT n°222), nous avions déjà trouvé que la plage de réglage du MiniBrain était frustrante au point d’arriver rapidement à rouler avec un setting très proche du seuil de déclenchement le plus souple. Il faut dire aussi que nos ascensions sont plutôt techniques et demandent pas mal de motricité, mais tout de même. Les premières positions les plus dures, sont tout bonnement inexploitables sur ce vélo tant il remonte tout du terrain sans même déclencher l’amortissement. Rippage de roue arrière assuré, quand ce n’est pas la roue qui se stoppe au contact des racines. Ouvrez-moi tout ça ! Surtout que l’Epic Evo aime aller vite en montée, malgré son cintre large, ses gros pneus et son surpoids. Les gênes de crosseur avide de victoires sont toujours présents à chaque coup de pédales. C’est exaltant, car le vélo reste facile à contrôler. Les virages serrés en côte se négocient en se baissant un peu plus que sur l’Epic classique. Et finalement beaucoup mieux que beaucoup d’autres 120 mm qui ont souvent une suspension arrière qui s’affaisse sous le poids du pilote. Ici avec le MiniBrain, le vélo reste haut de l’arrière, ce qui garantit une meilleure assiette dans les grimpettes. Ah, un détail qui n’en est pas un, il faudra penser impérativement à baisser votre potence pour retrouver une position “normale” sur cet Epic Evo.

Ça déboule en descente

Pour exploiter au mieux notre Epic Evo, il ne faudra pas hésiter à aller au-delà des prescriptions en matière de précontrainte de l’amortisseur. Si l’Autosag est carrément super pratique, il est ici calibré pour donner un bon réglage pour un usage cross-country compétition. Cela nuit non seulement à la lecture du terrain du train arrière, mais en plus cela met en avant un écart trop important de comportement face à la fourche plutôt onctueuse dans son approche du terrain à basse vitesse. N’hésitez pas à adopter la règle des 30% de précontrainte sur l’amortisseur !

Le badge Evo prend tout son sens lorsque l’on aborde une descente. De quoi libérer l’esprit d’un crosseur débutant ou réfractaire à la vitesse

Un mot sur la tige de selle X-Fusion Manic. Non seulement elle se fait complètement oublier par son fonctionnement exemplaire, mais en plus l’association avec la commande proposée par Specialized est tout bonnement top. Son ergonomie idéale fait qu’on abuse de cet accessoire à tous les moments de jeu, même en montée super technique où baisser de quelques millimètres la hauteur de selle, permet de se jouer des enchaînements entre les pierres en côtes. Mais revenons à nos descentes, car c’est là que l’apport du badge Evo porte tout son sens. L’Epic est à la base un vélo ludique, très agile, et super réactif à la moindre impulsion sur le guidon en descente. Lui faire gagner 20 mm de plus sur la course de sa suspension avant, qui plus est avec une fourche plus rigide, lui donne en plus des ailes qui libèrent même un crosseur qui freine en descente. Rassurant, il permet de se libérer en descente, de prendre confiance, en toute décontraction (au moins on sait qu’on ne cassera pas nos roues, que les pneus montés en tubeless sont costauds, et que l’avant plus haut et mieux suspendu nous évitera de passer par dessus le guidon), sans perdre les gênes de crosseur qui lui permettent de conserver son dynamisme légendaire. Les accélérations sont là, certes un peu moins fulgurantes qu’avec des pneus moins lourds, mais ça pulse.

A l’heure du bilan, on se dit que le plaisir rencontré à son guidon, tout au long de nos différents parcours, vaut bien quelques grammes en plus. Surtout qu’à bien y regarder, les statistiques qui ressortent de notre Strava sont plutôt positives puisque nous avons fait tomber quelques records personnels. Alors, convaincus ? Clairement !

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S-M-L-XL – Modèle d’essai : M – Cadre : Full Carbone FACT 11m – Amortisseur : RockShox Micro Brain – Fourche : Fox 34 SC performance – Freins : Sram Level TL ø180mm/160mm – Dérailleur avant : – Dérailleur arrière : Sram GX Eagle 12v – Pédalier : TruVativ Stylo, 32dts – Commandes : Sram GX Eagle, 12v – Cassette : Sram GX Eagle, 10-50 dts – Roues : Roval Control Carbon, 25mm int. – Pneus : Av. Specialized Ground Control Gripton, 29×2.3; Specialized Fast Trak Gripton, 29×2.3 – Potence : Specialized XC, 70 mm – Cintre : Specialized Ally Minirise, 750 mm – Tige de selle : X-Fusion Manic 125mm, , ø30.9 mm – Selle : Specialized Phenom Comp – GEOMETRIE taille M : Tube supérieur : 595 – Tube de selle : 440 mm – Angle de direction : 68,5° – Angle de tube de selle : 74° – Bases : 438 mm – Empattement total : 1133 mm – Hauteur de boîtier : 343 mm – Reach : 420 mm – Stack : 605 mm.

Distributeur : Specialized France, Contact : www.specialized.com

RENDEMENT
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT [button class= »btn_smallgold » url= »# » text= »16/20

On aime : Quelle aisance en descente ! • Prise en main facile • Idéal en moyenne montagne • Polyvalence

On regrette : Le Brain n’est pas recalibré par rapport à la nouvelle personnalité de ce vélo • Roues un peu lourdes