Commençal Meta TR 29 Signature : Meta hallucinant, Meta trop rapide

DR. Jacques André

Le Commençal Meta évolue encore, une allure similaire mais une optimisation de tous les autres paramètres pour le rendre plus efficace. Le Meta TR devient certainement un des vélos les plus extrêmes de la catégorie.


DR. J. André

Prix : 5199 € |Poids : 15,4 kg taille L, roues 4,8 kg | Déb. av. 160 mm | Déb. ar. 140 mm / Pratique : randonnée en montagne, randuro, enduro

Commençal continue d’optimiser la grande famille des Meta. Nous nous sommes penchés sur le cas de la nouvelle version trail. Il y a deux ans, nous avions été intrigués par ce vélo joueur mais pas sans petits défauts pour le rendre vraiment incontournable dans le segment surtout au niveau de l’assise (position dans les longues ascensions) et de l’effet de frein élitiste. Pour ce nouveau millésime, les ingénieurs ont corrigé le tir sur ces deux points mais les évolutions vont bien plus loin que cela. Avant de rentrer dans les détails, nous vous proposons une rapide explication de cette nouvelle gamme de produits.

Les Meta TR sont les vélos les plus polyvalents de la gamme Commençal. Les nouvelles versions sont uniquement disponibles avec des roues en 29” comme c’est la tendance. Les cadres sont toujours entièrement en aluminium. Comme par le passé, nous avons deux versions de Meta avec une version engagée (AM) offrant plus de débattement pour une pratique exclusivement enduro. Nous retrouvons ensuite la famille qui nous intéresse avec la fameuse déclinaison TR pour trail. Nous utilisons la notion de déclinaison car la ressemblance entre les deux vélos est flagrante. Nous pouvons même les confondre tellement ils sont proches. Le nouveau Meta TR a été véritablement boosté. Le débattement à la roue arrière est poussé à presque 140 mm au lieu de 130 mm précédemment et 160 mm (140 mm auparavant) au niveau de la fourche pour notre modèle signature. Nous sommes plus proches d’un petit vélo d’enduro que du sage vélo de randonnée. Mais ce n’est pas tout : la géométrie a eu droit aussi à un sérieux lifting. Le vélo s’allonge avec un angle de direction plus ouvert de 2° et donc un empattement bien plus important. La partie arrière reste elle super compacte puisque toujours à 435 mm de longueur de bases malgré l’augmentation du débattement. L’assise se redresse fortement pour passer au-dessus des 78° au niveau de l’angle du tube de selle, soit 73° à notre hauteur de pédalage en réel. La cinématique reste proche de l’ancienne version avec cependant une démultiplication moindre la rendant plus linéaire pour se reposer sur les qualités intrinsèques de l’amortisseur avec un ratio assez bas. Les ingénieurs ont voulu offrir un vélo où chaque millimètre de débattement est utilisé à bon escient. Commençal est une marque de caractère et propose ici une vision bien radicale de la pratique dite de trail. Sans l’autocollant TR sur le tube supérieur de notre machine, nous pourrions vraiment imaginer avoir un vélo d’enduro. Mais au final, il est toujours délicat d’essayer de nommer une pratique et il en existe autant que de vététistes… Le Meta TR se décline dans 4 tailles de cadre et 4 montages. Les prix vont de 2399 € pour la version de base à 5199 € pour notre version Signature. Il faut noter que cette montée en gamme s’effectue uniquement sur la qualité des composants car le cadre reste identique avec le même niveau de finition, de protection et de qualité de roulements (Enduro Bearings).

Choisir la bonne taille

Avant tout, il faut prendre le temps de choisir la bonne taille. En effet, la nouvelle assise très droite nous bascule sur l’avant du vélo. Heureusement la douille est haute et nous pouvons avoir une position bien relevée. Il faut cependant faire attention à la longueur du tube supérieur qui n’est pas immense du fait du tube de selle sur l’avant. Pour notre cas, nous nous sommes rapidement sentis à notre aise sur la taille L mais en réduisant la potence de 10 mm. Au niveau des ajustements, les suspensions Fox sont calibrées de façon homogène et nous avons réellement apprécié cet effort qui permet de rapidement se familiariser avec cette monture. L’angle de direction ouvert et la longueur de la partie avant permettent de rouler assez souple au niveau de la fourche avec une course morte autour de 27% et des ajustements en compression et des détentes relativement libres. Au niveau de l’amortisseur X2, nous avons utilisé 28% pour débuter notre test. Nous avons fait évoluer ces mesures en fonction des terrains mais sans jamais dépasser les 30% et souvent nous avons été proches des 25%.

Stabilité et fermeté

La première sensation qui nous traverse l’esprit quand nous roulons ce nouveau Meta TR c’est la stabilité et la fermeté. Nous connaissons bien ce kit de suspensions Fox 2021 que nous roulons régulièrement sur des vélos aux débattements similaires, mais le Meta nous a paru plus ferme. Un avantage quand il faut pédaler et surtout grimper. La position de pédalage est idéale pour monter en position assise. Nous n’avons pas eu besoin de positionner la selle totalement en avant pour se sentir vraiment bien comme c’est très souvent le cas. Nous pouvons affirmer que c’est un des vélos avec la position la plus appréciable que nous ayons pu tester dans le segment avec un certain Ibis Rimpo. Au niveau des sensations de dynamisme, ce nouveau Meta est un peu plus en retrait que l’ancienne génération du fait de l’empattement bien plus important. Le Meta ne rechigne pas à grimper, bien au contraire, mais il faut rouler au train et surtout ne pas essayer de rouler par à-coups. Dans les parties bien raides et techniques, nous nous sommes sentis étrangement plus à notre aise en restant assis et réduisant légèrement notre hauteur de selle de 5 à 10 mm plutôt que d’essayer de monter en force en danseuse. Nous avons une motricité phénoménale et surtout un maintien de folie. Une fois la suspension arrière affaissée dans la zone de précontrainte, celle-ci oscille très peu. Nous n’avons presque jamais utilisé le système de plateforme, sauf sur la route. La motricité est telle que nous ne perdons jamais le contact avec le sol et ce sont souvent nos cuisses qui nous lâchent. Le vélo vous plaque littéralement au terrain et il vous faudra beaucoup de watts pour vous dépêtrer de certains passages.

Le Meta ne peut pas renier ses origines : il excelle dans la pente

Sur le plat, le Meta demande de se lancer, et il faut ensuite conserver de la vitesse en profitant de son inertie. Un vélo de plus de 15 kg n’est malheureusement pas un dragster mais plus que le poids c’est le choix de l’effet de chaîne modéré et de la position du point de pivot principal (légèrement arrière du centre de gravité du pilote en position neutre) qui sont prépondérants dans ces caractéristiques de roulage. Nous nous sommes essayés à randonner avec le Meta et nous avons découvert une autre façon de rouler où le plaisir n’est pas dans l’attaque à outrance dans les parties physiques mais plus la découverte pour ensuite se régaler dans les parties plus rapides. Nous avons été surpris malgré tout de la facilité à faire tourner ce vélo malgré son empattement. Nous devons avouer que l’arrière court et la suspension linéaire sont un atout pour placer facilement son vélo dans les zones techniques. Dans les courbes, nous pouvons aussi nous amuser à faire glisser facilement l’arrière, sachant que l’avant tient toujours le cap. Un pilotage agressif permet de faire le plein de sensations au guidon du Meta. Si vous êtes un adepte des figures de style, le Meta est à son avantage si nous avons un bon coup de guidon, mais nous pensons que l’ancienne version était sûrement un peu plus facile dans ce domaine. Si nous devions conserver un seul trait de caractère de cette machine, se serait la vitesse en descente. Le Meta ne peut pas renier ses origines, cette machine excelle dans la pente quand la vitesse augmente. Nous avons rarement roulé aussi vite avec un vélo avec aussi peu de débattement. Nous pouvons considérer qu’il peut sans aucun problème se comparer à de véritables vélos d’enduro sur certains terrains. Nous avons une stabilité et surtout un contrôle pour rouler très vite même sur des pistes de descentes pures, mais attention, nous pouvons sentir les limites de la suspension arrière dans les zones chaotiques du fait du faible débattement. Le Meta offre un caractère unique quand il s’agit de piloter. Nous pourrions le comparer à un karting, tant nous pouvons sentir toutes les aspérités du terrain, mais nous avons un contrôle de folie qui permet de s’éclater. Les sensations sont garanties avec ce nouveau Meta TR, mais il faut aimer la vitesse. En effet, les suspensions couplées avec la rigueur du châssis en font un vélo au caractère unique. Un caractère encore plus marqué du fait de la géométrie où il ne faut pas avoir peur de charger la roue avant. Nous avons la position idéale pour dévaler à tombeau ouvert surtout quand la pente est importante… mais gare parfois aux erreurs de position de corps qui entraînent occasionnellement des belles glisses.

Plus radical et efficace que l’ancienne génération

Au final, le Meta TR est un vélo atypique. Commençal le positionne comme un vélo de trail mais nous ne sommes pas sûrs que cela soit vraiment le cas, où du moins pas comme nous le percevons chez les concurrents. Nous sommes incapables de le définir par un seul terme. Le Meta TR devient plus radical et efficace que l’ancienne génération. Nous pensons qu’il a perdu un peu de son côté fun pour gagner en contrôle et efficacité. Nous avons rarement testé un vélo avec aussi peu de débattement nous rappeler autant un vélo de descente. Alors bien sûr, si vous n’avez pas de remontées mécaniques à disposition, il faudra emmener sa machine calmement à la pédale. Le Meta a progressé dans ce secteur du fait de son assise et la suspension au ratio plus faible, mais il reste cependant un vélo massif. Il n’est pas un mauvais grimpeur, mais il n’est pas aussi facile qu’un vélo de randonnée plus classique. Les ingénieurs ont délibérément poussé tous les curseurs en faveur des sensations en descente. Dans ce secteur, nous avons un des meilleurs vélos que nous avons pu essayer même s’il est bien plus viril que beaucoup des concurrents. Le Meta peut donner beaucoup, mais il faut le piloter avec fougue. Un vélo qui ravira les pilotes qui ont déjà un bon coup de guidon et qui sauront utiliser au mieux cette géométrie et ce type de suspensions. Au niveau de la fiabilité, rien à redire sur notre châssis, sauf qu’il faut contrôler certains serrages après des grosses sessions bien engagées car il ne faut pas oublier que c’est un vélo de trail suivant les dires de la marque…

Caractéristiques

GEOMETRIE : Taille : L- Tube supérieur : 618 mm – Tube de selle : 440 mm – Angle de direction : 64,5° – Angle de tube de selle : 78,6° – Hauteur de douille : 120 mm – Bases : 435 mm – Empattement total : 1257 mm – Hauteur de boîtier : 343 mm – Reach : 490 mm – Stack : 635 mm – FICHE TECHNIQUE : Tailles : S, M, L, XL – Modèle d’essai : L – Cadre : aluminium – Fourche : Fox 36 Factory, déport  de 44 mm – Amortisseur : Fox X2 Factory – Freins : Sram Guide R, ø200/180 mm – Dérailleur arrière : Shimano XT – Pédalier : Shimano XT, 170 mm, 32 dents – Commande : Shimano XT – Cassette : Shimano XT, 10-51 – Roues : DT XM1700 – Pneus : Maxxis Dissector WT Exo 3C, 29×2.4 – Potence : Ride Alpha, 50 mm – Cintre : Ride Alpha 780 mm – Tige de selle : KindShock Lev Integra , 175 mm, ø34,9 mm – Selle : WTB Silverado.

Distributeur : Commençal, Contact : commencal-store.com

Notes

Rendement : 3

Confort : 3,5

Maniabilité : 4

Stabilité : 5

Prix/Equipement : 4

TOTAL : 15,6 /20

On aime : Précision et efficacité en descente • Caractère unique et engagé • Géométrie moderne au niveau de l’assise

On regrette : Moins joueur que la version précédente • Rigueur du châssis et des suspensions • Pas d’espace de rangement prévu pour un kit de réparation sur le châssis

Article précédentEMPLOI
Article suivantLes dates de l’Alps Epic 2022 !