Orbea Wild FS M-LTD : Balle neuve

Fournisseur moteur, taille de roues, débattement, carbone en lieu et place de l’aluminium pour le châssis, Orbea repart d’une feuille blanche pour le nouveau Wild FS. Nous avons passé deux jours intenses au pays basque espagnol à son guidon, et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous sommes sous le charme de cette nouveauté all-mountain.

DR Duncan Philpott

Prix : 8999 € | Poids : 22,45 kg en taille M sans pédales | Déb. av. : 160 mm | Déb. ar. : 160 mm / Moteur : Bosch Performance CX 75 Nm / Pratique : compétition, rando, montagne, vallonné

Deux ans à peine, c’est le temps qu’il aura fallu à Orbea pour remplacer la première génération du Wild FS, encore une preuve supplémentaire de la jeunesse du marché VTTAE et de son évolution constante. Dans sa version 2018, le Wild FS c’était grosso modo un Occam sur lequel Orbea avait greffé un moteur et une batterie. Pour 2020, c’est un produit 100% pensé et conçu pour la pratique qui voit le jour. L’outil à tout faire de la gamme VTTAE basque entend bien concurrencer les ténors de la catégorie que sont les Specialized Turbo Levo, Rocky Mountain Powerplay, Moustache Samedi ou encore le futur Lapierre Overvolt GLP2.

Pour ce faire, il adopte un tout nouveau châssis en carbone monocoque (versions carbone/aluminium et 100% aluminium également disponibles) qui développe 160 mm de débattement. La biellette est également en carbone pour finir de rigidifier le tout. Le Wild FS s’articule autour de la cinématique maison de type 4 Bar linkage, avec un point de pivot concentrique autour de l’axe de roue arrière pour limiter le verrouillage de la suspension lors des freinages. Ce dernier s’accompagne d’une nouvelle patte de dérailleur démontable sans outils afin de faciliter l’entretien des roulements. C’est un moteur Bosch Performance CX dernière génération qui vient se loger sur le cadre. Selon Orbea, c’est actuellement la meilleure offre sur le marché. Le bloc est accompagné d’une batterie interne de 625 Wh placée sous le tube diagonal. Lors de la commande, vous aurez tout loisir d’opter pour un second support d’accumulateur, afin de loger un Powerpack supplémentaire en lieu et place du porte-bidon. La capacité peut ainsi être étendue jusqu’à 1125 Wh. Au guidon, c’est l’écran Kiox qui vous guide tout au long de vos sorties. Les roues de 27.5’’ Plus sont remisées au garage et c’est vers le 29 pouces que la marque se tourne. Le nouveau Wild FS est taillé pour accueillir des sections de 2.6’’. Un choix pertinent qui, selon nous, permet d’avoir une offre pneumatique plus large. La géométrie est elle aussi 100% inédite : « slack, long and low » (couchée, longue et basse) comme disent les Anglo-saxons ! Ainsi, contrairement à la première génération, le Wild FS 2020 offre un reach plus long, 450 mm en taille L contre 425 mm précédemment. Le stack (hauteur du cadre) perd lui aussi 25 mm, malgré l’augmentation du débattement. On réalise ainsi tout le travail effectué sur le châssis. L’angle de direction tombe au passage à 65,5°. Les bases par contre sont légèrement rallongées (455 mm). Orbea compense ainsi l’absence de pneus Plus et optimise le passage de la puissance moteur à la roue. L’équipement de cette version M-Ltd est sans compromis : suspensions Fox Kashima, transmission et freins Shimano XTR, roues DT Swiss Hybrid sur toute la gamme, roulements Enduro Max… bref, c’est du tout bon !

On termine par un mot sur tous les petits détails qui fourmillent sur le Wilds FS. La clé de la batterie vient se ranger dans la colonne direction ; l’écran de contrôle peut être orienté sur trois positions ; le jeu de direction dispose de butées pour protéger le tube supérieur ; la batterie s’enlève très rapidement. Elle peut ainsi être chargée sur le vélo ou bien démontée. Dans son logement, les gaines et Durit© sont protégées par un insert dédié, afin d’éviter les bruits parasites. Tout a été pensé pour faciliter l’usage et l’entretien courant de la bête. Cerise sur le gâteau, le cadre est garanti à vie. De notre point de vue, en statique, c’est un sans faute. Cette version M-Ltd s’échange contre 8999 €. À titre de comparaison, le modèle premier prix en aluminium (H30) nécessite de débourser 4599 €.

La Rhune en ligne de mire

Orbea a conçu son Wild FS avec l’objectif de proposer un vélo qui pédale mieux qu’un Occam et descend aussi bien qu’un Rallon. Pour vérifier les capacités de la machine, c’est un parcours de 100 km qui nous attend sur les sentiers du Pays Basque, à cheval sur la frontière franco-espagnole. Rendez-vous pris, on découvre un panel de Wild FS tous personnalisés grâce au programme MyO. En terme de couleurs, moyennant un délai supplémentaire, c’est plus d’un million de combinaisons qui vous attendent ! Premier constat au moment de prendre en main notre monture en taille S/M, avec notre 1,75 m c’est court. Comme pour le Rallon R5, il y a un décalage d’une taille. Orbea nous redirige vers un modèle Large où tout tombe parfaitement sous les mains et où il y a de la place pour bouger.

On effectue les précontraintes (30 à 35%), et nous voilà partis sur les sentiers en compagnie des guides de Basque MTB. Le parcours comporte son lot de montées impossibles (ou presque), de sentiers techniques ou roulants, de pistes et de magnifiques traces enduro. Pour ce qui est de la prise en main, le Wild FS se révèle facile d’accès. Nous l’avons tout de suite trouvé très équilibré. Son comportement se rapproche fortement d’une machine non-assistée. Les masses sont présentes mais bien centrées. Elles ont ainsi tendance à se faire vite oublier. On tourne facilement les jambes (merci les manivelles en 160 mm) et la motricité est là. Le rendement est bon lui aussi. On profite d’un anti pompage efficace qui diminue à mesure que l’on rentre dans le débattement pour libérer la suspension arrière sur les gros impacts. On s’est ainsi surpris à grimper certains murs, sans qu’à aucun moment la machine ne cabre ou que la roue perde la traction, même debout en danseuse. On garde néanmoins ce qu’il faut en confort. Le moteur Bosch 2020 fait un bond en avant et revient au niveau de la concurrence, sans toutefois faire plus. Le pédalage est plus naturel et le bruit très discret. Il reste un léger sifflement mais on est loin du barouf d’un bloc Bosch d’ancienne génération. L’autonomie est plutôt bonne. Avec nos 80 kg tout équipés, en restant en mode Turbo, on a réalisé 35 km et plus ou moins 1600 m de dénivelé positif sur une seule batterie. En jouant avec les différents modes d’assistances, on peut donc optimiser ses sorties. Le mode Tour est celui qui a le plus évolué. Son assistance mesurée saura vous sortir de certaines mauvaises passes. Dans les portions sinueuses et roulantes, le bon équilibre du Wild FS fait des merveilles. Le vélo est facile à placer et on est serein dans les appuis. On prend plaisir à faire glisser l’arrière ici et là pour l’aider à tourner de temps à autres. Il excelle dans les terrains défoncés et possède une sérieuse proportion à gommer l’excédent de caillasse. L’anti-rise, maîtrisé à l’aide du pivot arrière concentrique, permet de grandement limiter l’action du freinage sur la suspension arrière. Cette dernière profite d’une courbe progressive, avec un bon support sur l’ensemble de la course. On ne se fait jamais surprendre à talonner. Un doigt sur les leviers des excellents Shimano XTR, on gère le frein sans problème et la machine ne vous embarque pas avec elle malgré l’action des forces cinétiques. Le Wild FS offre un pilotage tout en économie d’énergie et en facilité pour son rider.

Vous l’aurez compris, le nouvel Orbea est une machine polyvalente et particulièrement efficace quel que soit le profil du terrain. Montée ou descente rien ne lui fait peur ! La bête est déjà disponible et la concurrence s’annonce rude sur le segment vttae all mountain en 2020.

Caractéristiques:

Fiche Technique : Tailles : S/M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : Orbea OMR Carbon Wild FS – Moteur : Bosch Performance CX Kiox display – 250Wh 75Nm – Batterie : Bosch Powertube 625Wh (option jusqu’à 1125Wh) – Amortisseur : Fox Float X2 Factory – Fourche : Fox 36 Float Grip 2 RC2 Factory E-Bike – Freins : Shimano XTR M9120, ø200 mm – Dérailleur arrière : Shimano XTR M9100, 12vit. – Pédalier : E*Thirteen Race Carbon 160, 32 dts – Commandes : Shimano XTR M9100 – Cassette : Shimano XTR M9100, 10-51v – Roues : DT Swiss HX 1501 – Pneus : Maxxis Minion DHF 3C EXO+, 29×2.6 – Potence : Race Face Aeffect R, 40 mm – Cintre : Race Face Next R, 800 mm – Tige de selle : Orbea OC2 Dropper, 150 mm – Selle : Fi’zi:k Taiga- GEOMETRIE : Taille L – Top tube : 612 mm – Tube de selle : 444 mm – Angle de direction : 65,5° – Angle de tube de selle : 76° – Bases : 455 mm – Empattement total : 1232 mm – Hauteur de boitier : 345 mm – Garde au sol : n.c. – Reach : 450 mm – Stack : 630 mm.

Distributeur : Orbea, Contact : www.orbea.com

AUTONOMIE  
CONFORT
MANIABILITE
STABILITE
PRIX/EQUIPEMENT


On aime : Polyvalence • Vélo facile • Finitions et détails malins

On regrette : Tige de selle un peu ferme au déclenchement • Aimant toujours pas sur le disque • Selle selon les goûts et les couleurs