Home ESSAIS Giant Trance X Advanced Pro 29 1 : en quête du compromis...

Giant Trance X Advanced Pro 29 1 : en quête du compromis idéal

Le Trance X fait peau neuve pour 2021 : un tout nouveau cadre avec un débattement supérieur et une géométrie plus agressive. Nous étions curieux d’évaluer si cette machine gardait ainsi sa polyvalence légendaire…

DR. J. André

Prix : 5800 € |12,9 kg taille M ; 4,585 kg les roues | Déb. av. 140 mm | Déb. ar. 135 mm / Pratique : randonnée sportive, enduro, vallonné, montagne

Le Trance X Advanced Pro 29 1 que nous nommerons Trance X dans notre article est la version carbone munie du montage milieu de gamme de cette famille. Il faut noter que nous avons au total 6 montages dont 3 avec un cadre carbone et 3 avec un cadre alu pour des prix allant de 9200 € pour la version très haut de gamme avec les suspensions Fox électroniques à 2700 € pour la version la plus abordable. Le Trance X est le châssis le plus versatile de la gamme Giant VTT. Un cadre fait pour la randonnée même bien engagée dans cette nouvelle version. En effet, Giant a souhaité rendre plus agressif ce vélo en ajoutant du débattement avec pas moins de 135 mm à la roue arrière et 150 mm au niveau de la fourche (un gap conséquent qui questionne sur le papier). Les roues sont uniquement en 29 », comme quoi seuls les idiots ne changent pas d’avis… La géométrie devient aussi plus radicale sans être extrême comme nous pouvons parfois le déplorer… Nous avons surtout apprécié que le tube de selle (71° à notre hauteur de selle) soit plus droit tout en gardant un tube supérieur de longueur correcte. L’angle de la douille de direction s’ouvre légèrement. Giant a eu la bonne idée d’enfin placer un convaincant système de réglage de géométrie permettant d’ajuster de façon plus fine sa monture à sa pratique et son terrain de jeu. La variation est relativement importante comparée à beaucoup d’autres systèmes similaires avec pas moins de 10 mm sur la hauteur de boîtier de pédalier et la longueur du Reach. La cinématique Maestro est conservée et optimisée pour cette machine. Le débattement de 135 mm à la roue arrière est géré par un amortisseur Trunnion avec un ajustement spécifique et une course de 55 mm. Nous avons un ratio de suspension assez bas avec une bonne progressivité. La fourche Fox est aussi livrée avec un ajustement spécifique pour cette machine avec des compensateurs de volume plus importants que le standard Fox. Au niveau des composants, ce modèle Pro 1 ne fait pas dans l’extravagance mais nous noterons les soins apportés au train roulant avec des roues carbone maison. Nous avons été agréablement surpris du poids de l’ensemble dans cette version juste en dessous de 13 kg, ce qui est plus que raisonnable pour ce type de machine avec un tel débattement, mais attention Giant a fait le choix du gain de poids sur certaines interfaces comme le boîtier de pédalier Pressfit…

Première impression : le confort

Nous devons avouer que nous avons bien du mal à positionner cette machine du fait de son débattement généreux et sa fourche massive en 36 mm de diamètre de plongeurs. Nous sommes entre le pur vélo de trail pour les randonnées ludiques comme c’était le cas de l’ancien, et/ou le mini vélo d’enduro…

Avant toute chose, nous avons pris le temps d’ajuster cette machine à nos mensurations. Nous commençons notre test avec une précontrainte de 25% au niveau de la fourche, 30% sur l’amortisseur arrière en position haute. Notre taille M n’est pas très grande, surtout avec la potence de 40 mm de série. Nous aurions pu être tentés de passer sur un taille L mais celui-ci est beaucoup plus grand ou plutôt beaucoup plus haut au niveau du tube de selle et du sloping… Nous avons une position compacte qui relève généreusement le buste et invite plus à la randonnée qu’à la grosse attaque pour le XCO. La position du tube de selle en avant oblige à monter de quelques millimètres le poste de pilotage pour ne pas trop plonger sur l’avant. La douille est vraiment très courte. Nous avons au final changé le cockpit pour une hauteur (30 mm) et une longueur (50 mm) plus conséquentes pour trouver un meilleur compromis. La première impression qui saute aux yeux est le confort, nous avons rarement eu un vélo aussi onctueux sorti du carton. Nous avons une fourche malgré une précontrainte faible ultra confortable, et l’arrière est du même acabit, nous avons l’impression d’avoir bien plus que 135 mm de débattement. La motricité est le gros point fort de cette machine et nous pouvons continuer de pédaler dans énormément de situations comparé à bien d’autres machines.

Le vélo est étonnant dans les parties cassantes où il gomme littéralement toutes les aspérités du terrain. Nous nous lançons rapidement à l’assaut de parties bien défoncées pour essayer de trouver les limites de cette machine, mais nous devons avouer que nous rendons les armes avant lui. Nous avons pu franchir des obstacles que nous pensions presque inenvisageables sans même toucher le levier de contrôle de la plateforme. Le Trance X est clairement un vélo qui aime avaler les difficultés et l’effet de chaîne est parfaitement adapté avec une tension soutenable, quel que soit son niveau de puissance appliqué sur les pédales. Nous sommes agréablement surpris de rarement toucher les pédales du fait de la hauteur de boîter en positon haute et de la grande stabilité de la suspension dans la zone de précontrainte. La réussite est d’autant plus importante que souvent les vélos ayant ce type de comportement (confortable) avec un maximum de motricité demandent beaucoup d’énergie. Il n’en est rien avec ce nouveau Trance X : son dynamisme correct permet de ne pas s’épuiser. Le plateau de 30 dents est sûrement une des clés de cette sensation sur des circuits longs avec du dénivelé. L’agencement de la suspension arrière est aussi en grande partie responsable de ce comportement. Nous avons un point de pivot virtuel qui se situe énormément en avant en début de course, ce qui permet de juguler la suspension quand nous sommes en position couchée sur l’avant et qui ensuite se déplace en direction de l’arrière pour avoir un maximum de contrôle en descente. Sur les parties plus plates, le Trance X est un rouleur honorable, ou du moins il ne demande pas une énergie folle pour prendre et garder la vitesse. Les roues carbone sont à leur avantage dans cet exercice. Les vététistes désirant un dynamisme accru pourront aussi se positionner en mode intermédiaire ou ferme de l’amortisseur Fox, qui dispose de trois positions de compression lente.

DR. J. André

Le Trance X, aussi tolérant que terriblement joueur

En descente, le Trance X passe un cap avec un confort supplémentaire et il permet d’avoir la sensation que le terrain est beaucoup moins cassant ou pentu qu’il ne l’est vraiment. Nous pouvons percevoir rapidement les améliorations au niveau de la suspension arrière et si sur le papier nous avons seulement 135 mm de débattement, nous avons sur le terrain l’impression d’avoir au moins 140 mm voire 150 mm comme à l’avant. Nous sommes souvent d’ailleurs plus aux limites de la fourche dans cette position haute que de la suspension arrière. Nous décidons de passer en mode agressif bas. Ce changement entraîne une grosse variation au niveau de l’affaissement arrière et à pression équivalente nous sommes plus proches des 35% de course morte que des 30% initiaux. Nous devons allouer cela au ratio de suspension qui évolue légèrement pour être plus progressif (plus souple au début et plus ferme sur la fin). La position basse nous place aussi plus sur l’arrière (boîtier plus bas et Reach plus court). Si nous roulons ainsi le vélo est certes plus confortable et sécurisant dans la pente, mais il manque cruellement de dynamisme et nous avons tendance à toucher beaucoup plus les manivelles. Nous aurions pu ajuster la compression basse vitesse du DPX 2 avec une version équipée comme c’est le cas de la fourche, mais cela n’est pas possible sur notre version. Nous avons ajusté la pression du ressort pneumatique pour revenir à 30% voire 27%. Dans cette configuration, nous avons un vélo qui retrouve un bon dynamisme, facile à piloter et bluffant dans la pente. Nous avons rarement eu un vélo aussi facile à placer sur nos terrains difficiles. La suspension mais aussi la rigidité contenues aident grandement à ces sensations.

Au final, ce nouveau Trance X est certes plus gros que par le passé, mais il offre encore une polyvalence assez incroyable. Nous connaissions l’efficacité de la suspension Maestro mais nous devons avouer que parfois nous avions du mal à nous y retrouver entre le débattement choisi et la géométrie. Le Trance X paraît avoir trouvé enfin la bonne alchimie avec un débattement contenu mais bien suffisant et une géométrie retravaillée dans la bonne direction (surtout l’assise). Nous avons toujours autant de mal à classer ce vélo dans une famille. Il offre des prestations de dynamisme et de vitesse dignes d’un vélo de trail, mais dans un même temps il est plus confortable et surtout plus rapide en descente. Nous avons une machine taillée pour rouler longtemps sur des terrains escarpés avec du dénivelé. Si nos terrains sont moins extrêmes, la position haute est une solution pour avoir un vélo plus rapide avec une suspension plus linéaire. Nous avons pu ainsi nous faire plaisir sur des circuits plus roulants avec des vitesses moyennes plus élevées. Mais nous avons trouvé que la position la plus performante ou la plus cohérente reste la position basse (position de base). Le Trance X n’est pas un enduro, mais il offre un tel potentiel en descente que nous pouvons nous attaquer à n’importe quelles parties descendantes sans aucune hésitation. Le Trance X est aussi tolérant et terriblement joueur. Ce vélo sera le vélo idéal pour tous les utilisateurs qui ne savent pas choisir entre vitesse et plaisir de pilotage, pour toutes les personnes qui font parfois des sorties roulantes mais vont aussi parfois en montagne et en station. Un panel d’utilisation vaste qui colle bien avec l’offre de prix.

Caractéristiques


GEOMETRIE: S/M/L/XL – Taille : M – Tube supérieur : 597-595 mm – Tube de selle : 430 mm – Angle de direction : 66,2°-65,5° – Angle de tube de selle : 77,2-77,9° – Bases : 435-438 mm – Empattement total : 1203-1205 mm – Hauteur de boîtier : 340-330 mm – Reach : 464-455 mm – Stack : 615-621 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : S,M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : Carbone Advanced-Grade – Fourche : Fox 36 Performance Elite Grip 2, déport 44 mm – Amortisseur : Fox DPX2 Performance – Freins : Sram Guide R, ø200/180 mm – Dérailleur arrière : Sram GX Eagle – Pédalier : Sram Descendent, 30 dts – Commande : Sram GX – Cassette : Sram XG1276, 10-52 dents – Roues : Giant TRX-2 30 mm carbone – Pneus : av. Maxxis DHF Exo , 29X2.5 ; ar. Maxxis Dissector Exo , 29X2.4 – Potence :Giant Contact SL35, 40 mm – Cintre : Giant Contact SLR TR35 carbone 35, 780 mm – Tige de selle : Giant Contact switch, ø30,9 mm – Selle : Giant Romero SL.
Distributeur : Giant France , Contact : giant-bicycles.com

Notes
Rendement : 4
Confort : 5
Maniabilité : 4,5
Stabilité : 3,5
Prix/Equipement : 4,5
TOTAL :17,2/20


On aime : Un vélo à tout faire, véritable gros randonneur • Accessible, que ce soit au niveau des suspensions ou de la géométrie • Tolérance et efficacité du châssis • Ultra à l’aise dans les terrains exigeants


On regrette : Pas d’accessoirisation de série et pas d’emplacement prévu • Certains composants en dessous du potentiel du châssis • Certains trouveront le cadre souple