Home ESSAIS Husqvarna HC 8 : Gros baroudeur

Husqvarna HC 8 : Gros baroudeur

113
0

180 mm de débattement, dit comme ça, ça peut effrayer. Pourtant ce Hard Cross 8 d’Husqvarna est loin d’être un vélo de descente, ni même un vrai enduro. Il est typiquement à l’image de l’adage « Qui peut le plus, peut le moins. » Un (très) gros bouffeur de dénivelé plein de fougue.

DR. B. Lacoste

Prix : 5999 € /Poids : +25 kg en taille M / Déb. av. : 180mm /Déb. ar. : 180 mm / Pratique : rando-sport, vallonné, montagne

Depuis leur lancement, les Husqvarna se démarquent du lot par leur propre look et leur design. Le sabot quasiment indestructible qui protège le moteur participe aussi à ce qui fait d’un Husqvarna un produit unique. On passera rapidement sur les blagues consacrées aux tondeuses à gazon de la marque, pour se concentrer sur ce qui fait que nous nous sommes intéressés à un tel produit. 180 mm de débattement, ça commence à causer ! Pour être francs avec vous, nous voulions voir ce qu’il a dans le ventre ce HC8. Etait-ce vraiment un vélo d’enduro comme le catégorise Husqvarna ? Parce qu’à la vue de sa fiche technique décrivant la physionomie, on en est loin. 66° d’angle de direction, c’est couché, certes pour un vélo de trail mais pour un gros enduro… C’était vrai il y a trois ans mais aujourd’hui, on est encore plus ouvert. Alors, à quoi bon ? Justement, c’est ce que nous avons voulu savoir, et finalement nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il s’agissait en réalité d’un gros rouleur, capable d’accumuler les dénivelés positifs et négatifs, dans un sentiment de sécurité ambiant qu’il est rare de trouver ailleurs. Mais avant de vous en dire plus, passons la bête en détail.

Le Husqvarna HC 9 en détail

En ce qui concerne les composants, Husqvarna n’a pas lésiné sur le Hard Cross HC 8, qui est équipé de suspensions Fox optimisées pour le vélo. Il est ainsi monté d’une fourche Fox 36 Performance dédiée au VTTAE, de 180 mm à l’avant et d’un amortisseur Fox Float X2 offrant 180 mm de débattement à l’arrière. Il s’agit cependant d’une version un peu bridée de cet amortisseur puisqu’il ne permet pas tous les réglages possibles. Il ne vous est ainsi pas possible d’agir sur les compressions et détente hautes vitesses. C’est dommage.

Le changement de vitesses est confié au Shimano XT qui fait toujours un travail précis et sans rechigner. Seule la chaîne a tendance à vieillir un peu plus rapidement que sur un vélo classique. Le freinage est assuré par des freins Shimano MT520 à quatre pistons associés à des rotors massifs de 203 mm. Les roues sont des haut de gamme en 27.5″ de chez DT Swiss avec les H1900. Elle sont chaussées de pneus Schwalbe Eddy Current de 2.8″ de large et très ventousés au sol. Les seuls composants maison sont à mettre au compte de la petite potence de 40 mm, ou le cintre, dont la conception ne souffre d’aucune critique.

Un mot sur la tige de selle télescopique. Il s’agit d’une KS en course de 125 mm ou 150 mm selon les tailles. Notez que sa conception simple fonctionne particulièrement bien avec la commande Shimano qui équipe ce vélo. L’ensemble est doux à l’usage et ne nécessite pas de s’attarder sur le pouce pour forcer la manette. De la crème.

Moteur !

La mise en route du Hard Cross HC 9 est simple. Il suffit d’actionner l’interrupteur sur le tube supérieur, mais attention de toujours bien respecter le protocole spécifique à la motorisation Shimano : ne jamais mettre un pied sur une pédale. Effectivement, le moteur E-8000 a besoin de calibrer ses capteurs (notamment de couple) avant de démarrer dans le vif du sujet. Nous avons d’ailleurs profité de l’occasion pour mettre la dernière mise à jour du moteur. Au menu, plus de soutien du moteur dans les hauts régimes, et effectivement on peut aller à une cadence de 100 tr/mn sans qu’il ne s’essouffle. L’assistance paraît un ton au-dessus en matière d’apport « naturel », même si le Shimano était déjà bien éduqué. La batterie de 630 Wh de chez Simplon est désormais bien maintenue dans son espace, et ne semble plus souffrir comme les premières génération d’Husqvarna de déconnections intempestives. On peut même dire que les connectiques sur notre modèle n’ont pas souffert des séances de boue imposées par le climat courant février dans le nord de la France. Nous voilà donc prêts pour l’embarquement. Mesdames, Messieurs, bienvenue à bord du HC8. Avec son angle de selle relativement redressé de 77,5°, la position est assez droite, mais elle se combine très bien avec le reach de 460 mm, et la partie avant haute. On y est bien installé, détendu, prêt à bouffer du kilomètre dans un confinement de haut vol tant les 180 mm de débattement offrent beaucoup de confort sur les routes forestières, et même plus. Lorsque le sol est meuble et plein d’ornières ou de racines, l’association des gomme ADDIX Soft des crampons des Eddy Current et les suspensions Fox bien sensibles, l’ensemble vous donne toute la traction dont vous avez besoin, et la tenue de cap nécessaire pour passer tel un bulldozer dans un champ défoncé. Ça passe, ou ça passe ! C’est à peine si l’on ressent les crampons agressifs mordre le terrain et pourtant les gros boudins font un travail de fou. Ces pneus sont certainement les meilleurs de la catégorie tant ils savent accrocher, tout en gardant leur tenue sur les appuis, et se montrent bien armés face aux agressions extérieures. Revers de la médaille, ils font rapidement grimper la note sur la balance puisque notre modèle en taille M dépasse largement les 25 kg. Pour autant, l’Husqvarna HC 8 est vraiment à son avantage dans les montées. Entre la longueur modérée de 455 mm des bases et l’empattement de 1 230 mm, le vélo grimpe en conquérant profitant du grip, de la motricité de la roue arrière et du couple délivré par le moteur Shimano qui ne semble plus s’épuiser. Il n’y a que dans les pentes les plus raides que le vélo avoue ses limites. La roue avant tend à décrocher, sûrement parce que nous avons choisi de conserver notre poste de pilotage assez haut, malgré la grande douille de direction (120 mm). Un choix qui s’explique lorsque l’on entre dans les sections de virages successifs serrés, à prendre rapidement.


Grâce à sa géométrie équilibrée, le pilote est placé très au centre du vélo, ce qui lui permet de prendre les virages et de descendre en toute confiance, même si, en raison du poids du HC 8, il faut se battre pour jouer le chrono. Il faut dire que l’on sent le poids du vélo dans les virages vous emporter vers l’extérieur occasionnant un sous virage. Il faut alors jouer des coudes pour remettre la roue avant dans sa trajectoire si on a eu le malheur de lui laisser trop de liberté. Il ne faut pas hésiter à baisser légèrement sa selle pour abaisser son centre de gravité, à balancer le vélo dans la courbe, pencher le vélo, tout en s’aidant des jambes pour balancer l’arrière dans la courbe. Je ne vous cache pas que si vous jouez tout le temps à ce petit jeu, cela va vite devenir physique, et vous tirer dans la partie haute du corps rapidement, mais ça reste un exercice exaltant. Après, vous pouvez vous contenter de tourner moins vite et remettre les gaz à la sortie du virage, ça marche aussi mais c’est moins rapide. Ceci nous amène inévitablement au comportement de la bête en descente. Quand on a 180 mm de débattement, autant en profiter ! Dans ces segments, le Husqvarna Hard Cross 8 nous a convaincus par sa stabilité et sa nonchalance face aux obstacles. Grâce à ses suspensions sensibles et moelleuses, il colle littéralement au sol et repousse les obstacles avec confiance. On pourra seulement reprocher au combo Fox de rentrer trop vite dans son débattement. Clairement, une seule cale dans la chambre d’air de la fourche ce n’est pas suffisant quand on est sur un vélo de ce poids. Et il en va de même à l’arrière où l’on aurait aimé pouvoir mettre un peu plus de compression haute vitesse pour garder le vélo haut en suspension. C’est d’autant plus vrai que l’on déboule très vite avec ce vélo, même s’il ne déborde pas de stabilité à l’avant. Dire que l’on se fait un peu embarquer par son poids est certainement une option envisagée, mais c’est aussi sa capacité à avaler tout ce qui se passe sous les roues qui peut perturber les sens. Cela peut d’ailleurs gêner les vététistes au style de pilotage ludique, qui aiment les changements de direction rapides, qui trouvent toujours un prétexte pour bunny upper, ou sauter de manière spontanée chaque obstacle. Le HC8 avec sa force tranquille et ses plus de 25 kg n’est pas pour eux. Puisque l’on parle de vitesse et de poids, un mot sur les freins. Oui les Shimano MT520 sont endurants, surtout avec ces disques de 203 mm, mais non ils ne sont pas puissants. Pour freiner cet engin, il faut vraiment anticiper, et tout le temps, car ils se contentent de décélérer plus que de stopper. Et c’est d’autant plus contraignant que la fourche plonge par manque de compression basse vitesse, ou à défaut de cales dans la chambre d’air. Il faut impérativement garder cette donnée en tête pour ne pas faire de tout droit.

Un gros débattement au cas où

Le Husqvarna Hard Cross HC 8 est un bon choix. Si vous avez un style de conduite actif et ludique, nous vous recommandons de choisir quelque chose de plus léger et plus agile.

Si vous voulez des performances en descente, à défaut d’être un vrai descendeur, ou vous rassurer l’esprit dans les passages techniques, si vous recherchez une rando sportive calme avec un vélo qui grimpe fort grâce à une traction sans faille ou si vous êtes adepte d’une conduite très confortable, alors le Husqvarna Hard Cross est susceptible de répondre à vos besoins. Avec ses 180 mm de débattement, il ne craint pas grand-chose. Ce vélo n’est clairement pas un produit dédié à la compétition d’enduro, c’est un montagnard qui acceptera se vous mener aux cimes par les plus courts chemins et vous faire redescendre par là où vous êtes montés. En fait, il est un peu à l’image des grosses berlines allemandes qui débordent de puissance mais qui sont seulement idéales quand vous cruisez sur l’autoroute. Mais dès que vous avez besoin d’un peu de puissance, il suffit d’appuyer sur l’accélérateur et la réponse est là. Le HC8, c’est exactement ça. Les 180 mm de débattement ne vous serviront pas nécessairement mais ne seront pas un handicap pour rouler. Par contre, dès que vous rencontrerez un obstacle dans la pente, ils sauront vous faire passer sans encombre. Vous aurez le choix entre trois modèles à partir de 4 699 € et jusque 7 499 €. A notre avis, pas besoin d’aller plus haut que le HC8.

CARACTÉRISTIQUES

FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : alu – Moteur : Shimano E-8000 – Batterie : Simplo 630 Wh – Amortisseur : Fox Float DPX2 Performance – Fourche : Fox Float 36 Ebike Performance – Freins : Shimano MT520, ø203 mm – Dérailleur arrière : Shimano XT 11vit. – Pédalier : Husqvarna Components, 165 mm, 34 dts – Commandes : Shimano XT – Cassette : Shimano SLX, 11/42 dts – Roues : Dt Swiss H1900 – Pneus : Schwalbe Eddy Current Addx Soft, 27.5x 2.8  – Potence : Husqvarna Performance MTB, 40 mm – Cintre : Husqvarna Performance MTB, 780 mm – Tige de selle : KS e20i, 125 mm, ø31,6 mm – Selle : Husqvarna Enduro – GEOMETRIE taille M : Top tube : 600 mm – Tube de selle : 440 mm – Angle de direction : 66,2° – Angle de tube de selle : 77,5° – Bases : 456 mm – Empattement total : 1235 mm – Hauteur de boîtier : 355 mm – Reach : 460 mm – Stack : 615 mm?

Distributeur : Husqvarna, Contact : www.husqvarna-bicycles.com

Notes :

AUTONOMIE 3,5/5

CONFORT 5/5

MANIABILITÉ 3/5

STABILITÉ 4/5

PRIX/ÉQUIPEMENT 3,5/5

TOTAL : 15,2/20

On aime : Gros confort • Grosse sensation de sécurité • Agréable dans la pente

On regrette : Demande de l’engagement dans le technique rapide • très lourd • Inhibe les sensations