Origine Cycles Théorème GT 29 : Fast and…furieusement confortable !

DR. C. Vérité

Origine Cycles, vous connaissez, c’est la petite marque établie dans le Nord qui propose des vélos avec montage à la carte, directement sur leur site web. Nous avions déjà testé ce cadre Théorème GT à sa sortie, mais cette fois, nous avons choisi un montage accessible financièrement, sur base d’un cadre en carbone.

Prix : 1776 € | Poids :11,20 kg en taille L ; roues : 4,1 kg | Déb.av. 100 mm / Pratique : randonnée, cross-country

A sa sortie du carton, je me suis dit deux choses : premièrement, j’allais devoir ressortir mes cuissards et me raser les mollets pour faire honneur à ce pur-sang XC ; deuzio, prendre rapidement rendez-vous chez mon ostéopathe lorsque l’essai sera terminé pour remettre mes lombaires en place. Et vous savez quoi ? Nul eu besoin d’aucun des deux ! Je vous explique pourquoi. Ce Théorème GT offre une géométrie dans les standards actuels avec une douille de direction à 69°, un tube de selle placé à 72,7° et un reach relativement court pour une taille L avec 441 mm et des bases coupées à 430 mm : on devine un comportement assez vif, pour ne pas dire plus, orienté course. Notre montage “simple” a pour vocation de voir si ce modèle reste attractif sans les accessoires moyen ou haut de gamme souvent montés dessus. Ici, nous avons une honnête RockShox Recon Silver en 100 mm, une transmission mono-plateau Shimano SLX, des freins MT401, des composants Ritchey Comp, une paire de roues Fulcrum Red Zone 500 montée avec des surprenants Schwalbe Thunder Burt tubeless en 29×2,25. Il y a longtemps que je n’avais pas roulé sur des pneus aussi… fins et si peu cramponnés. Au premier regard, on note de suite la très belle finition du cadre en carbone et l’aspect racé du vélo. Quelques réglages, et il ne reste qu’à enfourcher la bête pour voir ce qu’elle a dans le ventre.

Quand il est question d’a priori

Je vous l’ai dit : lorsque j’ai vu ce Théorème GT une fois déballé, j’ai cru devoir activer le mode cross-country d’office vu le programme de ce semi-rigide, équipé d’une fourche en 100 mm et de tout petits pneus. Déjà, sachez qu’il est possible de choisir une fourche en 120 mm si vous voulez remonter un peu le poste de pilotage et augmenter votre débattement. Quoi qu’il en soit, les premiers tours de roues sont hésitants et il me faut quelques kilomètres pour me “mettre” dans le vélo, niveau position. Quoique, pour être très honnête, malgré une géométrie typée XC, je ne suis pas si mal installé que ça au guidon. L’assise avec la selle Selle Italia X1 est plus que confortable (dieu merci) et les mains tombent naturellement sur le cintre sans aucune gêne au niveau des cervicales. Une bonne impression confirmée tout du long de cet essai où aucune douleur ne s’est manifestée. Par contre, les grips se sont révélés trop fins et surtout, peu confortables et peut-être qu’un cintre légèrement relevé aurait été une bonne option. Mais encore, une fois, nous sommes sur une version “éco”. Une fois les réglages de base effectués, je me dis qu’une tige de selle rigide, calée à 765 mm va forcément entrer en contact avec mon anatomie. Plus vraiment habitué à ne pas pouvoir baisser la selle et, à ce titre, investir 90 € dans l’option TranzX 125 mm est vraiment à envisager. Une idée bien confirmée en roulant où la hauteur de la selle gênait en descente. Idem pour les pneus en 2.25 : j’ai dû augmenter légèrement ma pression habituelle, prévue pour des modèles généralement en 2.4. Une fois ceci fait, le vélo est prêt à rouler dès sa sortie du carton !

Premiers coups de pédale pour retrouver des sensations surgies du passé avec un arrière qui envoie du bois au moindre coup de pédale. J’avais presque oublié comment roulait un semi-rigide. Tout en poussée, quasi aucune perte en latéral en me mettant en danseuse. Je suis bluffé, mais peut-être est-ce dû au fait que cela fait longtemps. A l’avant, la Recon encaisse un peu mon gabarit de bûcheron en s’affaissant, malgré la pression recommandée. Sur le plat, le Théorème GT envoie vraiment pas mal. En fait, sur du roulant, c’est une fusée qui donne des ailes. Et, chose curieuse alors que je pensais subir les vibrations du cadre, presque rien ne remonte jusqu’à mes lombaires. On peut remercier le procédé Dynamic Response qui permet au cadre de se déformer en misant sur l’élasticité pour restituer l’énergie du pédalage. En tout cas, le confort a été la bonne, voire l’excellente surprise de cet essai. Et ceci autant en phase de pédalage en montant qu’à la descente. Certes, le Théorème n’est pas fait pour dévaler comme un tout-suspendu, mais son comportement reste surprenant en cela qu’il reste maniable. Seuls les gros chocs restent à gérer avec de la technique car le vélo sera hors limites. Le train avant, même en 100 mm, arrive à gérer ( mais une fourche en 120 mm et plus rigide serait de bon aloi tout de même !) les virages et seuls les faibles crampons des Schwalbe Thunder Burt nous limitaient dans nos prises d’angles. A ce propos, la souplesse du cadre a certainement joué pour beaucoup dans l’absence de crevaison, malgré un terrain caillouteux à souhait pour des pneus aussi légers. Ajoutez aussi à cela des roues Red Zone 500, basiques mais confortables pour obtenir un modèle qui sait conjuguer relances et confort pour un semi-rigide.

Autre bonne surprise côté freinage avec les étriers Shimano MT401 et leurs disques ø160 mm, très, très honnêtes, compte tenu du rapport prix/équipement. Un détail également : au début de l’essai, les gaines en interne faisaient un bruit insupportable et, au fil des sorties, plus rien. Peut-être les cales ont-elles bougé pour mieux maintenir les gaines. Qui sait.

Alors, pour qui est ce type de modèle ? Au premier regard, on serait tenté de dire pour un crosseux pur et dur, vu le cahier des charges. Mais au final, pas tant que ça. En tout cas, pas exclusivement car le Théorème, outre sa capacité à filtrer les vibrations pour offrir un confort très honorable, sait aussi se montrer vraiment joueur et rapide dans les singles techniques. Tant que que le terrain reste roulable, tout passe. Seuls les gros franchissements seront bannis car cela reste un semi-rigide après tout. Il est vif, agile, et j’ai vraiment pris plus de plaisir que prévu à son guidon. Pour être parfait à mes yeux, il lui faudrait une tige de selle suspendue et un poil plus de débattement. Question de budget, mais cela mériterait de se pencher dessus.

Caractéristiques

GEOMETRIE :Taille L – Top tube : 615 mm – Tube de selle : 485 mm – Angle de direction : 69° – Angle du tube de selle : 72,7° – Bases : 430 mm – Empattement total : 1130 mm – Hauteur du boîtier : 305 mm – Reach : 441 mm – Stack : 620 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : carbone UD Toray T800 – Fourche : RockShox Recon Silver RL 100 mm – Freins : Shimano MT401 ø160 mm – Dérailleur ar. Shimano SLX 12v. – Pédalier : Shimano M610, 32 dts – Commande : Shimano SLX – Cassette : Shimano SLX M7100 10×51 – Roues : Fulcrum Red Zone 500 – Pneus : Schwalbe Thunder Burt 29×2,25 – Potence : Ritchey 4 Axis 75 mm – Cintre : Ritchey MTN Rizer Comp 740 mm – Tige de selle : Ritchey Trail ø 30,9 mm / 400 mm – Selle : Selle Italia X1.

Distributeur : Origine Cycles, contact : www.origine-cycles.com

Notes :

Rendement : 4/5

Confort : 3,5/5

maniabilité : 4/5

stabilité : 3/5

Prix /équipement : 4/5

Total: 14,8

On aime : Le confort du cadre en carbone • Le poids • La finition

On regrette  : Bruit des gaines et Durit® dans le cadre • Grips peu confortables • Manque un « knock-block » pour protéger le tube supérieur du retour de cintre

Article précédentCanyon Spectral CF 8 : L’avènement d’une nouvelle référence
Article suivantMégawatt à Samoëns
Rédacteur & photographe