Deviate Highlander : Un vélo inclassable

Il y a quelques mois, nous vous présentions dans nos colonnes Nouveautés le Highlander de la petite marque Deviate avec une conception singulière. Il arrive enfin sur notre territoire et surtout à notre rédaction. Nous vous livrons nos impressions sur une machine radicalement différente.

DR.J.André

Kit cadre 3350 €/ Prix indicatif du montage : 10 000 € | 2,9 kg le cadre sans amortisseur en taille M, poids du vélo de test 13,4 kg | Déb. av. : 140-160 mm | Déb. ar. : 140-150 mm / Pratique : rando/trail/enduro, vallonné, montagne

Deviate est une jeune marque écossaise. Pour la petite histoire, elle est née de la rencontre entre Chris et Ben, l’un est ingénieur dans le monde des courses automobiles, mais passionné de vélo et l’autre, guide de VTT en Ecosse et à Chamonix. Un trip vélo scellera leur amitié et leur envie de réaliser des produits différents. Le fruit de cette collaboration donnera lieu à un premier vélo d’enduro déjà très abouti avec un cadre entièrement en carbone et une suspension à point de pivot haut et boîte de vitesse intégrée. Il s’agit d’un produit certainement trop radical pour trouver un écho commercial important sur notre marché. Leur toute dernière production est déjà plus abordable et cible un public certes averti mais bien plus large. Le Highlander, que nous nommerons HL, se veut un vélo ultra polyvalent pour un usage au quotidien. Il offre une ligne sportive racée et compacte. Nous avons été emballés par la finition de l’ensemble, et le HL n’a pas à rougir face à la concurrence. Nous sommes impressionnés de la qualité du produit proposé par une marque de ce calibre car souvent les cadres carbone haut de gamme sont la chasse gardée des grosse écuries. Il est équipé de roues en 29” avec un débattement de 140 mm à la roue arrière. Deviate préconise une fourche entre 140 et 160 mm de débattement suivant son terrain de jeu et son pilotage. Le poids de 2,9 kg du cadre en taille M entièrement en carbone pour les deux triangles est relativement léger, ce qui le place comme un vélo de trail robuste. Pour être honnête, vu le système de suspension du vélo, nous ne pensions pas être sur une masse totale aussi basse.

La particularité de cette machine réside dans le choix de réaliser une cinématique avec un point de pivot haut. L’intérêt de ce type de système est d’offrir une trajectoire de roue qui recule sur l’ensemble du débattement. Nous avons un vélo qui s’allonge quand il rentre dans le débattement. Sur le papier, cela permet d’avoir un meilleur franchissement car la roue bute moins sur l’obstacle. Nous pouvons imaginer rapidement le gain que cela peut procurer surtout avec les roues de 29” qui ont la fâcheuse tendance à pousser fort surtout en descente. Si vous pensez cette histoire un peu farfelue, il suffit pour se persuader de regarder des performances de vélos de DH avec un système similaire… Mais un vélo de DH n’est pas un vélo à tout faire et nous sommes intrigués de voir comment ce Highlander va se comporter tant au niveau pédalage que sur des terrains pas forcément aussi extrêmes qu’une piste de descente. Si l’intérêt de la trajectoire de la roue nous semble évident à assimiler, il reste que le positionnement de point de pivot central haut entraîne un effet énorme sur la chaîne. Il faut alors modifier le cheminement de la chaîne avec l’ajout d’un galet proche du point de pivot. Le HL est étonnamment bien intégré sur ce point et au premier coup d’œil, nous pouvons presque occulter que ce vélo est équipé d’un renvoi de chaîne. Son positionnement est crucial car il est le garant du dynamisme et du rendement du vélo. La théorie est belle, mais sur le terrain cela fait un point de contact de plus et il sera intéressant de voir si la transmission est aussi fluide avec ce type de renvoi. La cinématique du Highlander est un mono pivot (positionné haut) associé à une biellette et un basculeur sous le boîtier de pédalier. Deviate propose un kit en 140 mm de débattement avec une courbe d’amortissement plutôt dédiée au trail et au pédalage et un autre en 150 mm avec une courbe plus agressive pour un usage plus engagé.

En dernier lieu, la géométrie est assez classique pour un pur vélo de trail moderne. Deviate n’a pas succombé à l’extrêmement long, bas et ouvert. Un choix judicieux pour ce type de vélo qui se veut passe-partout. Nous attirons juste votre attention sur l’angle de selle de 76° mais totalement dans l’axe du boîtier de pédalier du fait que la roue recule sur l’ensemble du débattement. Nous verrons que cette spécificité est à prendre en compte pour le choix de la taille du cadre.

Plus proche d’un vélo de trail que d’un petit enduro

Sur le terrain, nous commençons notre test avec le système permettant d’avoir 140 mm de débattement. Nous ajustons l’amortisseur avec 30 % de course morte comme le recommande Deviate. Au niveau de la fourche, nous commençons le test avec 160 mm de débattement et une précontrainte de 30 %. Nous allons être honnêtes, les premiers tours de roues sont perturbants principalement à cause du montage des points d’articulations. Deviate a fait le choix de réaliser un système avec un minimum de maintenance (graisseurs et joints supplémentaires), mais de ce fait il faut un bon rodage pour que tous les éléments se lubrifient correctement. Nous l’avons surtout perçu dans la suspension arrière et aussi dans le galet supplémentaire au niveau de la transmission. Une fois les 5-6 premières heures passées, les frictions tendent à disparaître et nous pouvons enfin profiter de toutes les performances du châssis. La position est compacte et nous sommes surpris d’avoir finalement si peu d’espace entre la selle et le guidon malgré un tube supérieur qui frise avec les 600 mm. Nous reculons un peu la selle pour trouver notre place sans pour autant avoir la sensation d’être trop sur l’arrière. Le tube de selle sans déport avec le boîtier de pédalier dans l’axe en est la cause et nous avons une position bien relevée parfaite pour partir randonner.

Niveau sensation au pédalage, nous prenons une claque et pour cause, nous ne nous attendions pas à un vélo aussi dynamique avec un aussi bon rendement. Nous sommes sur ce point sur les bases d’un pur vélo de trail. Nous oublions que nous avons 140 mm de débattement. Sur les pistes roulantes, nous pouvons rouler vraiment bon train sans s’épuiser et sans ressentir une seule seconde un effet négatif du galet supérieur. Les ascensions sur des pistes lisses sont agréables et peu énergivores. Le Highlander invite clairement à rouler longtemps. Dans les parties plus cassantes, le vélo offre une bonne motricité et il permet de grimper partout assez facilement. Il faut toutefois faire attention si nous roulons en version 160 mm à l’avant, car le vélo a tendance à cabrer plus facilement. Nous avons trouvé le produit beaucoup plus facile dans cet exercice avec une fourche plus basse. Le fait de réduire le débattement permet naturellement de se retrouver un peu plus allongé et donc d’avoir une meilleure position pour grimper dans le raide. Le HL offre une stabilité incroyable dans les montées techniques et c’est rare de perdre la traction au niveau de la roue arrière. Cependant il offre un peu moins de dynamisme que certains vélos avec un gros effet de chaîne. Il faut donc prévoir de grimper plus en cadence qu’en force de fait, une attitude à prendre en compte mais qui est totalement dans la philosophie du vélo qui est pensé pour rouler longtemps. Nous avions des craintes sur les frictions du galet supplémentaire. Il faut juste veiller à bien lubrifier la chaîne et nous finissons par l’oublier totalement.

En descente, le Highlander est tout aussi déroutant. Dans cette version 140 mm, la courbe d’amortissement proposée offre un vélo finalement assez peu confortable. Le vélo est même assez raide, nous sommes loin du vélo canapé. Nous sommes encore une fois plus dans une logique de vélo de trail que de petit enduro. Malgré tout, il est d’une efficacité redoutable. Il est incroyablement stable et nous ne nous rendons finalement pas compte de la vitesse que nous arrivons à atteindre. Nous n’avons jamais fait des courbes aussi limpides, c’est tout simplement hallucinant de facilité. Nous sommes aussi surpris de ses aptitudes dans la pente tant le vélo donne l’impression de ne pas bouger. Nous sommes ainsi rarement perturbés par la roue arrière en 29 » qui ne pousse pas comme habituellement. Nous utilisons tout le débattement alors que nous n’en avons vraiment pas la sensation. La fin de course est très progressive et nous n’avons jamais talonné violemment. Il reste que dans cette configuration, le vélo est moins joueur que d’autres vélos du segment. Il faut de la vitesse pour faire un bunny up et jouer avec le terrain. La version 150 mm avec une courbe plus souple en début de course permettra de retrouver un vélo plus fun pour l’adepte du pilotage ludique. Un tempérament certainement plus proche d’un petit vélo d’enduro.

DR. J. André

Un vélo différent

Le Deviate Highlander nous aura demandé plus de temps pour l’appréhender que d’autres vélos que nous testons habituellement. Un rodage des pièces en rotation est véritablement nécessaire pour en tirer tout la quintessence mais il faut aussi prendre la mesure du potentiel de la bête. La version 140 mm fait du Highlander un véritable vélo à tout faire mais typé pour les longues journées de selle et pour des pilotes qui souhaitent avant tout passer partout sans faire de zèle. Nous pourrions caractériser cela par la recherche de l’efficacité et de la stabilité à défaut de fun. Le HL dans cette configuration est un vélo qui permet de rouler vite partout mais qui peut devenir exigeant. La faute surtout à un système de suspension qui fait totalement oublier que nous avons que 140 mm de débattement. Il est moins à son aise quand ça tape fort mais peut-être sommes-nous là à la limite du segment pour lequel il est dédié ? Nous conseillerons pour cette option de rouler avec une fourche en 140 mm ou 150 mm si nous suivons le guide des tailles. Mais nous restons un peu sur notre faim sur le côté ludique et il faut s’employer pour l’arracher de l’attraction terrestre. La version offrant 150 mm de débattement à la roue arrière permet d’avoir un vélo beaucoup plus fun. Les amateurs de vitesse seront comblés mais il sera préférable de passer sur la taille supérieure pour avoir un peu plus de place au niveau du triangle avant. Une fourche en 160 mm devient alors idéale.

Ce Deviate est un vélo diffèrent, mais nous sommes tombés sous le charme de cette construction. Il n’est pas parfait mais il offre des sensations que nous avons rarement eues sur d’autres machines. Totalement anticonformiste entre son architecture ou ses spécifications pour un vélo de trail, le Deviate est de fait un vélo très attachant.

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille : M – Tube supérieur : 597 mm – Tube de selle : 410 mm – Angle de direction : 65,5° – Angle de tube de selle : 76° – Bases : 441 mm – Empattement total : 1201mm – Hauteur de boîtier : 341 mm – Reach : 450 mm – Stack : 615 mm –FICHE TECHNIQUE : Tailles : M, L, XL – Modèle d’essai : M – Cadre : carbone avec biellettes et basculeur alu 140 mm – Fourche : Fox Factory 36, Float EVOL,Grip 2, déport 44 mm – Amortisseur : Fox Factory Float, X2 – Freins :Trickstuff Piccola HD, ø180/160 mm – Dérailleur arrière : Sram Eagle XX1 AXS – Pédalier : Sram XX1 Eagle, 32 dents – Commande : Sram Eagle XX1 AXS – Cassette : Sram XG-1295 Eagle, 10-50 – Roues : Newmen Advanced X.A SL 30 carbon – Pneus : av. Maxxis Dissector Exo, 3C Maxx Terra, 29×2.6WT ; ar. Maxxis Dissector Exo, 3C Maxx Terra 29×2.4WT – Potence : Newmen Evolution, XX mm – Cintre : Newmen Advenced SL Carbon, XX mm – Tige de selle : Rockshox Reverb AXS, 150mm, ø31,6 mm – Selle : Bontrager Aeolus Elite.

Distributeur : Deviate, Contact : www.deviatecycles.com

Notes

Rendement : 5

Confort : 3,5

Maniabilité : 4,5

Stabilité : 5

Prix/Equipement (cadre) : 4

TOTAL : 17,6/20

On aime : L’architecture de la suspension arrière • La trajectoire de roue arrière et le point de pivot haut • Un formidable rouleur/grimpeur pour un vélo de ce gabarit • Précision et efficacité en descente

On regrette  : Manque de confort • Pas de protection pour les biellettes et basculeur • Protection trop minimaliste sur le hauban droit

Article précédentLes 2 Alpes ouvrent dès le 29 Mai
Article suivantTitouan Perrin Ganier roule avec O2Feel !
Rédacteur & photographe