Home ESSAIS Privateer 141 : un mini enduro

Privateer 141 : un mini enduro

Privateer est une jeune marque anglaise qui a fait une entrée fracassante il y a peu avec un modèle d’enduro à la géométrie ultra radicale et un prix attractif. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir débarquer son petit frère le 141.

DR. Rupert Fowler

Prix : 3489 € | Poids : 14,9 kg taille M | Déb. av. : 150 mm | Déb. ar. : 141 mm / Pratique : trail, all mountain, enduro

La philosophie de Privaater est d’offrir un maximum de performances tout en étant simple d’utilisation et accessible niveau prix. Vous ne trouverez pas chez cette marque de design de cadre complexe. Les ingénieurs ne cachent pas utiliser des tubes de qualité, choisis dans un catalogue fournisseur pour ne pas faire exploser le budget du cadre. Le nouveau 141 répond parfaitement à ce cahier des charges. Les tubes sont identiques à la version 161, seul le débattement et la géométrie changent. Attention, Privateer parle de vélo de trail mais nous y voyons plutôt un vélo d’enduro plus abordable ou assagi. Les géométries du cadre sont toujours agressives même si le vélo est un peu moins long et ouvert que le 161 mais nous sommes sur des valeurs proches de beaucoup de vélos d’enduro du segment. Nous noterons que comme d’autres marques Privateer délaisse les dénominations S/M/L pour P1-2-3-4 . Nous trouvons cela pertinent sur ce type de machine. Nous pourrions par exemple choisir pour notre taille un P3 pour des terrains lents et techniques alors que le P4 serait parfait pour les sentiers de notre test dans les Dolomites.

La suspension est proche du 161 avec une architecture simple et conventionnelle avec un gros basculeur à plat. Nous sommes sur une cinématique de type Horst Link comme c’est la grande tendance actuellement. Le montage est léché et parfaitement adapté à une pratique agressive. Nous noterons au passage l’utilisation des roues Hunt car cette marque appartient à la même maison mère. Sur le papier, tous les composants paraissent choisis avec minutie pour offrir de bonnes performances sans faire exploser le budget final. Nous pouvons noter l’utilisation d’une manette XT alors que l’ensemble de la transmission est en SLX. Ce détail montre bien la philosophie de la marque qui place l’expérience utilisateur avant le marketing basique. En effet, cette manette n’est pas forcément facile à revaloriser (niveau marketing) car bien moins flatteuse qu’un beau dérailleur XT, pourtant sur le terrain la manette XT offre un agrément supérieur au dérailleur XT qui a bien du mal à justifier son niveau de gamme face à un dérailleur SLX.

Un vélo qui aime la vitesse et l’engagement

Une fois en selle, la position de pédalage est agréable. La combinaison de l’angle de selle relevé (78°) pour ce type de débattement couplé au long tube supérieur permet de trouver sa place pour pédaler facilement sur le plat comme en montée. Le 141 fait presque oublier ses 15 kg sur la balance sur les sentiers. Nous sommes surpris des qualités de grimpeur de cette machine. Nous passons partout sans perdre la motricité mais sans rester coller au terrain. La suspension offre un bon support au niveau de la course morte (30%) du fait d’un ratio de suspension assez bas. Le choix de la cinématique avec un centre instantané de rotation très en avant permet aussi de décupler cette sensation de dynamisme. Attention, nous sommes cependant plus sur des bases d’un bon enduro au niveau performance au pédalage que d’un pur vélo de trail en 120 mm. Le 141 est un vélo qui permet de ne pas s’ennuyer dans les montées mais nous sentons rapidement que son terrain de jeu de prédilection est la descente où le vélo est sécurisant du fait de son empattement géant et nous avons tendance à rapidement lâcher les freins. Heureusement que le 141 est d’ailleurs équipé de freins puissants car nous prenons rapidement de la vitesse. Il encaisse sans broncher comme un vrai vélo d’enduro et le cadre en alu permet de ne pas trop se faire brasser malgré seulement 141 mm de débattement. Il permet en plus de rapidement se rattraper en cas d’erreur de trajectoire du fait de la moindre inertie comparée à un vélo avec un plus gros débattement ou un cadre plus rigide. En contrepartie, le 141 est un vélo qui aime la vitesse et l’engagement. Il faut souvent le brusquer dans les sections plus lentes. Nous avons ressenti la même sensation dans les pistes aménagées du bike-park où le vélo permet de rouler vite mais demande plus de qualités techniques si nous voulons simplement être créatifs dans nos lignes.

Vous l’aurez compris, le Privateer 141 est un vélo d’enduro avec un petit débattement. Nous avons adoré cette philosophie car il permet de prendre beaucoup de plaisir dans les parties descendantes sans être trop extrême à utiliser. Il faudra cependant faire attention à la taille car ce type d’agencement de cinématique est plus approprié à un vélo long. L’effet de bras important de la suspension arrière demande d’avoir une position centrale, voire sur l’avant du vélo pour pouvoir le contrôler parfaitement. Si nous sommes trop sur l’arrière, le vélo a tendance à rentrer dans le débattement et nous perdons l’assiette ainsi que le grip sur la roue avant… Nous avons été bluffés de la cohérence du montage surtout pour ce niveau de prix. Nous n’avons jamais été aux limites d’un seul composant si ce n’est peut-être de l’amortisseur arrière à air mais sur des pistes plus appropriées à un vélo avec plus de débattement. Les adeptes de petits vélos d’enduro n’auront finalement qu’à changer de spécification pour un amortisseur à ressort hélicoïdal par exemple plus stable en terme de performances. En tout cas, voici un concurrent direct au le Commençal Meta TR.

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille : P3 – Tube supérieur : 612 mm – Tube de selle : 450 mm – Angle de direction : 64,5° – Angle de tube de selle (effective) : 78,7° – Bases : 446 mm – Empattement total : 1266 mm – Reach : 485 mm – Stack : 637 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : P1/P2/P3/P4 – Modèle d’essai : P3 – Cadre : aluminium 6066- 6 – Fourche : Fox 36 Performance Elite Grip 2, déport 42 mm – Amortisseur : Fox DPX2 Elite – Freins : Magura MT5, ø203/180 mm – Dérailleur arrière : Shimano SLX, 12v – Pédalier : Shimano SLX 170 mm, 32 dents – Commande : Shimano XT 12v – Cassette : Shimano SLX,10-51 – Roues : Hunt Trail Wide 30 – Pneus : av. Schwalbe Magic Marry Addix Soft Super trail, 29×2.35 ; ar. Schwalbe Hans Dampf Addix Soft Super trail, 29×2.35 – Potence : Race face Affect R, 40 mm – Cintre : Race face Turbine R, 800 mm – Tige de selle : One Up V2, 180 mm, ø 31,6 mm – Selle : Fabric Scoot Elite Radius.

Distributeur : Privateer, Contact : privateerbikes.com

Notes

Rendement : 3

Confort : 4

Maniabilité : 3

Stabilité : 5

Prix/Equipement : 5

TOTAL : 16/20

On aime : Philosophie de marque • Prix • Géométrie

On regrette : Finitions • On aurait aimé avoir un petit kit de réparation intégré • Un vélo qui demande de la vitesse