Trek Fuel EX7 : le gentleman rider

Version démocratique du Trek Fuel EX9.5, ce EX7 s’équipe pour l’occasion d’un cadre en aluminium et un équipement plus abordable. Une réussite qui vous donnera des ailes à coup sûr !

Les haubans, bases et broche de roue sont sur le même axe, constitué de deux roulements et de deux inserts en aluminium vissés. Pour retirer la roue arrière, il suffit de dévisser totalement le serrage rapide et de l’enlever (la roue se retire sans problème). Au remontage, la roue est parfaitement guidée dans son logement, sans tâtonnement pour insérer le disque dans l’étrier. C’est parfait ! Les autres articulations sont aussi sur roulements et l’amortisseur Fox ne subit aucune contrainte latérale. L’hydroformage est passé par là. C’est le cas pour les tubes diagonal et horizontal qui confèrent à ce VTT un ligne très fluide. Le cadre possède un sloping prononcé, rassurant en cas de situation périlleuse, notamment en descente. Notez par ailleurs la très belle pièce que forme ce que l’on appelle le tube de selle. En réalité, cette pièce usinée part du serrage de selle et passe par les deux supports de la biellette et des bases ainsi que le boîtier de pédalier. Une réalisation qui a dû consommer pas mal de matière grise…

Bien vu aussi le vaste choix de tailles. Chacun devrait trouver son EX à son goût mais attention, les Trek sont de grands VTT. Les suspensions font appel à Rock Shox avec sa Recon 351, facilement réglable suivant vos humeurs, et un amortisseur Fox RP2 doté de la précontrainte, bien sûr, de la détente et du ProPedal. Le reste de l’équipement n’est pas très avenant, Bontrager raflant la mise. Normal, c’est le même groupe que Trek ! « Bien posé » : voilà la réflexion que l’on se fait dès les premiers kilomètres. On est prêt à bouffer du terrain. Ce EX7 est un vrai tapis volant qui surfe sur le pierrier test, très cassant. Le rendement est étonnant malgré l’enfoncement des suspensions lors des relances debout sur les pédales. Un petit coup de ProPedal et on gagne en énergie… au détriment du confort, de l’accroche et de la motricité.

A vous de choisir. Les montées ne sont qu’une formalité. La position et la motricité font de ce Trek un grimpeur géant. Dès que la pente s’inverse, c’est en toute sérénité que l’on peut lâcher des freins… un peu poussifs malgré les 180 mm des galettes. Les changements de trajectoire à grande vitesse sont vifs. Le Trek a tendance à se coucher malgré les 69° d’angle de direction. Avec un VTT très stable quelles que soient les circonstances, on peut s’offrir de beaux sauts, (attention tout de même au retour de chaîne), sans toucher les limites de la suspension qui ne vient pas en butée. Des Pyrénées au Berry, l’EX7 vous emmènera vite, loin et confortablement. Un vrai gentleman rider !

Previous articleNokia 3720 Classic : taillé pour l’extrême
Next articleRocky Mountain Vertex 50 RSL : la course en tête
Bikelive - L'actu 100% VTT