Home Compétition DT Swiss F232One : Objectif, les J.O.

DT Swiss F232One : Objectif, les J.O.

247
0
Schaubergwerk Kalmsdorf; 232 Suspesion Plattform Press Launch

Depuis près d’une décennie, DT Swiss n’a pas proposé de produit probant en matière de suspension pour le cross-country. Mais aujourd’hui, à 6 mois tout juste avant les J.O. de Tokyo, la marque helvète, forte de ses connaissances acquises avec la sortie de la fourche F535 de trail/enduro l’année dernière, lance la F232ONE, une fourche de XC bien décidée à faire sa place entre la Fox 32 et la RockShox Sid.

L’histoire de DT Swiss avec les fourches, il faut le reconnaître, n’a jamais été un parcours facile. Lorsqu’elle décide de s’attaquer à ce segment, plutôt que de partir d’une base zéro, elle choisit de racheter un petit constructeur anglais, Pace, qui fait alors partie du paysage exotique avec ses produits aux fourreaux carbone et arceau inversé. C’est très léger pour l’époque, mais question fonctionnement, il ne fallait pas être trop regardant. La marque helvète a traîné longtemps tout ça, même si à force de modifications, elle a fini par trouver un bon compromis. Cependant, en parallèle, Fox et RockShox ont su prendre des longueurs d’avance. Mais ça, c’était jusqu’à l’année dernière. 2019, DT Swiss repart d’une feuille blanche, s’entoure des bonnes personnes et la F535 voit le jour. DT Swiss revient dans la course, mais pas encore sur le segment qui fait du volume, le cross-country. Moins d’un an a passé, et voici que la marque dévoile son nouveau fleuron, la F232One, une fourche dédiée au cross-country, capable de rivaliser avec la RockShox Sid sur le plan de la rigidité, et la Fox 32 sur le terrain de l’amortissement. Pas mal !

Beaucoup de travail de recherche

Mais faisons rapidement le tour du propriétaire… Le travail sur le châssis est poussé dans ses plus profonds retranchements pour arriver dans le club des fourches sous 1 500 g, sans perdre une once de rigidité. D’ailleurs, la F232One est aussi, sinon plus rigide qu’une RockShox SID, la référence en la matière. Pour obtenir un tel résultat, les ingénieurs ont été aidé par l’informatique : l’AI de leur logiciel de conception leur a suggéré toutes les zones où ils pouvaient grappiller du poids sans attaquer la structure du châssis. C’est comme cela que la F232One se retrouve avec deux trous béants sur le bas, à l’arrière des fourreaux. Mais c’est aussi comme cela que vous ne pouvez voir aucune symétrie dans les allègements de matière. Le bas du bras droit n’est pas du tout le même que celui de gauche par exemple qui lui supporte la charge d’un frein à disque. C’est aussi le cas sur l’arceau de la fourche, où l’évidement n’est pas au premier regard logique, et pourtant… Enfin pour terminer sur le châssis, il ne sera proposé que pour les roues de 29’’, le standard en cross-country. Niveau débattement, DT Swiss s’inscrit dans la modernité puisqu’en plus des traditionnels 100 mm, la 232 est lancée aussi en 110 mm et 120 mm. Pourquoi 110 mm ? Parce que Canyon est devenu la marque partenaire privilégiée depuis que Scott a décidé de leur faire des infidélités. Et comme Canyon croit au 110 mm, comme il le montre sur son Lux CF, DT Swiss suit. Somme toute, vu les profils des courses XC à l’international, ou des courses marathon, 110 et 120 mm y ont tout leur sens tant cela devient technique. Côté plongeurs, pas de démesure, on est ici sur du 32 mm de diamètre pour ne pas grever le poids. Quant à l’axe sur lequel vient s’insérer le moyeu, que du Boost. Il sera livré sans serrage rapide, mais une option levier intégrant un outil est au catalogue pour ceux qui ne sont pas regardant sur le poids final. Et si vous vous demandez pourquoi les ingénieurs n’ont pas cherché à alléger l’axe, la réponse est simple : « C’est le plus mauvais endroit pour alléger une fourche. L’axe est un point de sécurité », dixit Jérôme Hoffmann, l’homme derrière le renouveau de la marque dans la suspension. Le poids ? DT Swiss annonce 1 480 g pour son modèle le plus léger, et avec le blocage au guidon ! Si l’on parle ressort, la F535 dispose de deux chambres d’air et un ressort, mais tout ça est trop lourd pour une fourche qui vise un ratio poids/performance idéal. Sans compter qu’en cross-country, les ingénieurs sont partis de l’idée un peu saugrenue, surtout inspirée des pilotes pros, que les crosseurs n’avaient pas besoin d’une fourche très sensible… Alors, ils ont supprimé le ressort hélicoïdal, pour revenir vers une solution conventionnelle, mais aussi plus légère, que la plupart des marques utilisent : une chambre d’air positive et une négative qui s’équilibrent automatiquement. La seule différence avec ses concurrentes, c’est que le transfert d’air ne se fait pas au même moment dans l’enfoncement de la fourche. Les ingénieurs ont en effet fait le choix d’une compression assez linéaire mais en ayant toutefois une vague en milieu de course pour offrir du support au pilote. Par contre, comme chez ses concurrentes, vous avez la possibilité de modifier la courbe d’enfoncement de l’air en fin de course, en modifiant le volume par l’adjonction de cales (jusque trois). Pour ce qui est de l’amortissement, DT Swiss reste fidèle à sa tradition : une cartouche semie ouverte avec trois modes de compression basse vitesse. Open (ouvert), Drive (qui vient durcir la compression basse vitesse) et Lockout (complètement fermée, et bien ferme à la demande des coureurs). A noter que vous avez la possibilité d’ajuster le réglage du mode ouvert, en fermant la compression basse vitesse (petite vis au-dessus du bouton bleu) qui vous permet de partir du mode ouvert jusque quasiment le mode Drive. De quoi trouver le réglage le plus fin possible de sa fourche en fonction de vos attentes. La F232 One proposera en option d’avoir recours aux réglages de la compression depuis la fourche elle-même avec une simple manette, ou alors depuis le guidon, de série, avec leur fameuse commande qui fait référence aujourd’hui tant par la fluidité de fonctionnement que par son ergonomie. En tout cas, si vous devez retenir une chose sur son fonctionnement, c’est que l’hydraulique travaille surtout en début et en fin de course. Le milieu de course, est lui plus géré par l’air. C’est tout cela qui va donner le caractère sur le terrain de cette F232 One.

En piste

Justement le terrain. Nous avons été invités à prendre en main cette nouvelle fourche dans un endroit insolite, puisqu’il s’agissait d’une mine, sous-terrain dans l’ex Allemagne de l’Est. Lumières obligatoires. Rigide et très crosseuse En proposant cette fourche aux crosseurs, DT Swiss fait mouche. En plus d’être aussi rigide en latéral, et même en frontal qu’une RockShox Sid, elle offre un comportement très orienté compétition. Contrairement à la Sid, mais plus près de la Fox SC32, sa capacité à lire le terrain, comprendre à amortir les petits chocs et coller la roue avant au sol, n’est pas un critère premier. Même lorsque vous êtes ouvert à fond, et avec la précontrainte de 25% préconisée par les ingénieurs (85 psi / 75 kg). Alors si l’on sait que sur les Fox ce manque de déclenchement est en grande partie dû à des problèmes de friction, ici il n’en est rien. C’est bien un trait de caractère qui ressort de notre premier roulage, et qui répond clairement à l’appel des compétiteurs. On se retrouve avec une fourche qui ne pompe quasiment pas (contrairement à une Fox) même en position ouverte. Aussi le mode Drive se retrouve être la position qui pourra rassurer les crosseurs en côte, alors que pour les gens moins la tête dans le chrono, il sera plus utile lors de relances appuyées ou sur des parties bitumées. L’arrivée en fin de course est à notre goût un peu trop tardive, ce qui fait que la fourche a du mal à prendre tout son débattement. Le réglage de la détente se fait bien sentir mais là aussi (voir amortisseur) ne se fait qu’autour de trois clics alors qu’il y a une plage énorme de réglages. Réponse des ingénieurs : « c’est pour s’adapter à tous les poids des pilotes. » En effet, la plage de réglages n’est pas la même en fonction du volume d’air que vous mettez en précontrainte. Soit ! Néanmoins, on aurait aimé un réglage de détente plus précis sur la fourche. Efficace au pédalage, offrant un bon maintien dans le milieu de débattement, précise dans les trajectoires, voilà un produit qui devrait à coup sûr faire mouche chez les adeptes du XC de compétition. Mais nous attendons de la tester sur notre terrain, de prendre plus de temps pour en optimiser ses réglages pour vous en dire plus pour un usage randonnée sportive.

Caractéristiques

Fiche technique

Roues : 29’’ Débattement : 100 mm, 110 mm, 120 mm

Poids : 1 480 g (29-100 mm avec blocage), 1 510 g (29 – 110 mm blocage sans l’axe et pivot de 230 mm)

Plongeurs : diamètre de 32 mm Offset : 51 mm

Fourreaux : magnesium

Té/pivot : aluminum Ressort : air – avec 3 cales de réglage de volume Amortissement : huile ; réglages : détente basse vitesse, compression basse vitesse (ouvert/Drive/lock) Divers : livré avec un garde-boue, existe en version blocage sur la fourche (979 €)

Contact : dtswiss.com