Rocky Mountain Instinct Carbon 70 : dans la continuité de la lignée

DR. Anthony Marcou

Rocky Mountain dévoile son nouvel Instinct, un vélo qui se veut encore plus polyvalent que par le passé. Une évolution sage qui demande de prendre un peu de temps pour bien l’appréhender. Et ça tombe bien nous avons eu plusieurs mois pour faire connaissance.

DR. Anthony Marcou

Prix : 6799 € |14,5 kg taille M ; roues : 5,180 kg | Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 140 mm / Pratique : Trail agressif / Renduro / Enduro

Sans surprise Rocky Mountain fait évoluer toute la gamme Instinct en adoptant un nouveau châssis qui n’est pas sans rappeler celui de l’Altitude. Entre les deux machines, la filiation est plus qu’évidente, voir même troublante. Nous avons testé l’Altitude, il y a quelques mois et nous lui trouvions des qualités impressionnantes pour rouler vite en descente mais sûrement un petit manque de polyvalence sur certains terrains. L’Intinct est clairement le chaînon manquant dans la gamme canadienne et ainsi devenir Le vélo à tout faire. Cette nouvelle plateforme permet aussi de simplifier l’offre actuelle de cette famille. Nous avons maintenant un châssis commun avec des évolutions de composants suivant les montages. Il faut noter que les versions XS et S sont en taille de roue de 27.5 » avec des ajustements spécifiques. Nous avons ensuite une version en 29 » pour les tailles S à XL. Le cadre est soit en carbone pour notre modèle de test ou soit en alu. La gamme de prix s’étale de 3 989 € à presque 11 000 € pour la version la plus prestigieuse. Au niveau du look, nous avons une ligne qui devient plus agressive et plus svelte mais nous sommes clairement plus sur une évolution qu’une réelle révolution. Nous avons l’impression d’avoir un Altitude nouvelle génération avec moins de débattement. Pour mieux comprendre cette nouvelle plateforme, il faut rentrer dans les détails.

La cinématique maison reste proche de l’actuelle, avec un agencement similaire, et toujours doté du fameux ajustement Ride 9. Nous avons 140 mm de débattement à la roue arrière mais cela peut évoluer. Nous avons 150 mm au niveau de la fourche. Nous pouvons comme sur l’Altitude ajuster la longueur du triangle arrière sur 10 mm. Le cadre carbone a été retravaillé sur les mêmes bases que la plateforme d’enduro. Nous trouvons donc deux roulements juxtaposés au niveau de chaque liaison base et haubans pour gagner en fiabilité. Nous pouvons noter que les ingénieurs de la marque ont soigné toutes les interfaces entre les différents matériaux. Nous n’avons aucun insert en aluminium sur ce cadre et nous avons uniquement des interfaces en aluminium avec les composants. Pour préserver au maximum les performances de l’amortisseur, il reste au standard métrique avec œillets et il est monté sur roulement au niveau de son pied. Le moulage du cadre est spécifique à ce modèle. Rocky travaille en interne au Canada différentes solutions de positionnements et de qualité de fibres pour ensuite valider sur le terrain les produits. Une solution rare qui montre l’intérêt de pouvoir fabriquer quelques unités en interne.

L’Intinct doit sur le papier apporter un peu plus de fun et surtout moins de rigueur au pilotage que son grand frère l’Altitude. Le montage du Carbon 70 ne fait pas dans l’exotique mais dans la robustesse. Nous adhérons complètement à cette stratégie, surtout au niveau de la transmission et du freinage. Il reste que l’ensemble de notre engin frise le poids d’un vélo d’enduro classique (cette version est identique en poids de l’Altitude 90 ). Au niveau des suspensions nous avons aussi des produits aboutis et spécifiques. Rocky annonce des ajustements internes d’amortisseurs spécifiques en fonction des tailles. Une idée intéressante car nous avons clairement besoin d’ajustements différents suivant le poids du pilote.

Sur le terrain

L’Instinct offre un nombre important d’ajustements : une tendance forte sur le marché des VTT ces dernières années. Le Ride 9 est sûrement un des agréments les plus performants que nous connaissons. Si nous couplons au fait que nous pouvons aussi nous amuser à ajuster la longueur des bases, nous avons presque 20 combinaisons possibles… Il faut prendre le temps de tester, de comprendre et enfin faire son choix suivant ses besoins.

Nous avons commencé notre test avec les bases en position courte et la position la plus typée pour le Trail du Ride 9, c’est-à-dire celle qui permet d’avoir le corps le plus en avant (reach plus long) et le plus haut (hauteur de boîtier élevée). Nous avons commencé notre test avec 30% de course morte au niveau de l’amortisseur et 28% au niveau de la fourche mais nous avons fait parfois évoluer ces % suivant les terrains. La position est compacte et reste fidèle à la réputation des vélos Rocky Mountain, connus pour être confortables. Nous sommes relevés mais nous avons placé quelques cales sous la potence pour trouver un meilleur équilibre car la douille est courte pour un vélo aussi droit au niveau du tube de selle. Nous nous sentons étrangement plus droit que sur l’Altitude (angle de selle plus relevé) et nous avons préféré cette position. L’autre bonne surprise vient des qualités de la suspension qui malgré un poids supérieur à 14 kg, ne nous semblent pas si imposant sur le terrain. Sur le plat, le vélo ne pompe pas exagérément surtout en position haute. Nous sentons que nous avons des roues solides et des pneus de gros diamètre mais nous ne sommes pas scotchés au sol. Nous sommes aussi agréablement surpris du dynamisme sur des montées pas trop raides et lisses. L’Intinct est agréable à rouler au train, il n’est pas aussi vif que des vélos au gabarit plus svelte, mais il ne fait pas non plus gros enduro. Quand la pente commence à se faire plus raide, nous sentons rapidement la nécessité de se placer un peu plus en avant sur le bec de selle. Il faut surtout penser à garder un peu de cadence au niveau du pédalage pour éviter de rentrer dans le débattement de la suspension arrière (ratio de suspension important dans la zone de précontrainte). Nous apprécions de jouer avec la manette de plateforme de pédalage, idéalement positionnée, surtout sur les longues ascensions lisses. Si nous nous attaquons à des montées plus techniques, nous nous apercevons rapidement du point fort de cette machine, à savoir la motricité. Nous avons un vélo avec un grip de folie. Si nous arrivons à utiliser cette force du système de suspension, nous pouvons passer presque partout. Il ne faut pas avoir peur à vraiment se placer sur l’avant plus nous appuyons fort sur les pédales. L’Instinct n’a pas un effet de chaîne décuplé comme certains concurrents, ici la tension appliquée ne détend pas exagérément la suspension arrière. Aussi, le centre instantané de rotation de la suspension arrière se déplace vers l’avant (en direction de l’axe de roue avant), Il faut donc accompagner la suspension vers l’avant pour réduire le pompage (nous comprenons mieux pourquoi la douille est courte). Nous avons réussi à grimper des obstacles hallucinants avec cette machine, mais il faut un peu de temps pour bien comprendre le fonctionnement et bien se positionner. Un pédalage certainement moins naturel que d’autres systèmes mais qui permet d’avoir une suspension arrière très libre. Si nous sommes dans une logique d’ultra dynamisme, il faudra repasser par la case ajustement mais nous pensons que ce n’est pas la qualité première de cette machine. Nous avons pu aussi expérimenter l’intérêt de changer la longueur des bases pour grimper. Le fait d’avoir un arrière plus long permet d’avoir une position plus centrale et nous pouvons grimper des montées sèches en restant plus tranquillement assis sur la selle.

L’Instinct devient le vélo ultra modulable de la marque. Nous pouvons avoir un vélo de trail agressif ou si nous le souhaitons un vélo d’enduro abordable.

Simon André

En descente, l’Instinct reste fidèle à la philosophie de la marque. Le vélo est un véritable « Pullman ». Nous avons rarement eu un vélo avec 140 mm de débattement aussi confortable et onctueux. Le vélo est sécurisant dans la pente. Le simple fait de basculer son bassin en arrière, ou de freiner un peu de l’arrière, permet d’asseoir le vélo. Un effet qui permet de lâcher rapidement les freins tellement nous nous sentons en confiance. Nous avons un vélo qui a la faculté à rendre le terrain plus facile que ce qu’il est vraiment. Nous pouvons encore améliorer cette sensation avec certaines positions du Ride 9 (au centre notamment) qui permet d’avoir encore plus de confort en début de course tout en étant plus progressif sur la fin. L’Instinct est incroyable quand le terrain est exigeant et cassant. Nous avons en plus du confort des suspensions, un châssis qui est tolérant surtout au niveau de la partie arrière. Attention car une fois lancé, l’Intinct n’a presque pas de limites et se rapproche d’un vélo d’enduro. Il reste qu’une fois la vitesse emmagasinée, il faut être capable de la maîtriser. Nous avons un vélo qui permet de rouler vite à condition d’avoir le bagage technique nécessaire pour bien jouer avec certains des effets (bras/chaine/frein) du vélo. Il faut un peu, comme en montée, être capable de rester bien au centre du vélo et éviter de s’affaisser sur l’arrière sous peine de ne jamais tourner… Si vous avez besoin de temps pour bien appréhender cette particularité, une fois encore, régler les bases au plus long est un bon moyen pour gagner en stabilité. Nous avons un vélo qui permet de plus facilement trouver l’appui au niveau de la roue arrière et de faire de belles trajectoires plus rondes. Si vous êtes un pilote plus agressif et surtout aérien, les bases courtes couplées à la position basse du Ride 9 permet d’avoir un vélo très vif avec un maintien plus important surtout en fin de course. Nous pouvons ainsi appuyer fort pour sauter les obstacles ou prendre nos envols sur des gros sauts, mais attention à la fourche demande à être bien ajustée car elle est bien moins progressive que l’arrière. Nous pouvons facilement amener cet Instinct à la montagne ou dans des bike parks à condition de garder en tête que c’est avant tout un vélo pour s’amuser. En dernier lieu, il faut faire attention au moment des changements de positon du Ride 9 car il faut parfois ajuster la pression d’air ou de compression basse vitesse suivant les positons. Nous avons pu constater des variations de 2 mm de précontrainte entre les deux positons extrêmes ce qui ,sur le terrain, peut engendrer des problèmes d’assiette. Il en est de même avec la longueur des bases qui entraîne aussi une plus grande démultiplication et il faut parfois ajuster la pression d’air suivant ce que l’on recherche.

DR. Anthony Marcou

En conclusion, le nouvel Instinct évolue pour devenir encore plus polyvalent que l’ancienne génération. Nous sentons que nous avons un vélo fait pour les grands espaces qui permet de rouler sur des terrains escarpés et techniques. Nous avons apprécié rouler sur des circuits avec un peu d’espace pour pouvoir jouer avec la bête. Il faut prendre du temps pour découvrir tout le potentiel de cette machine car suivant les ajustements choisis nous avons des saveurs bien différentes. Il reste que la suspension est vraiment bluffante de confort et de motricité. Nous avons un châssis bien plus facile à appréhender que le gros Altitude. L’Instinct est un vélo de trail agressif qui permet d’avoir deux vélos en un. Nous le sentons cependant plus à l’aise pour des sorties engagées avec du dénivelé voire des courses d’enduro amateur que sur des randonnées vallonnées où il faut rouler vite… Mais nous pouvons imaginer que l’Element, le vélo Xc de la gamme devrait lui aussi évoluer rapidement pour une utilisation Trail/XC.

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille : M – Tube supérieur : 609 mm – Tube de selle : 445 mm – Douille de direction : 95 mm – Angle de direction : 66,2° à 65,1° – Angle de tube de selle : 77,2° à 76,1° – Bases : 438-448 mm – Empattement total : 1210 mm – Hauteur de boîtier : 355 à 340 mm – Reach : 468 à 456 mm – Stack : 610 à 619 mm – FICHE TECHNIQUE :Tailles : XS,S en 27.5 » et S, M, L, XL en 29 » – Modèle d’essai : M – Cadre : SMOOTHWALL™ Carbon avec basculeur en alu – Fourche : Fox 36 Float Performance Elite Grip 2, déport de 44 mm – Amortisseur : Fox DPX2 Performance Elite – Freins : Shimano XT, ø180 mm – Dérailleur arrière : Shimano XT – Pédalier : Shimano XT,170 mm ,32 dents – Commande : Shimano XT – Cassette : Shimano XT, 10-51 dents – Roues : Jante RaceFace AR 30 ; Moyeux av. Rocky mMountain ; ar. DT370 Boost – Pneus : av. : Maxxis Minion DHF WT Exo+, 29×2.5 ; ar. : Maxxis Minium DHF WT Exo+, 29×2.5 – Potence : Rocky Mountain, 40 mm – Cintre : RaceFace Turbine R 35 , 780 mm – Tige de selle : Race Face Trubine R, 170 mm, ø30,9 mm – Selle : WTB Volt Race 142 mm.

Distributeur : Tribesportgroup, Contact : www.tribesportgroup.com

Notes

Rendement : 3,5

Confort : 5

Maniabilité : 4

Stabilité : 4,5

Prix/Equipement : 3

TOTAL : 16/20

On aime : -Confort (suspensions et châssis).- Motricité.- Modularité du châssis suivant sa pratique.-Finition.

On regrette :-Prix.- Sûrement trop de positions sur le Ride 9 pour le commun des mortels. – Pas le vélo le plus prévisible quand nous sommes hors de notre zone de confort.