Home ESSAIS Hope HB.130 : 29 ou Mulet ?

Hope HB.130 : 29 ou Mulet ?

Nous avions présenté le HB.130 il y a quelque temps dans une version trail en 29”. Pour 2021, Hope propose un kit pour passer cette plateforme en Mulet. Nous avons sauté sur l’occasion pour voir ce que cela pouvait apporter mais aussi valider notre première impression sur cette machine atypique.

DR. J. André

Prix : 7500 € |13,26 kg en taille L | Version 29” déb. av. 140 mm ; déb. ar. 130 mm | Mulet déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 140 mm / Pratique : rando-sport, montagne, trail

Hope est un accessoiriste que nous ne présentons plus qui s’est lancé il y a peu dans la production de cadres pour proposer des vélos complets. Nous avons un donc un nouvel acteur dans ce domaine sur notre marché. Hope souhaite grossir tout en gardant un niveau de qualité très haut de gamme.

Nous sommes ici dans l’artisanat de luxe. L’ensemble du cadre est réalisé en interne dans la ville de Barnoldswick en Angleterre. Les lignes du HB.130 ne sont pas radicalement novatrices et s’inspirent de vélos déjà existants, mais Hope apporte une touche personnelle indéniable sur le point de la réalisation et surtout de la finition… Si vous souhaitez suivre la réalisation du triangle avant monocoque en carbone nous vous invitons à vous rendre sur le site de la marque pour voir la très belle vidéo de mise en production du HB.130 FR. Vous pourrez y découvrir une technologie certes connue, mais surtout un savoir-faire indéniable. Le résultat est bluffant et nous devons avouer que nous sommes restés de nombreuses minutes à scruter l’ensemble du travail de mise en forme du carbone. Notre HB.130 offre une finition presque brute avec simplement un ponçage fin pour retirer les petites bavures de jonction avec ensuite un vernis satin robuste. Nous avons rarement vu un cadre où toutes les feuilles de carbone sont autant soigneusement positionnées (hallucinant) et nous pouvons imaginer le temps de travail pour réaliser un seul cadre. Nous comprenons mieux pourquoi la production est limitée et le prix aussi élevé… Le HB.130 est aussi singulier du fait du mixage des matériaux et du design. Le triangle avant est tout en rondeur et la partie arrière est bien plus agressive et saillante, mettant en avant les qualités d’usinage de la marque. Si vous y prêtez attention, vous constaterez qu’il n’y a aucune soudure sur cette machine : les tubes en alu sont emmanchés et collés. Nous trouvons le résultat d’un point de vue esthétique certainement moins homogène que certains autres vélos, mais dans le détail chaque pièce vaut le coup d’œil. La cinématique de la suspension arrière choisie par Hope est classique avec un agencement de type Horstlink avec un basculeur qui tourne dans le sens anti-horaire. Nous avons donc un centre instantané de rotation qui est virtuel, il se trouve au-dessus et en avant d’un plateau de 32 au départ pour finir plus loin au centre du triangle avant et à une hauteur proche de l’axe de roue. Cette spécificité en fait un vélo avec un effet de bras marqué, mais nous y reviendrons sur la partie test.

Pour 2021, Hope propose deux versions d’entraxe de roue arrière : soit le fameux 130×17 mm qui permet de réduire l’encombrement du bras ou le plus traditionnel Boost 148. Hope a fait ce choix non pas pour des raisons techniques car ils annoncent une rigidité similaire, mais simplement offrir une plus grande liberté de montage aux futurs acquéreurs.

Mais l’autre grosse nouveauté sur ce HB.130 vient de la possibilité de le monter en mulet, c’est-à-dire en 29 » à l’avant et 27.5 » à l’arrière. Cette solution a été retenue par la marque du fait de retours de certains employés qui ont clairement identifié un gain pour leurs pratiques et leurs terrains de jeu. Nous aurions pu penser que cela se jouerait avec les deux positions sur le basculeur de la version 29 », mais Hope a voulu aller plus loin pour avoir une machine plus optimisée. Le passage en mulet demande de changer le basculeur entièrement. Celui-ci abandonne le fameux flip chip et offre une courbe proche de la version 29 » en position basse avec 10 mm de débattement supplémentaire sans changer d’amortisseur.

La géométrie est dans la tendance actuelle pour un vélo de trail. Nous avons choisi de rouler sur une taille L avec une potence courte du fait du déport de fourche en 44 mm et pour aller un peu plus loin dans l’usage surtout avec la version mulet. Si nous regardons les géométries entre les deux versions nous pouvons rapidement voir que le fait de changer de basculeur permet d’avoir une géométrie presque identique entre les deux machines et cela permet de véritablement faire son choix au niveau de la taille de la roue arrière, sans subir de compromis de géométrie. Au niveau des équipements, Hope a sélectionné uniquement des produits haut de gamme assez homogènes.

Sur le terrain

Il nous a fallu une certaine rigueur pour pouvoir comparer toutes les options possibles de cette machine entre les deux positions sur la version 29 » et la version mulet. Nous commençons notre test avec la version la moins extrême. Nous avons utilisé les recommandations de Hope au niveau des ajustements avec une précontrainte conventionnelle pour ce type de machine (30% de course morte sur l’arrière et 25% sur l’avant). La position de pédalage est bonne, mais il ne faut pas avoir peur de positionner la selle légèrement sur l’avant. La suspension arrière est active même en position haute mais nous sentons que plus nous sommes sur l’avant et plus nous arrivons à la juguler au pédalage. Le poids du train roulant et la rigidité du triangle arrière nous font rapidement sentir que ce vélo est fait pour rouler au train. Nous pouvons bien entendu nous amuser à faire des sprints, mais le temps de réponse est un peu plus lent que certains vélos de trail plus proches du XC. Une fois lancé, le HB.130 est confortable. Nous avons rapidement décelé un goût prononcé pour les montées où il faut de la motricité. Le HB.130 est un monstre de ce point de vue et nous avons rarement eu un vélo avec autant de grip. Nous n’avons jamais eu la mauvaise surprise de perdre le contact au niveau de la roue arrière mais il faut parfois se positionner sur l’avant pour éviter que l’avant ne se déleste. Dans les montées vraiment raides, il faut travailler sa position pour se servir de la motricité phénomène du châssis et surtout pédaler au couple. Nous avons un vélo typé randonnée au long cours et il n’est pas facile de prendre en défaut cette machine sur des parcours longs et techniques.

En position basse, le vélo est encore plus confortable. La motricité est encore meilleure mais attention cela se paie au niveau du dynamisme et il faut faire attention à ne pas accrocher les manivelles. Nous avons préféré la position basse dans les montées où nous pouvions mettre l’amortisseur Fox en position intermédiaire avec plus de basse vitesse en compression. Nous avons ainsi du grip mais aussi une meilleure assiette (moins sur l’arrière) et une hauteur de boîtier plus contenue. Dans cette configuration, il faut privilégier les circuits où l’on veut aller chercher surtout de belles descentes ardues. Nous sommes dans la pratique trail qui se rapproche de la philosophie mini enduro.

En version mulet, nous avons dû prendre un peu plus de temps pour nous familiariser avec le pédalage en 27.5 » à l’arrière. Nous avons aussi changé le plateau d’origine en 30 pour la version 29 pour un 32. En effet, les petites roues permettent de tirer un peu plus gros pour une cadence de pédalage identique et le 32 nous a paru incontournable. Sur les grandes pistes, le 27.5 » permet moins de conserver la vitesse et il en est de même dans les montées cassantes avec peu de pourcentage. Mais le 27.5 » se découvre dans les passages lents techniques et surtout fortement pentus. Nous arrivons à conserver un certain dynamisme nous permettant de franchir certains passages que nous n’avions pas pu passer sur le 29 surtout quand la difficulté a tendance à durer. Nous avons senti que la roue de 27.5 » était dans ces conditions moins énergivore et plus facile à amener. La suspension arrière dans cette version se rapproche véritablement de la version 29 », position basse avec un grip hallucinant mais une hauteur de boîter vraiment faible qui demande une certaine agilité au niveau du pédalage.

En descente

Malgré le choix de tester le vélo en taille L, nous prenons rapidement nos aises sur le HB.130 quand il s’agit de descendre. Le vélo n’est pas immense, nous gardons de l’agilité tout en étant bien confiant niveau stabilité grâce à l’empattement avant raisonnable… En position haute, le vélo est plus facile dans les parties étriquées où il faut piloter avec les épaules et le guidon. Nous sommes clairement dans une dimension ludique du vélo de trail plus que dans une dimension purement sportive.

En position basse, ce trait de caractère est exacerbé car la suspension offre plus de souplesse en début de course et en même temps plus de progressivité sur la fin du débattement. Si nous couplons cela avec le fait que dans cette position le vélo a un Reach plus court et un boîtier de pédalier plus bas, nous nous retrouvons avec un vélo encore plus facile dans la pente. Cette position est la plus agréable sur des descentes engagées et pentues. Nous arrivons rapidement à atteindre des vitesses de passages importantes proches d’un vélo plus gros en terme de débattement. La seule grosse limitation du HB.130 en descente vient de la rigidité de l’arrière du châssis et du centre instantané de rotation. Si nous chargeons un peu trop l’arrière nous avons tendance à trop asseoir l’arrière du vélo et à trop le déformer. Nous nous sommes sentis beaucoup plus à l’aise dans les descentes naturelles et techniques que sur des grosses pistes aménagées où il faut vraiment brusquer le vélo pour prendre de la vitesse.

En version mulet, le vélo est encore meilleur dans la pente et dans les sections techniques. Nous pouvons nous permettre de freiner plus tard et nous gagnons quelques précieux millimètres de mobilité au niveau de la roue arrière. Nous pouvons ainsi franchir des gros obstacles ou ruptures de pente sans danger ou plus vite. Dans cette configuration, nous nous sommes même aventurés à rouler sur une course d’enduro régionale. Le vélo nous a surpris car malgré son débattement contenu, il a tenu la cadence permettant de performer mais surtout de s’amuser. Il faut cependant faire attention sur le fait que le mulet assoit encore un peu plus le vélo sur l’arrière et, couplé avec ce type de cinématique, peut parfois rendre le vélo un peu trop léger de l’avant, surtout si nous nous positionnons en arrière sur les talons…

DR. J . André

Des saveurs différentes

Ce HB.130 est un vélo intéressant car ses nombreux ajustements lui permettent d’offrir des saveurs différentes. Attention, il faut prendre le temps de le comprendre et utiliser au mieux ses qualités sans accroître certains de ses points faibles. Le choix de personnaliser le caractère de sa machine est un plus pour les pilotes qui savent ce qu’ils recherchent. Pour les autres, cela peut être aussi un moment critique où vous risquez de vous égarer et finalement mal utiliser votre machine. Pour faire simple, la position haute en 29 » nous paraît la plus proche de ce que nous pouvons imaginer d’un vélo de trail ou de randonnée. La position basse procure au HB.130 un surplus de fun en descente mais le rend plus exigeant au pédalage du fait de la position plus en arrière et plus basse. La version Mulet est la plus radicale, mais elle permet certes de faire passer le HB.130 dans une catégorie intermédiaire proche d’un vélo d’enduro. Nous avons trouvé que cette solution était intéressante pour certaines conditions mais nous perdons en polyvalence sur certains terrains…

Dans le meilleur des mondes, nous pourrions imaginer de garder la version 29 » en position haute pour des sorties sur des terrains variés et peu escarpés et la version Mulet pour rouler sur des terrains avec plus de dénivelé et plus exigeants techniquement. Le changement de basculeur est rapide, mais demande un arrêt à l’atelier et le coup financier n’est pas neutre. Nous pensons que Hope a trouvé un compromis intéressant, faisant du HB.130 un bon randonneur et nous nous demandons si la version Mulet n’est pas une sorte d’amuse-gueule en attendant une nouvelle plateforme plus agressive et plus optimisée.

Caractéristiques

GEOMETRIE 29 : Taille : L – Tube supérieur : 627 mm – Tube de selle : 450 mm – Angle de direction : 66,5°/ 66° – Angle de tube de selle : 76,2°/75,7° – Bases : 435 mm – Empattement total : 1213 mm – Hauteur de boîtier : 338-331 mm – Reach : 475 mm – Stack : 622 mm (position haute), 626 mm (position basse) – GEOMETRIE Mulet ( fourche 150 mm) Taille : L -Tube supérieur : 627 mm – Tube de selle : 450 mm – Angle de direction : 65.6° – Angle de tube de selle : 75.1° – Bases : 435 mm – Empattement total : 1216 mm – Hauteur de boîtier : 335 mm – Reach : 465 mm – Stack : 627 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : carbone / Alu HB.130 – Fourche : FOX 36 Factor, déport 44 mm – Amortisseur : Fox DPX2 Factory – Freins : Hope Tech3 E4, ø180 mm – Dérailleur arrière : Sram Eagle XO – Pédalier : Sram Eagle XO, 170 mm ,32 dts – Commande : Sram Eagle XO – Cassette : Sram Eagle XO, 10-52 dents – Roues : av. Hope Pro4 boost/jante Fortus 26 ; ar.  Hope HB Pro4 130-17mm ou Boost 148 mm/jante Fortus 26 – Pneus : av. Maxxis Minion DHF Exo 3C Maxx Terra, 29×2.5WT ; ar. Minion DHR Exo 3C Maxx Terra Exo, 29×2.3 – Potence : Hope AM 35, 31,8 mm – Cintre : Hope Carbon, 780 mm – Tige de selle : Fox Transfert Factory, 150 mm, ø31,6 mm – Selle : SDG Radar Logo HB.

Distributeur : Hope France  , Contact : www.hopefrance.com

Notes

Rendement : 3

Confort : 4 ,5

Maniabilité : 4

Stabilité : 4

Prix/Equipement : 3,5

TOTAL :15,2/20

On aime : Le choix d’offrir des ajustements comme le mulet • Un vélo extrêmement versatile du trail à l’enduro léger • La personnalisation des accessoires et des couleurs • La finition du cadre et des composants Hope

On regrette : Le manque de rigidité du bras arrière • Le choix de la cinématique assez conventionnel • Le prix élevé mais une finition hors norme