Rockrider AM 100 HT : Rasta Rocket !

Si vous cherchez un vélo sympa, pas trop cher, que vous vous foutez du prestige d’une grande marque US payée plein pot et surtout, que vous voulez un vélo fiable et fun pour presque tout faire, stoppez tout, le Rockrider AM 100 HT est fait pour vous.

Prix : 899€ | Poids :13,8 kg ; roues 5,81 kg | Débattement av. 130 mm / Pratique : all mountain léger, rando-sport

Si vous faites partie de ceux qui ne jurent que par les marques prestigieuses et le tape à l’œil, passez votre chemin, ce vélo n’est pas pour vous. Si en plus vous pensez qu’un modèle sous les 1000 € n’est bon qu’à aller chercher le pain, fuyez. Par contre, si vous êtes disposés à découvrir une vraie surprise, lisez ce qui suit. Ce AM 100 est le trublion de la gamme Rockrider dont nous sommes peu habitués à essayer des modèles atypiques. Pourtant dévoilé l’an passé dans un contexte sanitaire compliqué, le AM 100 méritait que je me penche sur son sort, moi qui aime les vélos simples et abordables. Et c’est tout ce qu’est ce vélo : un cadre en aluminium 6061 (triple épaisseur s’il vous plaît) combiné avec un triangle arrière en 6013 pour gagner un peu en souplesse, une géométrie moderne avec un angle de direction à 69°, des bases à 437 mm et des tubes hydroformés qui donnent un look assez épuré à l’ensemble. Le tour du propriétaire est somme toute assez rapide à faire, tant ce modèle excelle dans la simplicité : une fourche RockShox Judy Silver TK (on y reviendra plus loin), une transmission Shimano Deore 1×11 vitesses, des freins Shimano MT200, une paire de roues Sun Ringlé Duroc montée de pneus… Rockrider Grip 500 et, cerise sur le gâteau, une tige de selle télescopique. Voilà, tout est dit ! Blague à part, cela faisait un moment que je n’avais pas vu un VTT avec un équipement aussi simple qu’efficace dans ce segment de pratique et cette gamme de prix. Au chapitre des petits détails qui vont bien, j’ai noté les bases bien asymétriques qui évitent tout claquement de chaîne sur le métal, le choix pas si bête de faire passer toutes les gaines et Durit® en extérieur sous le tube oblique : cela évite du travail (et donc un coût) sur le cadre pour les mettre en interne et cela permet aussi de protéger le tube des projections éventuelles. Seule la gaine de la tige de selle est interne. Les roues Duroc sont tubeless ready, il suffit donc de virer les chambres et de mettre du préventif. Très bonne surprise aussi avec la selle Rockrider ergonomique, vraiment confortable et on termine par la potence munie d’un astucieux capuchon qui peut accueillir un accessoire muni d’une fixation ¼ de tour. On revient plus tard sur les détails qui chiffonnent, après avoir testé ce petit missile !

Fun, stable et terriblement addictif !

Sitôt enfourché, sitôt apprécié : la selle invite au voyage et c’est appréciable ; les commandes tombent naturellement sous les mains et le reach en taille L permet d’apprécier la position : équilibrée. Si la selle a tout de suite séduit mon séant, les grips ont vite été changés car trop fins et surtout, trop durs. Rien de bien grave, mais autant être à son aise, non ? Bon point aussi avec les 150 mm de débattement de la tige de selle télescopique qui permettent d’avoir une bonne amplitude, aussi bien pour pédaler que pour descendre et le tout, avec un fonctionnement onctueux. La position met rapidement à l’aise mais j’ai baissé la hauteur de la potence de deux bagues, histoire d’être légèrement plus vers l’avant. La transmission Shimano 1×11 remplace la Sram NX de l’an passé, mais le choix du plateau de 32 dents me laisse sceptique : pourquoi ne pas mettre un 30, beaucoup plus polyvalent, surtout pour un vélo qui se veut le ticket d’entrée en all mountain ? Et surtout si le terrain offre quelques belles montées, comme c’est le cas par chez moi. Niveau freins, les Shimano MT200 avec leurs disques ø 180/160 mm sont un régal pour le niveau de prix, à la fois efficaces et assez endurants, même si un peu de puissance en plus aurait été parfois bienvenu. A la montée, le AM 100 s’emmène plutôt bien, à peine plus à 13 kg et le train roulant aide pas mal, notamment l’ensemble roues/jantes Sun Ringlé Duroc en 30 mm de large : avec les axes au format Boost, rien à redire sur ce niveau de gamme encore une fois. Notez les pneus Rockrider Grip 500, une petite nouveauté dont nous vous reparlerons bientôt ! Le cadre se montre globalement vif, mais un peu plus de nervosité à la relance serait souhaitable, mais avec des bases à 435 mm, Rockrider a privilégié la stabilité. Dans les singles, autant en montée, mais surtout bien sûr en descente, pas de surprise avec la fourche RockShox Judy : parfaite pour la randonnée-sport, mais si vous attaquez un peu, elle sera complètement dépassée en tout point. Ce sera le seul gros point noir et un changement à envisager rapidement pour donner à ce vélo toutes ses capacités. Mais ramené au prix, elle fait le job si on reste sage. Le problème, c’est que le AM 100 incite à ne pas (trop) l’être : clairement, on se sent vite à l’aise avec l’envie d’aller plus vite à chaque virage, même si la sortie est parfois chancelante avec la Judy qui fait de son mieux. Vraiment joueur et plutôt polyvalent ce petit modèle !

Pour conclure, je pourrais dire que sa géométrie est moderne mais que Rockrider n’a pas pris trop de risques pour que ce vélo convienne à la majorité. Dommage, un grain de folie, comme un arrière plus court, lui aurait été bénéfique. Bon point cela dit pour le choix de l’alu 6013 pour le triangle arrière qui amène un peu de confort (relatif). Reste définitivement à envisager une autre fourche plus endurante et surtout, plus rigide. Mais à 899 €, cela laisse de la marge pour l’envisager et vous aurez alors un « toy-bike » vraiment sympa !

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille L – Top tube : 630 mm – Tube de selle : 451 mm – Angle de direction : 69° – Angle du tube de selle : 72,1° – Bases : 437 mm – Empattement total : 1195 mm – Hauteur du boîtier : 326 mm – Reach : 439 mm – Stack : 625 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : aluminium 6061 / 6013 TB – Fourche : RockShox Judy Silver TK – Freins : Shimano MT200, ø 180/160 mm – Dérailleur ar. : Shimano Deore – Pédalier : Shimano Deore, 32 dts – Commande : Shimano Deore – Cassette : Shimano Deore 11v., 11×51 – Roues : Sun Ringlé Duroc 30 Tubeless Ready (27.5 en S / M, 29 en L / XL) – Pneus : Rockrider Grip 500, 29×2.4 » – Potence : aluminium, 35 mm – Cintre : Rockrider Comp aluminium, 760 mm – Tige de selle : Rockrider télescopique, 150 mm (L/XL) – 120 mm (S/ M) – Selle : Rockrider Ergo.

Distributeur : Décathlon, contact : www.decathlon.fr

Notes :

Rendement : 3,5 /5

Confort : 3,5 / 5

maniabilité : 3,5 / 5

stabilité : 3,5 /5

Prix /équipement : 4,5/5

Total : 14,8 /20

On aime :  Rapport qualité/prix/plaisir • Polyvalence • Position confortable

On regrette : Plateau 32 dents • Fourche hors jeu • grips peu confortables