Intense Spider 275C Factory : Bombe californienne

Le Spider nouveau est arrivé ! Intense revoit en profondeur son modèle trail. Construit sur les cendres du modèle aluminium, le Spider 275C passe au carbone et propose des cotes pensées pour envoyer. Après une première prise en main en Californie, c’est sur nos sentiers du bassin parisien que nous avons passé de longues heures derrière le guidon de la petite bombe de Temecula.

DR N. Le Carré
DR N. Le Carré

[Htab][tab title= »PRIX »]11998€[/tab][tab title= »POIDS »]11.15 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 140 mm | Déb. ar. : 115-130 mm[/tab][tab title= »USAGE »]Compétition, vallonné, montagne.[/tab][/Htab]

Plus qu’un nom, Intense est un mythe. La marque résume à elle seule le rêve américain pour les vététistes que nous sommes… à condition d’en avoir les moyens bien sûr. À 12 000 € le morceau, pas certain qu’on retrouve ce Spider 275C Factory dans de nombreux garages. Intense est d’ailleurs clair sur le sujet et veut désormais se positionner comme une marque ultra haut de gamme. Néanmoins, conscients que tout le monde n’a pas les moyens de s’offrir une Rolls Royce, les Californiens déclinent le nouveau Spider en plusieurs versions et niveaux de fibres. La version la plus haut de gamme (SL) se distingue de la version normale (NM) principalement au niveau du poids. Grâce à l’usage de fibres haut module, c’est près de 300 grammes qui séparent les deux finitions. La gamme SL se pare également de visserie en titane. Pour ce nouveau Spider, Intense a avant tout pris en compte le look de la machine. Les lignes sont épurées et globalement plus fluides que par le passé. Quelle que soit la version, le triangle avant dispose d’une construction monocoque et d’une rigidité similaire. La douille de direction est de type conique et la boîte de pédalier au standard PF92. Le triangle arrière est construit pour accueillir le standard Boost 148. Au niveau de la cinématique, exit le VPP et bienvenue au Jeff Steber Tune Suspension System. Derrière ce nom à rallonge, se cache ni plus ni moins qu’un VPP… vous suivez toujours ? Récemment tombé dans le domaine publique, Intense peut désormais utiliser et renommer le brevet de cinématique à point de pivot virtuel de Santa Cruz à sa guise. La marque pourra même le faire évoluer en temps voulu. On retrouve ainsi les deux biellettes propres au système. Celle du haut est en carbone, elle est équipée de deux ancrages, afin de faire varier le débattement arrière de 115 à 130 mm de débattement. Celle du bas est en aluminium et est équipée de graisseurs intégrés pour faciliter l’entretien. Le cadre en finition SL de notre modèle d’essai Factory s’annonce ainsi à 2 490 grammes, sans amortisseur. La géométrie du vélo est héritée du modèle aluminium introduit au printemps 2015. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette version disparaît du catalogue au profit du modèle carbone. Inspirées par l’enduro, les cotes du Intense Spider 275C sont séduisantes, mais il perd du coup au passage toute la philosophie cross-country du Spider d’origine. Un trait sur le passé, qui laisse place à un triangle arrière le plus court du marché (bases en 419 mm) et à un avant plutôt long (reach de 445 mm en M) qui permet de maintenir un empattement digne de ce nom. Les angles de tube de selle et de direction sont respectivement calés à 75,5° et 67°. Autrement dit, sur le papier on est devant un vélo à la fois super vif, stable et avec une excellente position de pédalage en côte. On terminera par un mot sur le montage de cette version Factory : exceptionnel ! Intense a équipé sa machine de tout ce qu’il se fait de mieux sur le marché : suspension Fox Float en finition Factory, roues DT Swiss carbone XCM Spline 1200, transmission Sram XX1 ou encore poste de pilotage Renthal, rien n’a été laissé au hasard. Le Spider 275C fait tourner les têtes et affole notre peson : la bête affiche un 11,15 kg, soit un petit plus d’un euro du gramme.

Pilote d’usine

Avant d’enfourcher ce Spider 275C, on prend le temps d’observer la bête avec précision. À la rédaction, les vélos d’essais vont et viennent sans arrêt, mais l’Intense n’est pas une machine comme les autres. C’est avant tout un vélo d’exception que nous avons sous les yeux. Le souci du détail dans la finition de la machine vient d’ailleurs nous le rappeler. On décide de mettre fin au suspense, et on enfourche le Spider aussi vite que des gamins ouvrent leurs paquets le jour de Noël ! On a pris soin au préalable de caler la précontrainte de la suspension arrière à hauteur de 30% de la course de l’amortisseur.

Dès les premiers tours de roues, la sensation d’avoir une plume entre les jambes est bien présente. À un peu plus de 11 kg, la machine est légère et fait tourner les jambes avec une aisance déconcertante. Le rendement est à l’avenant. On profite de la faible inertie des roues DT Swiss pour emmener le Spider à un rythme soutenu. C’est un vrai bonheur dans les singletracks vallonnés et roulants. On profite en plus de la réactivité des bases ultra-courtes. Associées à la masse réduite de la machine, on fait ce que l’on veut de l’Intense. Gauche, droite, appel contre-appel, prise d’élan sur les moindres aspérités pour décoller, le Spider est une incitation à la débauche. Dans les grimpettes, c’est du même acabit. On prend plaisir à faire tourner les jambes et à crapahuter jusqu’au sommet. La roue avant est collée au sol. Au besoin, on charge l’avant du vélo lorsque l’inclinaison devient trop raide. En parlant de pente, les descentes vont finir de révéler le caractère du Spider. On navigue à vue dans les sentiers et on joue en permanence avec la machine pour, là encore, profiter de toutes les joyeusetés offertes par le terrain. On y laisse quelques plumes au niveau du physique, mais l’effort en vaut largement la chandelle tant l’Intense est diabolique. C’est dans les portions techniques et cassantes que le Spider ne pardonne pas. La rigidité de ses composants en carbone, à commencer par les roues et le cintre, en font une véritable barre à mine dans les terrains défoncés. Une seconde d’inattention ou une trajectoire mal appréciée et on se retrouve vite à se faire balader d’un obstacle à l’autre sans comprendre ce qu’il se passe. À ce petit jeu-là, l’Intense se pilote et demande un sérieux bagage technique. La cinématique est également en compte. Elle favorise clairement le pédalage et le dynamisme général de la machine au détriment de la sensibilité et du confort sur le terrain. Dans les sentiers techniques, ça donne un vélo qui a tendance à survoler les obstacles si l’on roule vite, mais à brasser son pilote si la vitesse n’est pas au rendez-vous. On ne peut pas dire qu’il offre une lecture ultra-lissée du terrain. C’est un parti pris de la marque et un paramètre à prendre compte au moment de choisir sa monture. Néanmoins, le Spider nous a conquis. Avec seulement 130 mm de débattement, (sérieusement le réglage en 115 mm n’a aucun intérêt), il possède des aptitudes dynamiques tout simplement fantastiques. Il pourra sans problème aller fricoter du côté de l’enduro, en plus de vous accompagner sur vos sorties dominicales. Dans cette version Factory, c’est une machine d’élite qui sera pleinement exploitée par des pilotes aillant déjà un bon bagage technique. Comme tout le monde n’a pas le coup de guidon de Brian Lopes ou le porte-monnaie de Rockefeller, Intense propose le Spider 275C dans trois autres déclinaisons, à partir de 4 998 €.

Caractéristiques

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : carbone monocoque haut module – Amortisseur : Fox Float DPS Evol 3-Position Factory – Fourche : Fox 34 Float Fit4 3-Position Factory – Freins : Shimano XTR M9020, ø180/160 mm – Dérailleur arrière : Sram XX1 – Pédalier : Race Face Next SL, 32 dts – Commandes : Sram XX1 – Cassette : Sram XG-1199, 10-42 v. – Roues : DT Swiss XMC Spline 1200 – Pneus : Schwalbe Nobby Nic Snakeskin, 27.5’’x2.35/2.25 – Potence : Renthal Apex, 50 mm – Cintre : Renthal Fatbar Carbon, 760 mm – Tige de selle : RockShox Reverb Stealth, ø31,6 mm – Selle : Fabric Scoop Radius Pro – GEOMETRIE taille M : Top tube : 597 mm – Tube de selle : 445 mm – Angle de direction : 67° – Angle de tube de selle : 75,5° – Bases : 419 mm – Empattement total : 1152 mm – Hauteur boîtier : 337 mm – Reach : 445 mm – Stack : 591 mm.

Distributeur : YDeal, Contact : www.ydeal-cycles.com

RENDEMENT [star rating= »5″]
CONFORT [star rating= »3″]
MANIABILITE [star rating= »5″]
STABILITE [star rating= »4.5″]
PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »2.5″]

[quote] On aime :Un dream bike • Pédale de folie • Géométrie parfaite
On regrette : Tarif prohibitif même pour une Rolls • Exigeant techniquement • Position 115 mm inutile.[/quote]

Previous articleLa FFCT éco-responsable
Next articleLe site Bosch e-bike optimisé
Journaliste & photographe à bikelive.com