Orbea Oiz M – Ltd : le magicien d’Oiz !

Les Espagnols d’Orbea ont profité de la dernière manche de Coupe du Monde à Méribel pour présenter la dernière évolution du Oiz. Cette machine orientée XC compétition se met au goût du jour, en se dotant de roues 27.5’’ ou 29’’, au choix !

Orbea Oiz M Ltd (5)
DR Agence Zoom

[Htab][tab title= »PRIX »]8999€[/tab][tab title= »POIDS »]10,02 kg sans pédales en taille M[/tab][tab title= »DEBATTEMENT »]Déb. av. : 100 mm | Déb. ar. : 95 mm[/tab][tab title= »USAGE »]Compétition, rando-sport, vallonné, plaine.[/tab][/Htab]

Arrivé sur le tard de la génération 26 pouces, le précédent Oiz est vite passé inaperçu face à la vague déferlante des grandes roues, 29’’ puis 27.5’’. Pourtant il avait pour lui des qualités indéniables sur le terrain et les gènes de la compétition. Conscient de cette réalité et après avoir donné la priorité au modèle phare de la gamme, l’Alma, les Basques ont décidé de remettre l’Oiz sur le devant de la scène. Toujours avec 95 mm de débattement à la roue arrière, il se dote, comme pour son grand frère semi-rigide (l’Alma), de deux diamètres de roues en fonction de la taille de cadre choisie. Les versions 27.5’’ seront disponibles en tailles S, M et L, tandis que les modèles 29’’ se déclineront en tailles M, L et XL. Le doublon de tailles M et L sur les deux diamètres de roues offre ainsi la possibilité aux pilotes entre 1,65 et 1,90 m, de choisir leur arme favorite, en fonction de leurs goûts et de leurs exigences. C’est le Big Wheel Concept selon Orbea. Cette notion est également présente dans la géométrie du vélo. En effet, l’évolution des longueurs (Reach) et hauteurs (Stack) réelles du vélo, pour chaque taille, sont constantes. Un procédé qui permet d’obtenir des vélos avec une cote parfaitement ajustée à votre gabarit. Les autres chiffres ne sont pas en reste. Les angles de direction et de tube de selle sont communs et respectivement de 70° et 74°. Les vélos disposent d’un tube supérieur relativement long pour la catégorie, en adéquation avec l’installation d’une potence courte. Le modèle 27.5’’ reprend la même longueur de bases bien courtes que la version 26’’, à savoir 425 mm, tandis que le 29’’ se cale à 440 mm. L’empattement du vélo, quelle que soit la taille de roues, est contenu. Une nouvelle fois, Orbea prouve tout son savoir-faire en matière de géométrie.

Composition

La construction du cadre repose entièrement sur la fibre de carbone haut module. Elle est soit de type Race (OMR) ou Performance (OMP), en fonction du niveau de gamme du vélo. La première privilégie le poids et la nervosité, alors que la seconde, moins prestigieuse, est un peu plus confortable. Dans tous les cas, le nouveau Oiz utilise une construction monocoque. Le triangle avant est construit d’une seule pièce, tandis que le triangle arrière est le résultat de l’assemblage de deux parties. L’ensemble est complété par une petite biellette intégralement en carbone. Comme sur le précèdent Oiz, elle dispose du système Tensigrity. Ce dernier consiste à installer une tige en acier inoxydable au niveau de la jonction avec les haubans. Une fois serré (au couple recommandé), il permet de limiter la déformation de la biellette et de lui assurer une durée de vie sans faille. Le châssis est équipé d’une boîte de pédalier surdimensionnée au standard PF92 et d’une douille de direction conique. Comme sur l’Alma, le passage de la câblerie se fait à l’intérieur du cadre, à l’aide de guides. Le vélo est prêt pour les transmissions électroniques et peut également accueillir les dérailleurs avant au standard Shimano Side Wing. Au niveau des poids, Orbea arrive à sortir un cadre 27.5’’ à 1 650 g en taille S et 1 700 g en 29’’ taille M (sans amortisseur). La marque Basques n’a pas souhaité décliner son nouveau tout-suspendu XC en version aluminium pour une raison de coût et afin de laisser le champ libre à l’Alma Hydro sur le segment randonnée sportive.

Etude de mouvements

La cinématique est elle aussi commune au modèle sorti en 2013. Il s’agit d’un simple mono pivot à biellette, mais sans basculeur… ou plutôt si, mais sans point de pivot arrière. C’est la flexibilité des haubans qui, une fois les 60 % de la compression passés, va assurer une déformation de 7 mm pour opérer la fin de course. Si vous êtes sceptique, quant à la solidité de ce système appelé U-Flexion, sachez que le même principe est utilisé sur les suspensions de Formule 1. Sachez également que le cadre du Oiz est garanti à vie, comme tous les Orbea.

La courbe d’amortissement, nécessite une précontrainte importante du ressort pneumatique, équivalente à 15% du débattement. Elle est progressive jusqu’à 75 mm de la course de l’amortisseur afin de maintenir une sensation de rigidité au pédalage. La fin de la plage est plus souple afin d’assurer une fin de course tout en douceur. Le Oiz dispose pour cela d’un amortisseur à la clapeterie spécialement étudiée en partenariat avec Fox Racing Shox. Les Espagnols ont également revu le positionnement du point de pivot principal afin de maintenir un anti-squat idéal. Ce dernier permet de minimiser les effets de la suspension sur la traction au moment des transferts de masses entrainés par les accélérations sur le terrain.

[quote] Définitivement bien né, et non content d’être une arme de course, il saura mettre en confiance une majorité de pilotes.[/quote]

En selle

Le terrain justement, parlons-en ! C’est sur les singletracks montagneux de Meribel que nous avons pu découvrir cette nouvelle génération de Oiz. A la fois physique et techniquement engagé, c’est le genre d’endroit parfait pour pousser un vélo dans ses retranchements. Au guidon du modèle 27.5’’, nous ne nous sommes pas fait prier pour attaquer. D’emblée, c’est l’aspect très racé du vélo qui ressort. Le Oiz 27.5’’ dispose d’un empattement court. Allié à son angle de direction de 70° et aux bases courtes, le vélo est ultra-vif. Au moindre coup de guidon, on opère le changement de direction désiré. Une maniabilité optimale, qui peut surprendre au départ, mais on s’y fait vite. Cette version 27.5’’ aurait pu être un poil plus stable avec 0,5° d’angle en moins, mais Orbea a souhaité maintenir des angles identiques sur les deux tailles de roues (seules les offset de fourches diffèrent). L’avant du vélo est bas et long comme le veut la tendance. La présence d’une potence courte (80 mm) pour la discipline est de bon augure. Derrière, la courbe d’amortissement ultra-progressive, voire dure sur le début de course, et le triangle arrière d’un seul tenant, font de ce tout-suspendu une boule de nerfs. Les relances sont diaboliques. On charge le vélo et c’est parti pour les accélérations. Malgré tout, l’amortissement de l’Orbea reste très sain. Il encaisse parfaitement les portions techniques et trialisantes. La position de pédalage bien redressée (74°) permet de maximiser la puissance au moment de pousser sur les jambes. On a toujours du jus pour en remettre un petit coup et se sortir d’un mauvais pas. La version 29 pouces est moins exclusive, mais un peu moins vive également. Par contre, les grandes roues apportent un plus en terme de stabilité. C’est d’autant plus vrai à haute vitesse et au moment d’enrouler les portions techniques. Le grip latéral n’est pas en reste. Les virages sans appuis se négocient sans aucun problème. On est aidé dans l’opération par l’excellent tandem Mavic Crossmax SL et pneus Maxxis Ikon 3C EXO. Dès que le terrain devient roulant, on retrouve avec plaisir cette proportion à accélérer inhérente aux 29 pouces. Bien emmenée, la version “grandes roues” n’a rien à envier au modèle 27.5’’. Dans les enchaînements sinueux, à condition d’anticiper un maximum, il s’en sort très bien.

Orbea Oiz M Ltd (6)
DR Agence Zoom

Equipé avec le dernier groupe Shimano XTR Di2, ce nouvel Oiz nous a emballé. Définitivement bien né, et non content d’être une arme de course, il saura mettre en confiance une majorité de pilotes. Le team Luna Chix l’a d’ailleurs adopté. La pilote Catharine Prendel est même allée chercher deux victoires en Coupe du monde et le titre mondial à Hafjell en Norvège. Le Oiz est d’ores et déjà disponible, pour un tarif situé entre 2 799 et 8 999 €, il ne vous reste plus qu’à choisir votre taille de roues !

 Caractéristiques : 

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M -Amortisseur : Fox Racing Shox Float iCD Factory – Fourche : Fox Racing Shox 32 Float Fit iCTD Factory -Freins : Shimano Deore XTR 9000 180/160 mm – Dérailleur avant : Shimano XTR Di2 M9070 – Dérailleur arrière : Shimano XTR Di2 M9050 – Pédalier : XTR M9000, 36-26 – Commandes : Shimano XTR Di2 M9050 – Cassette : Shimano XTR M9000, 11-40 v. – Roues : Mavic Crossmax SL – Pneus : Maxxis Ikon 3C Exo, 29’’x2.20 – Potence : FSA OS-99CSI – 90 mm – Cintre : FSA K-Force Flat – 700 mm – Tige de selle : FSA K-Force Di2 SB0, 31.6 mm -Selle : Selle Italia SLR XC Gel Flow – GEOMETRIE   27.5’’/29’’  :  Top tube : 580 / 589 mm – Tube de selle : 432 mm – Angle de direction : 70° – Angle de tube de selle : 74° -Bases : 425 / 440 mm – Empattement total : 1 085 / 1 098 mm – Hauteur boîtier : 325 mm – Reach : 711/728 mm – Stack : 574/597 mm.

Distributeur : Orbea, webwww.orbea.com

RENDEMENT [star rating= »5″]

CONFORT [star rating= »4″]

MANIABILITE [star rating= »4.5″]

STABILITE [star rating= »3.5″]

PRIX/EQUIPEMENT [star rating= »3″]

[quote]On aime : Racé, efficace, conception connue et fiable, une vraie offre de taille de roues pour chaque taille de pilote
On regrette : directions identiques 27.5 » et 29 ».[/quote]

 

 

Previous articleTacx Smart Trainer Upgrade
Next articleContre-façons Look
Journaliste & photographe à bikelive.com